12-01-2018 08:29 - Mauritanie: mobilisation pour la reconnaissance du FPC

Mauritanie: mobilisation pour la reconnaissance du FPC

Le360 - Des opposants et des personnalités issus de la société civile ont signé une pétition pour la reconnaissance des Forces progressistes pour le changement (FPC), un mouvement issu des Forces de libération africaine de Mauritanie (FLAM).

Plusieurs leaders de l’opposition mauritanienne et acteurs de la société civile ont signé une pétition demandant aux autorités de reconnaître les Forces progressistes pour le Changement (FPC) comme parti politique.

Parmi ces responsables figurent Ahmed Ould Daddah, président du Rassemblement des forces démocratiques (RFD), Mohamed Ould Maouloud, leader de l’Union des forces de progrès (UFP) et président en exercice du Forum national pour la démocratie et l’unité (FNDU) ou Bodiel Ould Houmeid, député et président du Parti démocratique et social (El Wiam, opposition dite modérée).

Depuis trois ans, ce parti de la mouvance nationaliste noire, anciennement en exil sous l’appellation des Forces de libération africaine de Mauritanie (FLAM), a décidé de se redéployer dans le pays. Mais sa demande de reconnaissance a été rejetée par l’administration mauritanienne. Un recours introduit devant la Cour suprême en 2015 est resté sans suite, les autorités lui préférant le statu quo.

Face à cette situation, responsables, cadres, militants et sympathisants du FPC font remarquer que les autorités mauritaniennes ont donné récépissé à un parti "extrémiste" comme Nidhaa Al Watan (Défense de la Patrie), alors que des organisations telles que l’Initiative de Résurgence du mouvement abolitionniste (IRA) et les FPC, qualifiées "d’extrémistes" par le pouvoir, n’ont pas eu droit au même honneur. Ce qui dénote d’une politique de deux poids, deux mesures.

L'histoire des Forces de libération africaine de Mauritanie (FLAM), appellation «dont le choix semble avoir été le fruit d’un véritable marketing politique» selon la formule utilisée par un sociologue il y a une trentaine d’années, a connu de multiples péripéties, des tiraillements et une déchirure, qui a débouché sur un éclatement en trois groupes.

La première scission est intervenue au milieu des années 2000, aboutissant à la naissance de l’aile des FLAM/Rénovation, dirigée par le Pr Ba Mamadou Bocar. Les éléments de cette frange du mouvement ont intégré l’Alliance pour la Justice et la Démocratie/Mouvement pour la Réconciliation (AJD/MR), le parti du président Sarr Ibrahima Moctar.

Le Pr Ba Mamadou Bocar, ex-président des FLAM/ Rénovation, est actuellement vice-président de l’AJD/MR. Il a été élu député sur la liste départementale de Nouakchott à l’issue des législatives de décembre 2013. Une aille des FLAM, dirigées par le président historique du mouvement, Samba Thiam, a décidé de rentrer au pays il y a trois ans, après plus de 30 ans d’exil. De retour à Nouakchott, les responsables de cette mouvance ont été reçus en audience par le président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Une fois installés en Mauritanie, Samba et ses camarades ont décidé de fonder un parti politique sous le nom des Forces progressistes pour le changement (FPC). Celui-ci court toujours derrière une reconnaissance officielle, devenue une véritable Arlésienne.

Une troisième aile des FLAM, qui réclame «l’étincelle originelle» sous la houlette de Ba Mamadou Sidy, est toujours en exil et ses dirigeants réclament l’héritage des années de braises.

Les FLAM, acronyme intimement lié à la répression qui s’est abattue sans discernement sur toute la communauté négro africaine sous le régime de Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya à partir de 1986, ont été créées en 1983, sous le règne du colonel Mohamed Khouna Ould Haidallah.

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le360 (Maroc)
Commentaires : 4
Lus : 2475

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • nemahaidara (H) 13/01/2018 17:48 X

    Toi même , tu sais que FPC n'est pas le parti raciste .Le parti ouvertement raciste ,dans ses statuts et sa déclaration politique a été reconnu , tous les mauritaniens sont témoins .Les seuls partis capables de faire bouger les lignes , (je ne dis pas gagner les présidentielles ou la majorité des députés) ne sont pas reconnus .IRA et FPC ...

  • lass77 (H) 12/01/2018 13:47 X

    Ce n'est pas normale que l'Etat n'accepte pas un parti politique qui remplit tous les criteres constutionnels quand bien meme qu'il existe des partis en Mauritanie qui ne sont pas conformes à la constitution, on les connait . Ne pas accepter un parti politique revient à dire qu'on vous rejette par ailleurs il faut mettre déhors les partis communautaires qui existent déja.

  • Kouleyb (H) 12/01/2018 09:39 X

    Il existe une tradition dans le pays qui veut que lorsqu’un mari divorce sa femme 3 fois, il ne puisse plus la remarier. Sauf, si elle se marie, entretemps, avec un autre homme et que cet autre homme l’a divorce (la pauvre !). Cette tradition a créé une « pratique », qui fait que le premier époux, fasse appel à un ami, pour le sortir de cet imbroglio, afin qu’il puisse retrouver son ex- femme. Je suppose que si le Ministère de l’Intérieur, persiste à ne pas reconnaître les FPC, c’est parce qu’il doit penser qu’il en est à son 3éme divorce (rejet). Je suis prés à me sacrifier, par devoir de solidarité militante, à épouser ce parti (en devenant son Président), juste le temps de consommer… J’attends un signe, discret, du Président Samba Thiam, qui prendrait ainsi le risque, éventuel, de compter dans sa famille (politique) un petit « Tiapatou », au cas où…

  • sraghaa (H) 12/01/2018 09:12 X

    Reconnaitre un parti pour des racistes et des radicaux seraient une erreur monumentale