02-04-2018 07:00 - L’écrivain Rachid Ly, à l’ifm, pour présenter son roman L’Enfant de Kaaylinga [Vidéo & PhotoReportage]

L’écrivain Rachid Ly, à l’ifm, pour présenter son roman L’Enfant de Kaaylinga [Vidéo & PhotoReportage]

Cridem Culture - Le 28 mars, à l’institut français de Mauritanie (ifm), l’écrivain mauritanien Harouna Ly dit Rachid présentait son dernier roman, L’Enfant de Kaaylinga.

Lors de cette présentation, Rachid Ly a été interpellé par le public sur beaucoup de questions, notamment sur la question liée à l’esclavage. "Un problème aussi délicat", dit-il, "quelque chose de très profond et très compliqué que les gens ont complexifié", ajoute-t-il, avant de se dire "étonné" qu’on parle encore en Mauritanie de castes et d’esclavage, deux thèmes qu’il évoque dans l’Enfant de Kaaylinga, avec aussi comme fond de toile le vivre-ensemble, si cher à lui.

"Si les [Mauritaniens] veulent construire une société moderne, un pays stable et une Nation, au vrai-sens du terme, ils devraient mettre de côté ces considérations aussi mesquines que la supériorité de telle race sur l’autre, de telle classe sur une autre", rappelle Rachid Ly.

L’Enfant de Kaaylinga questionne aussi nos responsabilités. "On ne tire pas les leçons du passé, on a du mal à nous mettre dans le présent, à évoluer dans le progrès du développement, de l’économie…", assène l’auteur de l’Enfant de Kaaylinga, lors de cette rencontre avec le public, à l’ifm.

"L’enfant de Kaaylinga" plonge le lecteur dans l’univers d’un diplômé chômeur prêt à tout pour réussir, quitte à plonger dans la marre politique…

A propos de Rachid Ly

Ancien gendarme, Harouna Ly, surnommé Rachid, est auteur de plusieurs livres dont "Le réveil agité", "Que le diable t’emporte !", "Le trésor des Houya-Houya", "1989, Gendarmerie en Mauritanie" et un recueil de contes : "Les contes de Demmbayal-L’hyène et Bodiel-Le lièvre".

Rachid est aussi un indépendant journaliste ayant collaboré avec plusieurs journaux de la place (Al Bayane, Le Calame, La Tortue, La Tribune, Echtary, version française, La Nouvelle Expression). Il est le vice-président de l’Association des écrivains Mauritaniens d’expression française.

Par Babacar Baye NDIAYE

©Cridem Culture / 02 Avril 2018

-----


Avec Cridem, comme si vous y étiez...
























































Source : Cridem Culture
Commentaires : 2
Lus : 1840

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • rachidly (H) 02/04/2018 15:13 X

    Ha ha ha!! Cher Kouleyb, il est certain qu'avec une plume comme la vôtre, vous n'avez nul besoin d'une modeste plume comme la mienne. Salut à vous.

  • Kouleyb (H) 02/04/2018 09:40 X

    Cher Rachid, prêtes moi ta plume pour...écrire un mot