07-02-2018 15:10 - Mauritanie: le FMI octroie des crédits mais exige des réformes

Mauritanie: le FMI octroie des crédits mais exige des réformes

Le360 - Face à la situation économique difficile que traverse le pays, plusieurs réformes seront mises en œuvre par le gouvernement mauritanien dans le cadre du programme de Facilité élargie de crédit (FEC) conclu avec le Fonds monétaire international (FMI) fin 2017, selon le directeur du département Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) de l’institution financière, Jihad Azour.

Ce programme, exécuté sur 3 années, prévoit un appui financier global de 163,3 millions de dollars, dont 23 millions de dollars décaissés dès la signature.

Ainsi «le FMI, qui a toujours accompagné le pays à travers 16 programmes, des missions d’évaluation, des conseils de politiques économiques, l’appui pour le développement du capital humain au sein de l’administration publique, va poursuivre et approfondir la même tendance», qui ajoute que «les politiques appuyées par l’accord proposé au titre de la FEC,

veilleront à assurer un assainissement budgétaire progressif pour renforcer la viabilité de la dette, tout en créant une marge de manœuvre budgétaire pour accroître les dépenses sociales et l’investissement en infrastructures, en mobilisant les recettes, hiérarchisant les dépenses, et en réformant la gestion de l’investissement public».

Jihad Azour estime que «l’assainissement des finances publiques demeure nécessaire pour renforcer la viabilité de la dette.

Mais le rythme et la composition de cet assainissement doivent contribuer à stimuler la reprise naissante, notamment en rééquilibrant le budget vers des dépenses sociales, tout en assurant une marge de manœuvre nécessaire aux investissements prioritaires en infrastructures».


De même, selon toujours Azour, «les autorités entendent instaurer un marché des changes plus compétitif, parallèlement à un cadre modernisé de politique monétaire pour assurer un accès régulier aux devises, remédier au déficit de liquidités et accompagner la croissance. Des mesures seront prises pour renforcer la surveillance bancaire, améliorer le climat des affaires et élargir les dispositifs de protection sociale».

Par ailleurs, ajoute le responsable de la région MENA, «un accord aboutissant à un programme avec le FMI implique l’intensification de notre engagement financier, assistance technique, dialogue et suivi avec les autorités mauritaniennes. Plusieurs missions sont au programme dans un futur proche». Une de ces missions séjourne actuellement à Nouakchott.

Au sujet de l’évolution récente de l’économie mauritanienne, une note du FMI publiée en décembre 2017 constatait la réalité d’un pays exportateur de produits de base «confronté au défi de la faiblesse et la volatilité des cours mondiaux, notamment la chute du prix du minerai de fer, qui génère plus d’un tiers des ressources budgétaires».

Cette situation s’est traduite par la réduction de moitié des recettes d’exportation, l’accentuation des déséquilibres et la mise en évidence des vulnérabilités financières.

Les autorités ont résorbé le déficit budgétaire de manière significative en mobilisant des dons et prêts extérieurs. Ce qui a permis de rétablir la stabilité macroéconomique et de stabiliser la dette à 69% du Produit intérieur brut (PIB), en dehors d’une dette non active du Koweït représentant 20% du PIB.

Parallèlement, la croissance a rebondi pour se situer à 1,6% en 2016, et 3,1% en 2017.

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le360 (Maroc)
Commentaires : 2
Lus : 2056

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • synthetiseur (H) 08/02/2018 16:44 X

    Le FMI (Fonds pour l'asservissement des peuples du tiers monde) n'est jamais passé dans un pays sans le mettre à genoux. Il est à l'origine de la situation de marasme généralisée de tous les pays africains. Et lisez bien ce qu'il dit de notre pays :" Au sujet de l’évolution récente de l’économie mauritanienne, une note du FMI publiée en décembre 2017 constatait la réalité d’un pays exportateur de produits de base «confronté au défi de la faiblesse et la volatilité des cours mondiaux, notamment la chute du prix du minerai de fer, qui génère plus d’un tiers des ressources budgétaires». Cette situation s’est traduite par la réduction de moitié des recettes d’exportation, l’accentuation des déséquilibres et la mise en évidence des vulnérabilités financières. Les autorités ont résorbé le déficit budgétaire de manière significative en mobilisant des dons et prêts extérieurs. Ce qui a permis de rétablir la stabilité macroéconomique et de stabiliser la dette à 69% du Produit intérieur brut (PIB), en dehors d’une dette non active du Koweït représentant 20% du PIB." C'est l'antipode de ce que claironne tous les jours le ministre de l'Economie et des Finances OuldJay. Revoyez ses déclarations. Ce qui est clair c'est qu'après une période où l'actuel président Aziz a essayé de faire le patriote, le nationaliste en ne comptant que sur le fameux financement sur nos propres ressources et sur le seul ami chinois,voilà que nous revenons à la triste réalité de l'asservissement aux injonctions du FMI et de la Banque Mondiale et bientot des pays occidentaux.....Va s'en suivre une mise au pas de notre politique extérieure puis intérieure .....Des concessions de souverainté en n'en plus finir ......Et pourtant Aziz avait bien commencé. Dommage que les fins de régne soient toujours douloureuses.

  • hathlele (H) 07/02/2018 17:43 X

    J'aurai bien voulu continuer à lire cet article! Mais, puisque c'est Le 360 Maroc,je n'en crois pas un mot.Bien que j'aime le Maroc et le peuple marocain. Sidi Bobba Zouerate