09-05-2018 19:30 - Nany Ould Chrougha : "Je demande aux entreprises européennes de venir investir dans la pêche"

Nany Ould Chrougha :

Le Courrier du Nord - Le Ministre des Pêches et de l’Economie Maritime, M.Nany Ould Chrougha, qui présidait mardi 8 mai 2018 une conférence-débat sur « Emploi et Pêche durable » aux Marchés aux Poissons de Nouakchott, en compagnie du Chef de la Délégation de l’Union Européenne en Mauritanie, SEM Giacomo Durazzo, avait invité les entreprises européennes à investir dans la pêche en Mauritanie, trouvant incompréhensible leur absence dans un secteur aussi porteur de potentialités (environ 1, 8 million de tonnes).

Une place qu’elles "laissent aux autres". Cette cérémonie qui s’est déroulée en présence de plusieurs autres partenaires, comme, le BIT, la Coopération espagnole et la GIZ, mais aussi les fédérations et les acteurs du secteur des pêches en Mauritanie entrait dans le cadre de la célébration de la Semaine de l’Europe qui bat son plein depuis le 7 mai et qui se poursuivra jusqu’au 12 mai 2018.

Une tradition de pêche qui s’installe


Le ministre des Pêches, Nany Ould Chrougha, avait dans son intervention présenté une "Mauritanie qui est en train de développer une tradition de pêche", le poisson étant peu consommé par les populations (7, 5 Kg par an et par habitant).

Il a déroulé dans ce cadre les ambitieux programmes de son département pour protéger la ressource et la développer à travers une Stratégie nationale de gestion responsable pour un développement durable des pêches et de l’économie maritime, avec l’adoption en 2015 de l’Initiative de transparence dans le secteur des pêches, qui a été beaucoup salué par ses partenaires.

Cette gestion parcimonieuse de la ressource halieutique repose ainsi, selon lui, sur une pêche basée sur le potentiel permissible annuel, avec le renforcement des infrastructures portuaires (un port ou un point de débarquement tous les 100 Km sur le littoral), le renforcement de la surveillance maritime et l’obligation de débarquement des captures en Mauritanie, avec l’institution de quatre mois d’arrêt biologique obligatoire durant l’année. Il a remercié dans ce cadre l’apport de l’Union européenne dans la construction du Port de Tanit dont la réception est prévue cette année. Il a renouvelé son appel aux opérateurs économiques européens, les invitant à investir dans la « mer la plus poissonneuse au monde avec 720 kilomètres de côte » et la « plus protégée » dans la sous-région, avec ses 700 espèces dont seuls 300 sont actuellement commercialisés.

Se rapprocher des Mauritaniens

Auparavant, SEM Giacomo Durazzo, Chef de la Délégation de l’UE en Mauritanie avait campé le décor de la cérémonie qui se déroule, selon lui, dans un endroit symbolique, le Marché des Poissons, "un lieu de vie et de travail", soulignant que l’Europe "veut se rapprocher de la Mauritanie, des Mauritaniens et des Mauritaniennes, et c’est pourquoi nous organisons cette conférence ici", "dans ce hall qui n’est pas un lieu habituel pour accueillir ce type d’évènement". Sa voix était presque couverte par le bruit assourdissant des vendeurs et acheteurs qui s’affairaient à quelques mètres sur la plage.

Il a salué par ailleurs le partenariat qui unit la Mauritanie et l’Europe, félicitant les autorités pour les efforts notables consentis dans le domaine des pêches et de l’économie maritime. Selon lui, 50.000 à 60.000 emplois devraient être créés annuellement dans le secteur.

Lancement du projet PROMOPECHE

La cérémonie s’est par la suite focalisée sur les résultats de la stratégie de pêche qui a été présentée par le directeur qui en a la charge au Ministère des Pêches et de l’Economie Maritime. Ont suivies, l’intervention des opérateurs du Comité de Cogestion des pêches de Mauritanie par Abderrahmane Chevie, responsable de la communication de ce comité qui regroupe l’ensemble des fédérations et associations de la pêche artisanale, et celle de Jorge Valiente sur la Délégation de l’Union européenne. Le BIT, l’AECID et la GIZ, ont par la suite présenté chacun une communication sur ses interventions dans le domaine des pêches et de l’économie maritime en Mauritanie.

L’évènement a été surtout l’occasion de lancer le Projet PromoPêche financé par le Fonds fiduciaire d’Urgence pour l’Afrique de l’Union européenne, et mis en œuvre par le Bureau International du Travail (BIT), la coopération espagnole (AECID) et la coopération allemande (GIZ). Ce projet d’un montant de 12 millions d’euros pour une durée de 4 ans vise à la création d’emplois dans le secteur de la pêche artisanale.

Par la suite, les participants ont suivi plusieurs témoignages, notamment celui de Lalla Souleymane (mareyeuse), celui de Samba Ould Beyini (mécanicien) et celui de Moustapha Ould Moctar (écailleur de poissons).

A noter que cette journée du Marché des Poissons à Nouakchott, en présence de son Directeur général, et intitulée "Journée Bleue", la deuxième du genre, est devenue presqu’une tradition dans la célébration de la Semaine de l’Europe, l’occasion pour la Mauritanie et la Délégation de l’UE de renouveler une amitié vieille de plus de 50 ans, dont un partenariat de 30 ans dans le domaine des Accords de pêche.

Cheikh Aïdara



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1537

Commentaires (2)

  • moukhabarat (F) 11/05/2018 12:37 X

    La politique de pêche est la mieux réfléchie et la mieux menée en Mauritanie. Les chiffres sont éloquents en la matière. La dose de thieb thieb y est très faible par rapport à la moyenne nationale.

  • bleil (H) 09/05/2018 21:56 X

    Le ministre doit vraiment avoir le tournis pour inviter les européens à investir dans l'un des pays du monde les plus fermés sur tous les plans ... vivre en autarcie veut dire aussi ne pas vivre son environnement !