16-05-2018 07:30 - La Mauritanie à l’heure de la désintermédiation bancaire de l’emprunt (4)

La Mauritanie à l’heure de la désintermédiation bancaire de l’emprunt (4)

Maître Taleb Khyar ould Mohamed Mouloud - Le financement de l’économie réelle se fera par l’emprunt ou ne se fera pas ! Cette assertion n’a pas la prétention de s’élever au rang d’impératif catégorique ; elle n’en est pas moins pertinente à plus d’un titre.

Pour s’en convaincre, il suffit de regarder autour de soi, en direction des pays les plus riches de la planète ; on s’apercevra alors que dans cette partie du globe, le recours généralisé et systématique à l’emprunt est la règle, alors que l’autofinancement reste et demeure l’exception. C’est ainsi qu’aux Etats-Unis, comme en Europe, aucun investissement public ou privé n’échappe à l’emprunt ; il en va de même pour la consommation des ménages.

Les Etats Unis, sont endettés à deux cent pour cent(200%) de leur produit intérieur brut alors qu’au lendemain de la seconde guerre mondiale, ce pays possédait à lui seul, la moitié de la richesse mondiale, et il faut croire que l’endettement va s’y poursuivre et connaître une envolée exponentielle avec la nouvelle politique fiscale foncièrement libérale initiée par l’administration Trump.

Le japon est endetté à hauteur de deux cent cinquante pour cent (250%) de son produit intérieur brut ; il s’agit d’un endettement structurel qu’il n’a jamais été question pour les décideurs politiques de ce pays de rayer ou d’endiguer ; dans les pays phares de la vieille Europe (France, Allemagne, Grande Bretagne), l’endettement atteint deux cent pour cent (200%) du produit intérieur brut.

Pour tous ces Etats, l’endettement est considéré comme un acte vertueux, car c’est par son entremise qu’ils ont surmonté la crise de 2000, connue sous le nom de bulle internet, et c’est également grâce à l’endettement qu’ils ont pu contenir et contourner les effets de la crise de 2008, connue sous le nom de crise des « subprimes », née aux Etats-Unis, mais dont le caractère systémique n’a épargné aucun pays européen.

Au niveau de l’investissement privé, qu’il s’agisse de petites, moyennes ou grandes entreprises, l’emprunt est considéré comme un levier de croissance ; la culture dominante chez les entrepreneurs occidentaux, est que l’autofinancement ne peut soutenir une croissance durable et de manière spécifique, chez les anglo-saxons , la tendance au recours à l’emprunt est plus nette, car on y enseigne dans les écoles de management (Business School) , que plus une entreprise est endettée, mieux la rémunération de ses actionnaires s’en ressent de manière positive.

Quant aux ménages, leur vie est ponctuée par le crédit ; on le trouve partout, dans la voiture, le logement, l’électroménager, la scolarité des enfants, les loisirs……etc. La doctrine dominante est que le crédit relance la consommation, qui elle-même finance la croissance.

En Europe du Nord, pour faciliter le financement de « start-up » innovantes , cela fait bien longtemps qu’on y a opté , non seulement pour une généralisation de l’emprunt, mais également et surtout pour une technique d’amortissement dite « amortissement in fine » qui permet de financer , dans des conditions optimales, les investissements innovants, dont les besoins en capital sont relativement importants au début de leur mise en place, mais dont les capacités de remboursement vont croitre très vite avec la création de produits innovants ; dans ces pays, l’amortissement de l’emprunt est donc adouci pour permettre aux projets innovants d’arriver à bon port .

On ne peut donc pas de ce côté- ci de la planète, continuer à regarder l’emprunt d’un œil inquisiteur, entretenir une perception moyenâgeuse autour de cet instrument considéré comme l’outil le plus performant que l’industrie bancaire ait mis au service du financement de l’économie réelle.

En effet, l’enjeu, le véritable enjeu, le seul enjeu aujourd’hui , c’est la rareté du capital dont la solution se trouve dans une bonne intégration de la financiarisation galopante de l’économie ; c’est dans cette optique qu’il faut comprendre la nouvelle politique fiscale de Donald Trump ; c’est également la même préoccupation qui est au centre des réformes fiscales initiées en Arabie Saoudite où on a compris que les revenus de transfert adossés sur une économie de rente ne survivraient pas à ce nouvel enjeu de la mondialisation qu’est la rareté du capital ; il faut saluer la promptitude avec laquelle un pays comme l’Arabie Saoudite dont on pensait qu’il était englué dans des considérations d’un autre âge, se soit très vite mis à l’heure de la nouvelle finance, en mettant à l’ordre du jour ,la modification du statut de la compagnie nationale pétrolière « Aramco » en vue de son introduction en bourse, l’institution de la TVA et la suppression de revenus de transfert qui entretenaient à coups de milliards les caprices d’une poignée de privilégiés en mal de sensations fortes. Dans ce pays, l’adhésion traditionnelle à la patrimonialité de l’économie, entretenue et nourrie par le renforcement des relations tribales et familiales, est en train de voler en éclats pour céder la place à une économie capitaliste où les relations de production priment sur les liens identitaires.

Il faut souhaiter que Mohamed Ben Salman aille jusqu’au bout de ses ambitions, alors qu’ici et là, des voix s’élèvent déjà pour remettre en cause ses décisions courageuses ; ce n’est pas chose facile que de généraliser les impôts dans ce pays où une multitude de princes vivaient de revenus de transfert, même si la fronde interne est loin d’avoir les mêmes capacités de nuisance que les réactions hostiles qui couvent à l’extérieur , chez certains pays, y compris en Occident , qui se sont accommodés d’une Arabie Saoudite sans ambition pour la croissance de son économie réelle, autre que celle qui consiste à faire de la figuration. Dans la vieille Europe, on s’active pour prévenir la financiarisation de l’économie en poussant vers une dynamique de rupture avec la conception de plus en plus anachronique d’une économie plombée par les revenus de transfert ; en France par exemple, repenser la forme juridique de certaines sociétés d’Etat en vue de leur introduction en bourse, n’est plus un tabou.

Dans notre environnement immédiat, la loi dite « Start up act » adoptée en Tunisie va faciliter le financement des investissements innovants dans des conditions soutenables pour les jeunes entrepreneurs ; le même effort est déployé au Maroc à travers une modification profonde de la législation sur l’investissement qui va faciliter l’accès des entreprises au crédit et, au-delà ,faire du royaume chérifien le futur carrefour (Hub) de flux de capitaux d’origines diverses en direction du continent africain.

La Mauritanie ne devrait pas être l’oubliée de la mondialisation et de ses contraintes financières qu’il faut maîtriser pour passer le cap des premières turbulences qui, à terme, peuvent avoir des conséquences dramatiques sur le tissu économique et la cohésion sociale ; c’est pour toutes les raisons soulevées plus haut, et pour d’autres dont l’évocation serait fastidieuse au détour de cette approche, qu’il faut initier une dynamique d’ensemble dans laquelle seraient associés divers organismes à caractère public pour certains, privé pour d’autres, avec pour mission de définir et de mettre en place un environnement favorable à une perception innovante de l’emprunt, une perception moderne, moins poussiéreuse , qui permette de faire face à la rareté du capital considérée comme une des complexités majeures de la mondialisation. La première démarche en direction de la mise en place d’un écosystème favorable à l’accès des entrepreneurs au crédit passe par :

a) L’abrogation de la loi sur le recouvrement des créances bancaires, abrogation en faveur de laquelle militent plusieurs arguments.

La loi sur le recouvrement des créances bancaires viole les engagements internationaux de la Mauritanie ; en effet, elle institue la contrainte par corps pour dettes civiles, ce qui veut dire en terme cru, l’emprisonnement, alors que la Mauritanie a ratifié la convention internationale proscrivant l’emprisonnement pour dettes civiles, convention qui, selon la hiérarchie des normes juridiques, prévaut sur la législation interne.

La loi sur le recouvrement des créances bancaires est archaïque, car l’emprisonnement pour dettes civiles est une pratique qui remonte à l’antiquité, et qui a été retirée de toutes les législations. On ne lui trouve plus trace que dans cette loi d’un autre âge, née sous un régime d’exception qui, de tous ceux qui ont marqué l’époque des comités militaires, est sans doute le plus obscurantiste.

b) La modification du code du travail.

Il faut envisager sérieusement une modification du code du travail, à travers une réforme pouvant concourir à l’exigence de rentabilité de l’investissement sans porter atteinte à la sécurité de l’emploi que réclament les salariés , or cette exigence de rentabilité peut être remise en cause à tout moment par tout licenciement individuel ou collectif si anodins soient-ils.

Il suffit à cet égard de se livrer au niveau des juridictions de travail à un relevé statistique des dispositifs des décisions judiciaires rendues en la matière pour apprécier l’ampleur des dégâts que peut occasionner un simple licenciement de droit commun qui débouche sur une condamnation de l’employeur à des dizaines de milliers d’euros, alors que la vie de toute entreprise est ponctuée de congédiements et d’embauches, sans l’alternance desquels l’employabilité est un vain mot et toute politique de ressources humaines, un vœu pieux.

La relation employeur-employé ne devrait plus être seulement un fardeau que doit gérer l’entrepreneur au bénéfice du travailleur, mais une préoccupation commune du patron et de l’employé, de telle sorte qu’un licenciement ne conduise plus fatalement à un dépôt de bilan ; cette relation devrait associer la flexibilité dans la gestion des contrats de travail à la stabilité de l’emploi.

c) Le patronnât doit se ménager les moyens opérationnels qu’offre la loi et les usages du commerce, pour faire face à la rareté du capital qui affecte profondément les qualités concurrentielles de l’entrepreneuriat mauritanien, et dont la cause doit être recherchée dans les défaillances du système bancaire. Or, surmonter cet obstacle est un objectif stratégique qui ne peut, paradoxalement, se réaliser sans le concours des banques, celles-ci ayant exclusivement la prérogative de drainer les capitaux pour les redistribuer aux opérateurs qui en ont le plus besoin, en vue de financer l’investissement et la consommation. On peut à cet égard faire observer que, de la même manière que les banques occidentales sont à l’origine de la crise systémique de 2008, mais ont été associées à sa solution, de cette même manière, les banques mauritaniennes sont à l’origine de la rareté des capitaux, mais constituent un instrument opérationnel pour son dénouement, donc un levier que doit actionner le patronat pour relancer le financement de l’économie réelle.

Le rôle du patronat au niveau des commissions paritaires chargées d’élaborer les lois sociales et d’examiner les conflits de travail, aussi bien en amont qu’en aval, devrait être plus incisif, face à un syndicalisme salarié très actif, imbu d’une culture lobbyiste , ayant un objectif d’ordre subversif plus que corporatiste, un syndicalisme parasitaire puisque d’obédience politique, qui s’exprime dans toute sa plénitude, en l’absence de tout vis-à-vis dans les commissions paritaires, encouragé en cela par la présence timide des représentants des employeurs qui brillent par leur mollesse et par le peu d’intérêt qu’ils accordent à leur rôle dans ces commissions paritaires, y compris au niveau des tribunaux du travail , ce qui explique en partie, le caractère systématiquement favorable à l’employé des rapports établis par les inspecteurs de travail à l’occasion de leurs médiations dans les conflits sociaux , et dans une certaine mesure, la lourdeur des condamnations judiciaires subies par les employeurs, mais également et surtout, la prolifération d’une législation sociale profondément défavorable et préjudiciable au patronat.

Bien des entreprises ont mis la clé sous le paillasson, harcelées par des inspecteurs de travail, aptes à ficeler des dossiers , au détriment et au préjudice de l’employeur, sous l’impulsion de syndicats d’obédience politique comme plus haut, alors que nous appartenons désormais à un monde globalisé où la sécurité de l’emploi ne s’acquiert qu’aux prix d’investissements innovants, avides de flexibilité, et prompts à s’évaporer pour s’en aller chercher ailleurs, sous des cieux plus cléments ce qu’ils ne trouvent pas dans le pays d’accueil. C’est là, une des contraintes de l’économie transfrontalière qu’impose la globalisation.

d) Parce qu’elle détient le monopole de création de la monnaie centrale, la Banque Centrale demeure l’arbitre incontesté de la politique monétaire. Pour contraindre les banques à orienter leur excès de liquidité vers l’économie réelle, la Banque Centrale dispose à cet égard d’un instrument privilégié connu sous l’appellation de mécanisme d’escompte : en effet, les banques, dont le rôle principal dans tous les pays ou zones monétaires est de financer les entreprises et la consommation des ménages, ont tendance à se soustraire à cette obligation en déposant leurs liquidités auprès des banques centrales moyennant rémunération plutôt que de les affecter au financement de l’économie réelle ; en leur offrant un taux d’intérêt faible, les banques centrales cherchent à les en dissuader ; telle est la description sommaire du mécanisme d’escompte qui permet à la Banque Centrale de baisser le taux d’intérêt des dépôts bancaires, pour contraindre les banques à orienter leur excès de liquidités vers les entreprises et les ménages , et affecter de la sorte cet excès de liquidités à l’emprunt dans des conditions (taux et amortissement) profitables à une meilleure performance de l’économie réelle.

Afin d’accentuer cet effet, et inciter davantage les banques à financer les entreprises et les ménages, la Banque Centrale a la latitude de combiner le mécanisme d’escompte, à une réduction du minimum légal des réserves excédentaires dont les banques pourraient bénéficier.

Pour être suffisamment édifié sur ce sujet, il faut revisiter l’expérience de la Banque Centrale Européenne lors de la crise de 2008, dont l’attitude a consisté au maintien et à l’appui du réseau bancaire, alors que c’est une banque qui est à l’origine de la crise dont le caractère systémique n’a épargné aucun pays européen ; la Banque Centrale Européenne a même plaidé pour la recapitalisation de certaines institutions financières qui, du fait de la crise, avaient la tête sous l’eau, mais tout en veillant à ne plus rémunérer les dépôts bancaires , ce qui a incité celles d’entre ces institutions financières détentrices d’un excès de liquidités, à redistribuer cet excès aux ménages et agents économiques pour stimuler la consommation et l’investissement ; il faut relever au passage que cette attitude est contraire aux recommandations des programmes d’ajustement structurel qui considéraient, dans les années quatre vingt (80), la consommation en Afrique comme un facteur de ralentissement de la croissance, préconisant alors un raidissement du crédit doublé d’une paupérisation des populations, alors que la Banque Centrale Européenne, lors de la crise de 2008, n’a jamais accepté d’accroitre son taux directeur qui est resté égal ou voisin de zéro (0%) pour faciliter l’accès des entreprises et des ménages aux prêts bancaires .…. (à suivre).

Par Maître Taleb Khyar ould Mohamed Mouloud

Avocat à la Cour.

Ancien membre du Conseil de l’Ordre.

Kyarfr2015@gmail.com



"Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté dans le respect de la CHARTE affichée.

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.


Commentaires : 1
Lus : 1487

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • KANTAKI (H) 22/05/2018 15:23 X

    Article de portée et de contenu inégal et les descriptions ont été souvent mal rattachées au sujet. Néanmoins, tout à fait d'accord que la prison pour endettement hors spécifications criminelles incluses est une farce sans pareil... Ue vont faire les centaines de créanciers du clan Beddy et consorts? Pour ce qui est de l'endettement comme effet de levier économique, c'est une doctrine ville comme Keynes combattue par les monétaristes qui ont inventé la politique monétaire pour contrôler l'inflation et ls déséquilibres qui vont avec ! Mais en plus de l'anomalie juridique comme la contrainte par corps pour punir celui qui s'endette sans payer, il y a aussi l'anomalie budgétaire qui sort de la politique économique orthodoxe et donna la part belle à l'économie non marchande ( état bâtisseur et faiseur d'affaires) au détriment de l'économie réelle, cella là prenant en compte le secteur privé au sens puriste du terme d'entend ! Mais bravo pour l'essai, cher Maître !