13-02-2018 23:00 - Ya pas que l’argent qui compte

Ya pas que l’argent qui compte

Le Calame - Lorsqu’il fut élu il y a quelques semaines à la présidence du Libéria, l’ancienne star internationale du football Georges Weah décide de diminuer son salaire et de reverser le montant au trésor public.

De leur côté, les députés du Burkina Faso ont adopté il y a un mois un projet de loi demandant la diminution de leurs salaires et de leurs indemnités comme contribution au développement du pays. Ces gestes doivent être pris en exemples par d’autres responsables du continent africain qui ne pensent qu’à des manœuvres souvent dilatoires qui leur permettent d’engranger le maximum d’argent.

Les présidents les plus payés au monde se trouvent en Afrique avec des salaires qui dépassent de loin ceux de leurs collègues des Amériques et de l’Europe. Ici chez nous, le salaire du président serait de 25.000 dollars par mois et celui de ses ministres varient entre cinq à deux millions d’anciennes ouguiyas.

Ce qui est déjà beaucoup et repose avec acuité cette affaire de disparités salariales. Le salaire d’Emmanuel Macron ne fait que quatre fois le salaire d’un cadre Français alors que celui de notre ‘’patron’’ tout terrain représente celui de soixante cadres.

Et que nos honorables députés cherchent depuis plusieurs mois à faire passer des textes augmentant leurs émoluments et leurs indemnités.

Comme le disait récemment à Dakar (le 2 février) dans un discours qui fait encore sensation le président Ghanéen Nana Akufo Addo à l’occasion de la 3ème conférence de financement du Partenariat mondial pour l’éducation, l’Afrique ne devrait pas continuer à dépendre des autres pour les financements de son développement dont l’éducation pour la population la plus jeune du monde sur le continent le plus riche et dont les populations vivent les conditions les plus mauvaises.

Selon Akufo, l’Afrique doit mettre fin à ce paradoxe par l’éducation. Il faudrait alors cesser de voler l’argent pour soi et s’inscrire dans une dynamique de mobilisation des fonds pour la réalisation de deux objectifs majeurs : accès à l’éducation et la qualité de l’éducation.

Puisque l’argent ne compte pas pour ce qu’il est, mais pour ce qu’il vaut non pas aux individus mais aux populations.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1574

Commentaires (2)

  • Bertrand (H) 14/02/2018 08:08 X

    C'est de la marchandise avarié que ces gens nous vendent. Ce n'est pas un salaire de président ou de ministre ou de député ou de magistrats qui minent les économies et le développement des pays. Se sont les marchés occultes, la corruption, les mauvaise décision le lobbying avec des ignares (sans moralité bien sûr) pour diriger l'Etat), la distribution des richesses, des permis, licences, autorisations, à la t^te du client. C'est la mise en quarantaine de tout ceux qui ont un discours et surtout une pratique saine, la guerre contre ceux savent lire et écrire. Moi je vous garantie que ceux parmi les états, les entreprises ou les individus jouent sur les petites économies au détriment des objectifs feront faillite sans faille. Le Prophéte n'at-il pas dit Salla Allahou Aleihi We Sellem : "ALLAH donne à ceux financent (le bien bien sûr) une continuité (une descendance, une alternative...) et à ceux retiennent (les fonds, l'argent, l'investissement, les avantages sociaux, les revenus, l’aumône...) une perte, une dépréciation.

  • T (H) 13/02/2018 23:36 X

    Vous avez dit que le salaire du président de la RIM serait de 25000 dollars par mois alors que celui des ministres oscillerait entre 2 et 5 millions de nos anciennes ouguiya. Je pense qu'il y a une erreur dans tes chiffres: 25000 $ ou 250 000$? Sinon le président serait moins payé que ses ministres. Inconcevable!