15-05-2018 11:11 - Mauritanie: les médecins spécialistes en grève depuis près d’un mois

Mauritanie: les médecins spécialistes en grève depuis près d’un mois

RFI - En Mauritanie, un mouvement de grève sans précédent des médecins spécialistes touche l’ensemble des structures sanitaires du pays depuis 27 jours. Les médecins réclament une hausse des salaires, des primes d’éloignement et la prise en charge des premiers soins d’urgence.

Le mouvement de grève des médecins spécialistes mauritaniens entre dans sa quatrième semaine. Les populations issues des milieux pauvres sont les plus affectées. C’est le cas de Hadadi qui vient de Djiguenni dans l’est du pays : « Je suis là depuis vingt jours. Je viens de Djiguenni. Je souffre et je n’arrive pas à me faire soigner du fait de la grève ».

Autre patient, Abdallah du quartier d’Arafat en banlieue sud de Nouakchott : « Je suis là pour des examens radiologiques pour des soucis d’estomac. Mais le radiologue me dit qu’il ne peut pas me prendre sans l’avis du médecin. Quand je suis allé le voir, il a dit qu’il regarderait mon cas après la grève ».

Quant aux médecins grévistes, outre une hausse de salaire et des meilleures conditions de travail, ils revendiquent aussi la gratuité des médicaments pour les personnes démunies admises aux urgences.

« Vous recevez un malade qui est dans le coma, vous recevez un malade qui est accidenté, vous recevez un malade qui est évanoui, vous recevez un malade qui a une hémorragie et on est obligés de leur demander d’acheter tout »
, regrette le docteur Mohamed Ould Dahya, président du syndicat des médecins spécialistes mauritaniens.

Les médecins et spécialistes mauritaniens se disent très déterminés à poursuivre leur mouvement de grève, jusque-là illimité.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI
Commentaires : 2
Lus : 1119

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • ftmely (F) 16/05/2018 12:38 X

    Je pense que les revendications des médecins sont tout à fait légitimes. Je ne comprends pas la sourde oreille des autorités concernées. Certes, les services offerts par nos différentes structures médicales ce sont améliorés depuis l’arrivée du Président Aziz, qui en fait une priorité comme le prouve les visites surprises qu’ils effectuent à chaque occasion, mais il reste encore beaucoup de choses à faire. Nous devons donner de la valeur à nos médecins en relevant leurs salaires, primes et indemnités. Il est inconcevable qu’un médecin étranger touche 3 fois sinon plus le salaire du médecin mauritanien. Nous devons aussi leurs offrir un minimum pour s’acquitter convenablement de leurs devoirs. Que fera un urgentiste face à un cas très grave. En l’absence de moyens nécessaires pour des soins de première urgence, ma conscience professionnelle et humaine ne me permettra pas d’exercer cette fonction, je démissionnerais tout simplement.

  • DocteurM (H) 15/05/2018 12:55 X

    Il faut bien que cette situation cesse, déjà que l'offre était très en deçà des attentes, cette grève générale vient assommer les mauritaniens qui sont devenus très demandeurs en matière de santé. Il est d'autre part vrai, que les efforts de Ould Abdel Aziz auront une meilleure visibilité en tenant compte de ces griefs légitimes posés par les hommes en blouse blanche. Loin d'être des antagonistes le jeune ministre de la santé et les syndicats se complètent dans ces revendications qui doivent être prises en compte.