15-05-2018 09:00 - Mauritanie: un comité d'experts de l'ONU recommande l'abrogation de la loi d'amnistie de 1993

Mauritanie: un comité d'experts de l'ONU recommande l'abrogation de la loi d'amnistie de 1993

Le360 - Un comité d’experts des Nations unies, dédié à l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale (CERD), exprime sa préoccupation par rapport au flou qui entoure la responsabilité dans les exécutions extrajudiciaires de militaires noirs en 1990 et 1991, et recommande aux autorités mauritaniennes l’abrogation de la loi d’amnistie de juin 1993, couvrant les présumés auteurs de ces exactions, à travers un document.

A ce sujet, le comité enregistre les informations fournies par l’Etat «mais reste préoccupé par le fait que celui-ci n’ait jamais établi les responsabilités sur les cas des militaires négro-africains tués ou portés disparus lors des événements de 1989-1991 ni accordé une indemnisation adéquate aux victimes ou à leurs ayants droit.

Le comité regrette que l’Etat, partie prenante de ces exécutions, ait adopté la loi 93.23 du 14 juin 1993, portant amnistie sur ces événements, qui empêche d’établir les responsabilités sur ces violations des droits humains. Il note que l’absence de solution visant à faire la lumière sur ces événements pourrait constituer à terme, une menace contre la cohésion sociale et nationale au sein de l’Etat».


Par ailleurs, ce document, compilation de plusieurs rapports allant de la 8e à la 14e édition, recommande «des mesures visant à solder de manière définitive» tous les torts commis pendant la même période.

Suite à un conflit qui a dégénéré, des massacres à caractère ethnique ont été perpétrés de part et d’autre du fleuve Sénégal, frontière naturelle entre la République islamique de Mauritanie et la République du Sénégal, faisant plusieurs centaines de victimes, entre le 25 et le 29 avril 1989.

Au-delà des expulsions réciproques des citoyens de chaque pays résidant sur le territoire de l’autre, ces journées de folie ont eu d’autres conséquences en Mauritanie.

Il s’agit de la déportation vers le Sénégal de plusieurs dizaines de milliers de nationaux, arrachés à leurs terres et dépouillés de tout.

Un accord tripartite, signé entre les gouvernements de Mauritanie, du Sénégal et le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) en novembre 2007, a permis le retour de près de 25.000 réfugiés à partir de janvier 2008. D'autres sont restés au Sénégal et au Mali. Mais ceux qui sont rentrés n'ont pas recouvré leurs terres et luttent pour obtenir de nouveaux papiers d'état civil.

Lors des événements, plusieurs centaines de militaires noirs ont été victimes d’exécutions extrajudiciaires entre septembre 1990 et février 1991.

Ces exactions, commises sous le règne d’un régime d’exception sous la conduite du colonel Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya, sont couvertes par une loi d’amnistie votée le 14 juin 1993.

Les ayants droit de ces victimes ont été officiellement indemnisés au même titre que d’autres individus chassés de l’armée pour diverses raisons, depuis les années 1980.

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le360 (Maroc)
Commentaires : 3
Lus : 3916

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • lass77 (H) 16/05/2018 09:59 X

    L’amnistie de 1993 peut être abrogée ou annulée et il est temps que le gouvernement Mauritanien s' y engage afin d'éviter un lourd héritage aux futures generations mauritaniennes tant que cette soif de justice n'est pas réglée. mème 100 ans aprés ces événements incroyables , la question sera toujours sur la table. Rien ne vaut la justice.

  • hamadel (H) 15/05/2018 13:49 X

    les milliards que l'etat a payé pour étouffer le génocide negro Mauritaniens aurait pu indemnisé les 660 militaires et 260 civils assassinés dans la vallée du fleuve et voila aujourd’hui les verités fusent de partout comme des vague à un moment ou l'etat et son système est à bout de souffle

  • foutatoro (H) 15/05/2018 13:31 X

    La fuite en avant du système est sans issue si ce n'est son démantèlement brutal et violent si on n'y prend pas garde.