15-05-2018 21:45 - Affaire Bouamatou et Consorts : Perquisitions pour vérifier des fakes-news

Affaire Bouamatou et Consorts : Perquisitions pour vérifier des fakes-news

Le Quotidien de Nouakchott - On commence à s’y habituer ! Périodiquement, dès que le dossier Bouamatou-Aziz connait une certaine accalmie, une fake-news sort au grand jour ayant pour unique but de jeter de l’huile sur le feu, afin de l’entretenir et ce pour le plus grand bien, (surtout financier) des sources de ces fake-news.

C’est sans doute dans cette catégorie qu’il faut ranger l’information selon laquelle Mohamed Ould Bouamatou aurait fait appel au cabinet Kroll (une agence privée américaine d’intelligence économique) afin de traquer les biens de Ould Abdel Aziz. S’il est vrai que Kroll a travaillé pour Bouamatou vers les années 90 sur un autre dossier, depuis ils n’ont plus aucun rapport, nous confie une source autorisée.

Alors la vague de perquisition au domicile de Debagh et Bouamatou ainsi qu’à la GBM serait-elle une réaction du pouvoir face à cette fausse information ? Personne ne peut prêter le moindre crédit à la « source policière » qui a confié au correspondant de l’AFP que ces perquisitions sont intervenues suite à une réquisition du juge d’instruction en charge du dossier.

En effet, à quoi bon perquisitionner le domicile de Bouamatou qu’il a quitté il y a huit ans donc bien avant l’adoption de la loi anti-corruption sur la base de laquelle il a été inculpé. Il est certain que cette perquisition n’avance en rien une instruction qui piétine depuis prés de dix mois. Personne ne sait à quelle preuve sur une éventuelle corruption des sénateurs on s’attend à trouver dans le bureau qu’occupait Mohamed Bouamatou à la GBM huit ans après qu’il l’ait quitté et surtout qu’il a été occupé après par au moins deux personnes. A moins que le dossier n’englobe désormais la période des élections présidentielles de 2007 et 2009 et dans ce cas il faudrait s’attendre à ce que les magistrats instructeurs convoquent des personnes jusque très haut dans la pyramide du pouvoir.

Mais en fait à qui profite le crime ?

Le premier nom qui vient à l’esprit est celui de Jemal Taleb Le Moigne, officiellement ambassadeur itinérant de Mauritanie mais en fait VRP de son propre compte en banque, officiellement appointé au cabinet Clyde and Co mais en fait travaillant pour sa propre entreprise juridique enregistrée dans le 94 à Nogent Sur Marne. Ce juriste connu à l’Etat Civil mauritanien comme Jemal Mohamed Taleb et à l’Etat Civil français comme Jemal Le Moigne qui ne voyage qu’en première aux frais de la princesse, n’en finit pas de tirer profit des ressources publiques et privées. Jugez en ;

Différends entre la Mauritanie et Bumi avec arbitrage au CIRDI, c’est lui, plusieurs dossiers de la SNIM, c’est lui, plainte contre Noel Mammère, c’est encore lui, plaintes contre Sherpa, c’est lui, consultants pour la sécurité et la lutte contre le terrorisme avec comme figures de proue le juge Bruguière et l’ex colonel Peer De Jong, l’Association Europe-Mauritanie avec ses colloques couteux et sans retombées, c’est encore lui, arrangement avec l’entreprise indienne adjudicataire du marché de la ligne de haute tension Nouadhibou-Nouakchott, encore lui, la liquidation de la Sonimex, il y est aussi.

Jemal Le Moigne n’a pas le moindre scrupule pour utiliser de jeunes personnes dans l’entourage du président afin de parvenir à ses fins. Chaque fois que le régime trouve un problème, réel ou imaginaire, Jemal et ses autres pendants y voient une opportunité irremplaçable de se faire de l’argent. Ils seront une armée d’associations africaines fantoches qui soient disant auraient pignon sur rue à Paris mais qui ne sont en fait que des moyens de soutirer de l’argent à un Ould Abdel Aziz obnubilé par la réussite de son sommet de l’UA.

Pour ce qui est des perquisitions actuelles, on en attend sans doute aucun résultat palpable si ce n’est essayer d’intimider celui que beaucoup qualifie de plus farouche opposant du régime mais qui n’est en fait qu’un homme d’affaire qui se défend avec ses moyens contre l’arbitraire qu’il subit injustement.

Le Quotidien de Nouakchott



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1893

Commentaires (1)

  • synthetiseur (H) 16/05/2018 12:04 X

    La position de la majorité des mauritaniens est toujours la meme;Rappelons la :Il est temps que ce conflit se termine. Il devient à la limite agaçant et ne suit plus aucune logique. Ces arrestations et perquisitions sont un signe de desorientation et de cafouillage. Le Président Aziz doit faire la paix avec Bouamatou, lui rendre tous ses biens, lui assurer un retour honorable et obtenir la cessation par Bouamatou de tout acte hostile à son égard. Les deux hommes se font énormément mal réciproquement et perdront tous les deux en définitive cette guerre fratricide après avoir dilapidé des millions de dollars entre journalistes, ongs, lugubres intermédiaires, fumiers de tous genres. Ils doivent savoir que les mauritaniens n'ont cure de ce genre de conflits fondé sur un délit de cousinage et la lutte pour occuper la place de l'homme le plus riche de la tribu des oualad bousbaa et ensuite du pays. A ce jeu les deux hommes perdront énormément avec le temps, la lassitude des mauritaniens et des lobbys français et de tous ces intermédiaires qui se font de l'argent sur leurs dos. Tout ce monde servira un jour un troisième larron qui lui aura pour mission de les détruire tous les deux en meme temps pour on ne sait quelle nouvelle magouille....Pendant ce temps les mauritaniens souffrent de ne pas savoir ce qui se passe politiquement dans leur pays et à quelle sauce ils vont etre mangés en 2019, de manque d'eau, de sécheresse, de dévaluation de la monnaie, de baisse du pouvoir d'achat, de sclérose de l'administration, de retour au communautarisme, au tribalisme qu'on a jamais vraiment quitté, de mainmise de lobbys affairistes sur les biens du pays bref pas beau tout ça....Bon Ramadan peut etre qu'il portera conseil à tout le monde.