15-11-2017 09:30 - Mauritanie, coup de balai au sein des services de sécurité

Mauritanie, coup de balai au sein des services de sécurité

Mondafrique - Voici quelques semaines, le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a brutalement limogé le colonel Cheikh Ould Kotob, le chef du Basep, le bataillon d’un millier de militaires qui assure en Mauritanie la sécurité présidentielle.

L’information n’est parue nulle part tant le fonctionnement de ce corps d’élite, largement corrompu, reste totalement secret. D’autant plus que le président mauritanien est l’ancien patron du Basep et couve ce bataillon de fidèles avec une attention toute particulière.

Grogne dans les rangs

Ce limogeage brutal s’est accompagné de plusieurs changements de titulaires dans plusieurs régions militaires. Des sources bien informées à Nouakchott estiment que ces changements témoignent d’une certaine "fébrilité" du pouvoir face à la grogne des militaires de rang intermédiaire.

Autant en effet les hauts gradés partagent avec le clan présidentiel d’incontestables privilèges financiers qui les tiennent éloignés de toute contestation ouverte, autant les hommes de troupe et les officiers de rang moyen subissent, comme l’ensemble de la population, les effets de la crise financière générale.

Autre signe inquiétant pour le pouvoir mauritanien, une partie de l’armée semble s’être opposée au président Aziz lors de la réforme constitutionnelle de l’été denier qui modifiait notamment le drapeau national en le barrant de deux bandes rouges en souvenir du sang versé contre le colonisateur français. Dans plusieurs bureaux de vote proches des garnisons militaires, le non l’a largement emporté lors du référendum qui eut lieu au mois d’aout dernier sur les modifications de la constitution. “La situation dans l’armée mauritanienne inquiète la présidence”, explique un diplomate occidental.

Dans un pays muselé sur le plan politique et dont l’histoire est jonchée de coups d’état, l’armée est certainement un des principaux leviers qui pourraient, demain, rendre l’alternance possible.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Mondafrique
Commentaires : 6
Lus : 8074

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (6)

  • bleil (H) 15/11/2017 15:55 X

    Notre pays est devenu malheureusement aussi muselé que le Zimbabwe ... notre chapelet de coups d’état n'est pas encore fini, et nous savons tous le pourquoi ! Mais nous savons aussi que malgré sa force tribale, l’armée n'est plus ce qu'elle était avant l’avènement de la "démocratie" militaire! l’alternance au pouvoir est possible et nécessaire pour le bien être de tous avec une bonne gouvernance civile cette fois ...

  • mahfoudh (H) 15/11/2017 15:43 X

    Si mes informations sont bonnes et vérifiées, Cheikhna ould Ghotob n'est pas limogé il reste au Basep et à sa place. le Reste des souhaits de Ould Bouamatou.

  • mahfoudh (H) 15/11/2017 15:41 X

    Ould Bouamatou fait des appels du pied au Basep. Je crois c'est sa dernière cartouche et son ultime recours.

  • moukhabarat (F) 15/11/2017 13:23 X

    Mondafrique: pour qui courrez-vous? Vous vous acharnez contre un AZZIZ sans publier que ce que vous dites de la Mauritanie a plus d'influences négatives sur le pays que sur son chef. Occupez-vous pluttoôt de la Françafrique qui l'a amené au pouvoir et vous feriez oeuvre utile.

  • lass77 (H) 15/11/2017 11:08 X

    Si ce qui se passe actuellement au zimbabwé pouvait arriver en Mauritanie ? en quoi en deux ans de fin de mandat , cette mesure est -elle nécessaire ?

  • Elyahmed (H) 15/11/2017 10:53 X

    Avant ces changements subits qu’Ould Abdel Aziz a effectués, tous les boutons étaient au rouge pour un coup d’état, les appels aux changements anticonstitutionnels venant de tous les bords à commencer par le tonitruant et malhonnête homme politique Baathiste, Ould Breïdelil, suivit par l’opposant de toujours Ahmed Daddah qui attend un coup d’état pour être président pour quelques secondes, donc Ould Kotob et les autres ont des ambitions comme Aziz en avait avec les autres présidents, il savoir que courte queue se paye avec courte queue.