16-05-2018 01:00 - Sénégal: les étudiants dans la rue après la mort d'un des leurs à Saint-Louis

Sénégal: les étudiants dans la rue après la mort d'un des leurs à Saint-Louis

Romandie News - Des manifestations violentes ont éclaté mardi dans plusieurs universités du Sénégal après la mort d'un étudiant au cours de heurts avec les forces de l'ordre à Saint-Louis (nord), où des gendarmes ont été blessés et des édifices publics saccagés.

"Un étudiant est décédé" mardi à l'Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis lors d'"échauffourées" avec les forces de l'ordre qui ont "fait une vingtaine de blessés, dont 18 gendarmes", a déclaré à la radio le ministre de l'Intérieur, Ali Ngouye Ndiaye. Une autopsie a été ordonnée pour déterminer les cause du décès, selon les autorités.

Etudiant en lettre, Mouhamadou Fallou Sène, 25 ans, "a succombé à ses blessures" à la suite de ces "affrontements entre les forces de l'ordre et les étudiants dans le campus", a précisé le rectorat de l'UGB dans un communiqué.

"C'est avec une profonde émotion que je présente mes condoléances à la famille du défunt Mohamed Fallou Sène, étudiant de l'UGB. J'ai instruit le gouvernement de faire toute la lumière et de situer les responsabilités. Une information judiciaire a été immédiatement ouverte", a réagi dans la soirée sur Twitter le président sénégalais Macky Sall.

Les autorités avaient fait appel lundi aux forces de l'ordre "pour sécuriser les restaurants universitaires" après "un mot d'ordre de 48 heures de restauration gratuite (Journées sans tickets)" lancé par l'association des étudiants de l'UGB "pour protester contre le retard du paiement des bourses", selon le rectorat de la deuxième université du pays.

Après la mort d'un des leurs, des étudiants ont mis à sac le bâtiment abritant la direction des oeuvres universitaires et le siège du rectorat de l'UGB, selon un correspondant de l'AFP.

Dans l'université, divers débris jonchaient le sol au milieu de documents administratifs vandalisés, de portes et vitres brisées, après le passage des étudiants.

- Pierres sur les voitures -

En signe de solidarité, des étudiants ont manifesté dans au moins quatre des cinq universités publiques du Sénégal, à Ziguinchor (sud), Bambey (centre) et Dakar, selon la presse locale.

A Dakar, de petites barricades de blocs de pierre et de branchages étaient tenues par quelques centaines d'étudiants, dont certains étaient armés de bâtons ou de barre de fer, sur les chaussées menant à l'Université Cheikh Anta Diop, où une forte odeur de gaz lacrymogène était perceptible, selon des journalistes de l'AFP.

Des étudiants ont lancé des pierres sur les forces de l'ordre, mais aussi sur des voitures passant à proximité, brisant plusieurs pare-brise et occasionnant un gigantesque bouchon sur l'un des principaux axes pour quitter le centre-ville.

Selon les médias sénégalais, des véhicules ont également été incendiés et un commandant de police blessé dans la capitale sénégalaise.

-Violences excessives-

L'étudiant de Saint-Louis a été tué "par balle", ont affirmé à l'AFP des sources estudiantines, selon lesquelles "plus de 20 étudiants" ont été blessés à Saint-Louis dans les violences avec les gendarmes.

"Nous regrettons cet incident survenu à Saint Louis", a précisé le ministre de l'Intérieur. Il a annoncé l'ouverture d'enquêtes "pour situer les différentes responsabilités" et indiqué que les bourses seraient payées aux étudiants.

Un syndicat de l'enseignement supérieur a appelé mercredi soir à la démission du recteur de l'université de Saint-Louis.
"Les étudiants de ce pays, avant de percevoir leurs bourses, inhalent d'abord du gaz ou perdent la" vie, a dénoncé dans un message sur Whatsapp un étudiant en colère.

La Ligue sénégalaise des droits humains, la Rencontre africaine pour la défense des droits de l'Homme et Amnesty International Sénégal ont, dans un communiqué commun, "condamné l'usage excessif de la force par les forces de sécurité".

Les trois ONG ont déploré les "retards récurrents dans le paiement des bourses", "principale cause de la violence dans les universités".

Les deux derniers cas de décès d'étudiants tués au Sénégal lors de confrontations avec les forces de l'ordre remontaient à 2001 et 2014.

(©AFP / 15 mai 2018 20h26)



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 873

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)