10-12-2017 23:45 - Tabiital pulaagu, une fierté nationale à soutenir !

Tabiital pulaagu, une fierté nationale à soutenir !

Le Rénovateur Quotidien - Le festival Tabital pulaagu c’est dans quelques jours.

L’événement qui regroupe tous les peulhs du continent est un grand rendez-vous de culture et un haut lieu d’échanges de discussions et de réflexion sur des sujets aussi importants que le pastoralisme et les défis environnementaux, des enjeux mondiaux majeurs et nationaux de façon spécifique.

La charge identitaire de cette manifestation ne circonscrit pas le festival de tabital pulaagu à une singularité communautaire. Loin de là ! C’est une affaire mauritanienne car tout l’honneur et la fierté reviennent à notre pays. Il y a lieu d’axer la communication sur ce point pour évacuer tout préjugé sur cette acception discursive.

Le festival est destiné à promouvoir à travers la culture peulh toutes les valeurs nationales. Si la vache depuis des siècles est associée à un substrat culturel peulh, comme le chameau au maure, le cheval au soninké etc, c’est juste des référentiels symboliques à l’histoire et aux rapports de l’homme à son environnement.

Promouvoir l’un ou l’autre de ces identifiants c’est réhabiliter nos relations historiques et renforcer notre unité nationale. Le tourbillon de la mondialisation qui a bouleversé nos legs culturels, poursuit son accélération diabolique sans rien laisser sur son passage. Notre meilleure arme c’est notre promptitude à répondre à de tels défis. Un peuple sans culture est un peuple sans avenir. Pour pasticher Edouard Herriot : « la culture, c’est ce qui reste quand on a tout oublié ».

Ce reste, de l’oubli collectif, c’est le précieux trésor à préserver jalousement contre l’érosion du temps. Nous avons donc tous la responsabilité historique de porter encore loin autant que cela puisse être, nos héritages nationaux qui constituent nos meilleures richesses. L’universalisation n’est une aubaine que dans un contexte de « rendez de donner et de recevoir » cher au poète Senghor. Le festival peulh est donc une affaire de tous les mauritaniens que l’histoire et la géographie ont condamnés à vivre ensemble et à s’armer de courage pour un vivre ensemble dans la paix et le respect réciproque.

Tous les mauritaniens doivent répondre à ce rendez-vous, le premier du genre en Mauritanie et son succès ne doit pas être en deçà des éditions organisées dans d’autres pays dont la dernière au Sénégal. Parrainé et soutenu par le président du pays hôte, il représente pour le dirigeant qui en assure le patronage un motif de fédération de toutes les valeurs nationales. Un seul mot de bienvenue un geste de considération !

Le festival pulaagu est une fête consacrant la réhabilitation des valeurs mauritaniennes à travers des activités culturelles avec comme insigne la vache sève nourricière et industrie mondiale au service du développement. Mais l’objectif de ce festival ne sera atteint que lorsque des mécènes et les prometteurs culturels s’impliquent véritablement pour lui donner le succès escomptés et ce à quelques jours de cette grande manifestation prévue les 18, 19 et 20 décembre courant.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1157

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • fidelis (H) 11/12/2017 12:28 X

    La vérité, est qu'on trouve le cheval dans toutes les cultures de ce pays (Arabe, Peul, Wolof et Soninké). Même si on trouve la vache dans toutes nos cultures, force est de reconnaitre les spécificités de la vache peul et sa proximité avec son maitre berger ou Gaynak'e