27-01-2018 14:15 - Mauritanie : Une sénégalaise tue son ex-marie à coup de couteau

Mauritanie : Une sénégalaise tue son ex-marie à coup de couteau

Ndarinfo - Dèguène Fall, une sénégalaise de 29 ans a tué vendredi, son ex-mari, Adama dit Dame Ndiaye âgé de 40 ans, à son domicile situé Médina R ( Nouakchott), rapporte le journal EnQuête.

Dame Ndiaye née en 1977 à Mbossé Mbengène, dans le département de Guinguinéo et Dèguène Fall née à Mbour ont convolé en justes noces, il y a 7 mois. Le mariage n’ayant pas tenu pour le meilleur, Dame a décidé de rompre les liens contre la volonté de sa dulcinée Deguène. Mais voilà 4 mois que cette dernière continuait à fréquenter Dame Ndiaye qui la repoussait.

Ainsi dans la nuit du jeudi 25 au vendredi 26 2018, Deguène a une nouvelle fois rendu visite à Dame à son domicile avec une ordonnance en main, pour lui demander de l’argent. La dame disait avoir contracté une grossesse de 4 mois des œuvres de son ex-mari.

Que ce dernier était dans l’obligation de payer les médicaments. Mais Dame ne l’a pas entendu de cette oreille. Il a catégoriquement refusé d’endosser la paternité de cette grossesse.

Le lendemain au petit matin, Deguène est venue à la charge, avec un couteau en sa possession. A la suite d’une dispute avec son ex-mari, elle sort l’arme et assène un coup atteignant au cœur. Dame s’est effondré en empruntant les escaliers pour aller demander secours. Mais il a rendu l’âme. Son corps a été déposé à l’hôpital national de Nouakchott. La meurtrière a été arrêtée et gardée à vue au commissariat central de Nouakchott.

LERAL



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 5788

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • bagaby (H) 28/01/2018 08:07 X

    @mdmdlemine, connaissez-vous l'écriture suggestive contenue dans la plupart des appareils de communication et qui fait écrire n'importe quoi si on n'y prend pas garde ? Celle-là même qui vous fait avaler le n de Senghor ? Ce n'est pas du niveau de ce drame.

  • mdmdlemine (H) 27/01/2018 17:12 X

    Les sénégalais ont rompu les ponts avec le français du Père de la Nation "Léopold Sedar Seghor", qui maîtrise la langue de Molière plus que les français. Aprés le tweet polémiqueux de Macky; voici NdarInfo qui met un "e", pour mari, dans le titre de ce présent article : Une sénégalaise tue son ex-marie à coup de couteau"

  • mdmdlemine (H) 27/01/2018 16:42 X

    Sans banaliser la mort, notamment le meurtre, réligieusement proscrit, les hommes abusent par leur banalisation des femmes, surtout quand ils sont saturés et tournent la tête, au point de manquer cruellement de respect à leur conjoint. Alors, face à l'injustice criante et à l'impossibilité de la corriger face aux têtus, certains fragilisés dont des femmes en état de grossesse recourent à la vindicte Ce meurtre a conduit à une perte de vie mais place deux autres êtres en prison, l'auteure et son foetus