06-12-2017 11:11 - L'Editorial du Calame :Tout nouveau, tout beau ?

L'Editorial du Calame :Tout nouveau, tout beau ?

Le Calame - Le nouveau drapeau, cher à notre guide éclairé, a été enfin hissé le 28 Novembre, le nouvel hymne aussi chanté, la nouvelle ouguiya sera mise en circulation à partir du 1er Janvier prochain. La Mauritanie nouvelle est en marche. Militaire. Au forceps. Dans la douleur.

Alors que personne n’en veut. Les sénateurs en premier, qui ont pris leur courage à deux mains pour dire non. Le peuple ensuite, en boudant les urnes, lors du referendum qui devait permettre son éclosion et qui ne fut qu’une mascarade sans nom. Elle verra le jour, malgré tout, « contre vents et marées », à l’instar de celle du Père fondateur.

Sauf que l’avatar du « président-(re)fondateur » cher à l’humoriste Mamane sera l’exact opposé de sa matrice : divisé, écartelé, injuste et insipide. Feu Mokhtar Ould Daddah faisait l’unanimité, par son charisme, son sens du sacrifice, sa vaste culture, sa diplomatie hors normes et son désintérêt pour les biens matériels. Il n’avait, en effet, ni comptes en banque garnis, ni marchés, ni banques, ni terrains bien placés, ni matériel de BTP à louer.

Il avait fait don de sa personne à la Mauritanie. Faites la différence avec ce que nous endurons, depuis 1978 et, surtout, depuis 2008. Et vous verrez que c’est le jour et la nuit. Nous sommes devenus une république bananière où le chef a droit de vie et de mort sur nous, décide de tout et n’en fait qu’à sa tête.

Il a multiplié notre dette à l’infini et s’apprête à diviser notre monnaie par dix, tout comme ses promesses électorales. Une autre façon de nous tourner en bourrique, en dévaluant l’ouguiya en douce, conformément aux injonctions du FMI.

Mais la pilule sera d’autant plus dure à avaler que le pouvoir d’achat est largement érodé, les salaires stagnent et les prix flambent. Si l’on ajoute, à ce sombre tableau, l’implacable sécheresse, la situation risque de ne pas être de tout repos, pour un pouvoir largement décrié.

Et qui ne tente, en rien, de remonter la pente. Au contraire, il multiplie ses ennemis, à l’intérieur et à l’extérieur. A couteaux tirés avec les sénateurs, les journalistes, les syndicalistes et tout un peuple à qui il n’offre ni enseignement de qualité, ni système de santé fiable, encore moins de justice sociale.

Il ne s’entend avec aucun de ses voisins immédiats. Pire, il se permet même de divulguer, à travers les réseaux sociaux, des messages où l’on entend des chefs d’Etat étrangers discuter avec un membre de son opposition en exil. Une monumentale erreur diplomatique qui risque de lui porter un grave préjudice et écorner un peu plus son image.

Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’il a boudé l’important sommet UE/Afrique qui vient de se tenir à Abidjan. Il se déplaçait pourtant pour beaucoup moins que ça. Notre diplomatie, vous dis-je, n’est plus ce qu’elle était.

Quelles perspectives, alors, pour un pays à bout de souffle, endetté jusqu’à la moelle et dont les principales sources de devises se réduisent comme peau de chagrin ? Le gaz en 2020-2021 sur lequel se fondent, désormais, tous les espoirs ? Comme le gisement pétrolier de Chinguitti, il risque de n’être, lui aussi, qu’une (nouvelle) chimère.

Le Sénégal et la Mauritanie, qui se partagent le champ gazier de Tortue, n’ont toujours pas signé l’accord sans lequel la compagnie BP ne pourra démarrer la mise en place des installations, en vue de son exploitation. Le Sénégal, sur lequel la France exerce une énorme pression pour ne pas signer, ne fait pas montre de trop d’empressement.

Il détient déjà un champ équivalent, Yakaar, dont l’exploitation commencera au cours des prochaines années, ainsi qu’un autre, de pétrole celui-là (dénommé SNE), et qui produira 125.000 barils/jour.

Mais pourquoi, vous demandez-vous, la France interviendrait-elle dans ce dossier ? Parce qu’elle reproche, à Ould Abdel Aziz, d’avoir exclu Total, de traîner les pieds, dans la mise en place de la force conjointe du G5 Sahel, et de lui avoir fait faux bond, lors de l’opération Serval, en 2013, au Mali.

De quoi irriter l’ancienne puissance coloniale qui voit toujours d’un mauvais œil qu’un membre de son pré carré pépie à son gré. Bref, aussi nouvelle qu’elle paraisse, la Mauritanie d’Ould Abdel Aziz n’a pas la côte du marché.

Et végète ce faisant, dans nos pires travers nationaux : vue courte, opportunisme au jour le jour, repliement identitaire et tout le tintouin pour le triomphe programmé de la zizanie… Tout nouveau, peut-être, mais tout beau, il n’y a que les autruches, la tête bien enfoncée dans le sable, pour en frétiller d’aise.

Ahmed Ould Cheikh



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 9
Lus : 1216

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (9)

  • aminatat (H) 07/12/2017 02:05 X

    Monsieur ahmed, c'est quoi votre problème? Vous menez sans relâche une campagne de dénigrement injuste contre le président aziz. Mais heureusement que personne ne vous crois.

  • aminatat (H) 06/12/2017 20:41 X

    Votre papier n'a pas d'autres objectifs que de saper le moral des mauritaniens, mais c'est peine perdue. Les mauritaniens font confiance à leur président car ce dernier le mérite. Le président. Si mr le président ne s'est pas rendu à Abidjan ce n'est pas parce qu'il boude. Vous savez bien qu'il était la veille à kaedi. je m'attendais que vous fassiez une analyse sérieuse de la situation économique et politique de notre pays! A vous écouter, on se préparait au chaos sous peu. je vous conseille de changer de stratégie car celle-ci n'a pas fait mouche

  • jakuza (H) 06/12/2017 19:19 X

    "...qu’un membre de son pré carré pépie à son gré." Aveu AOC qu'Aziz reste indépendant et rien ne le fera plier! Pour le reste AOC "avatar-dise" le Calame désormais au mieux Calambour...ou calame- bourdes!

  • Selmedine (H) 06/12/2017 15:56 X

    A travers éditorial de Ould cheykh on sent une rancœur personnelle du journaliste à l'égard du Président Aziz ce qui est contraire aux principes de la déontologie du journaliste.Un journaliste cônsequent doit éviter de partie pris et s'appliquer à fournir aux public des preuves irréfutables.er critiquer les programmes plutôt que de s'en prendre aux individus.

  • Négro cultivateur (H) 06/12/2017 15:38 X

    Mais mon cher Ahmed, nous attendons que Dieu nous sauve de notre Mugabé Nationale, Aziz veut faire de la Mauritanie son Royaume des affaires personnels, pour cela il fait changer tous les symboles du pays et maintenant la monnaie, après il va s’attaquer à l’institution militaire. En ce qui concerne la France qui a tout perdu en Mauritanie, le problème est de trouver dans un tas de poubelles d’intellectuels un homme qui a des couilles pour pousser Aziz à la porte.

  • colonel (H) 06/12/2017 13:16 X

    Tous ce que Ahmed ould cheikh a dit est vrai,mais malheur au peuple qui ne veut pas la vérité.Je rappelle cette citation je cite(dis la vérité même si c'est amère).En arabe: Ghoulil hak wolaw kaana mouran. Dans le royaume des cons ,l'intelligent n'a pas de place.

  • KANTAKI (H) 06/12/2017 12:35 X

    Quel charabia ! Un style de polar de seconde main mâtiné de lyrisme d'un autre age ! Aziz s'attaque avec l'accord du peuple aux structures rétrogrades fondées à la va vite les années soixante... Gardez vous de vos émotions et de vos états d'âme ( même charitable), vous versez dans le déni systématique et vous sortez de la déontologie de votre métier, Cher Ahmed !

  • habouss (H) 06/12/2017 12:07 X

    Ahmed a été très bon au début, mais s'est embrouillé en voulant juger notre Rais par rapport à ses relation avec la France. Il faut savoir que Ould Abdel Aziz est un militaire très rustre qui n'a aucun principe à part ses intérêts personnels. Il ne se brouillera donc pas ave la France sur ce que vous lui rapprocher, mais plutôt à combien cela peut lui rapporter !

  • ASSOCIATION MAIN PROPRE (H) 06/12/2017 11:46 X

    vous avez sans doute remarqué le gros nez d'AHMED OULD CHEIKH DU CALAME , Ceci amène à une certaine explication, des chercheurs espagnols ont montré grâce à une caméra thermique qu'au moment de mentir, le nez ne s'allonge pas mais gonfle et se réchauffe c’est l’effet ‘’ Pinocchio ‘’ . au calame tout le monde sait que lorsque AHMED OULD CHEIKH poste un article son nez augmente automatiquement. Donc l'histoire de Pinocchio ne relève peut-être pas tout à fait de la fiction.