28-01-2018 09:35 - Faits divers… Faits divers… Faits divers…

Faits divers… Faits divers… Faits divers…

Le Calame - L’évadé de Dar Naïm repris

Le plus grand pénitencier du pays, construit aux plus modernes normes de sécurité, n’a pourtant cessé de compter les évasions. Plusieurs prisonniers ont réussi à en prendre le large, au cours des années passées. La première évasion se déroula en Août 2011, soit trois ans après l’ouverture du bagne.

Le fameux Govinda et son complice profitèrent d’un moment d’inattention des gardes pour disparaître. Il y a deux ans, c’était au tour d’un groupe de plus de trente prisonniers qui blessèrent grièvement un garde avant de se faire la belle, tandis que les autres gardes suivaient un feuilleton à la télévision.

Un bienfaisant détenu empêcha plusieurs grands criminels, dont le fameux tueur Dahi Varwi, de suivre leurs codétenus. Il n’en récolta qu’une bastonnade des gardes…

Il y a une semaine, un récidiviste notoire balaie le bureau du régisseur de la prison. Il en profite pour s’emparer discrètement des clefs de la voiture de ce dernier, garée devant le bureau. Et le voilà, visage masqué d’un turban, à démarrer la voiture et à se diriger, tranquillement, vers la sortie de l’établissement.

Reconnaissant le véhicule du boss, les sentinelles le laissent sortir sans problème et s’éloigner au loin. On remarque, tout d’abord, la disparition de la voiture. Diligente, l’enquête dévoile l’identité du voleur : Didi ould Amnir, dit Didi « Lidara ». Sa cavale va durer quelques jours, bien que le véhicule ait été retrouvé, dès le lendemain.

Ce sont des agents de la police antidrogue qui lui tombent, par hasard, dessus, au cours d’une descente aux environs de Nouakchott, le dimanche 21 Janvier. Aussitôt remis aux soins du commissariat de police Dar Naïm 3, va-t-il reprendre son service auprès du régisseur de la prison ?

Ça chauffe à Kandahar

Kandahar se trouve à l’extrême Sud-est d’Arafat, entre Kossovo et Msid Nour. Fondé à la suite du déménagement des habitants des kebbas d’El Mina, ce populeux quartier est plein à craquer de jeunes hommes et femmes désœuvrés dont beaucoup sont toxicomanes et consommateurs de stupéfiants. Les violons du commissariat d’Arafat 3 ne désemplissent jamais.

Les déferrements au Parquet de la wilaya sont presque quotidiens. A Kandahar, chaque jour apporte son lot de vols, cambriolages, agressions et viols. La semaine passée, la police a enregistré plus d’une dizaine d’agressions et braquages. Six personnes y ont été poignardées.

La police affirme avoir déféré plusieurs récidivistes connus dont le fameux M’barek « Carlos ». Il y a quelques jours, deux jeunes hommes ont été poignardés, par les éléments d’une bande qui les ont délestés de tout, avant que la police ne les arrête, peu après. Mais, craignant des représailles, les victimes n’ont pas attendu le déferrement de leurs agresseurs, pour retirer leur plainte.

Danger à l’ancien aéroport

Depuis la mise en service d’Oum Tounsi, l’ancien aéroport est devenu espace public. Les voitures l’utilisent comme raccourci pour joindre le centre-ville et le Ksar,à partir de la zone Est de la ville. Une efficace façon d’éviter l’encombrement du carrefour Madrid.

Le soir, ce vaste terrain est pris d’assaut par des dizaines de personnes en quête de sports. Mai sil se vide de toute vie humaine, avant que l’obscurité ne l’enveloppe. Vers vingt-deux heures, des groupes de malfaiteurs s’y embusquent.

Les couples en quête, eux, de discrétion et de calme, seront surpris par ces bandits qui les feront passer un mauvais quart d’heure… Et gare, aussi, aux conducteurs qui auraient la malchance d’y tomber en panne !

Dans ce vaste domaine, les bandits meublent l’attente à se droguer et s’enivrer. Pour preuves, les nombreuses canettes de bière vides et l’odeur de haschich qui pollue l’air. Tout dernièrement, vers sept heures du matin, un groupe de sportifs y ont surpris deux bandits occupés à forcer un coffre-fort qu’ils avaient débarqué d’un véhicule.

Quelques jours plus tôt, on y avait découvert, au petit matin, une jeune fille, inconsciente sous l’effet de la drogue. Kidnappée, la veille, à Toujounine, elle avait subi, en cette ancienne piste d’envol, un viol collectif.

Mosy



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 2921

Commentaires (0)