24-05-2018 07:30 - Vidéo. Mauritanie: mise à niveau de la stratégie nationale de protection de l’enfance

Vidéo. Mauritanie: mise à niveau de la stratégie nationale de protection de l’enfance

Le360 - La rencontre du mardi 22 mai a réuni une centaine d’acteurs issus de l’administration publique et de tous les milieux de la société impliqués dans la gestion de l’enfance.

Elle visait «à lancer le processus d’actualisation de la Stratégie nationale de protection de l’enfance (SNPE) à travers une réflexion sur le système national de protection, sur le mandat et le rôle de chaque acteur dans le système», explique un document de base.

En marge de cet atelier, Mohamed Salem Ould Ahmed, chef du service Protection et droits de l’enfant, au ministère des Affaires sociales, de l’enfance et de la famille, explique l’importance de la mise à jour de la SNEP.



Pour sa part, Barbara Ferraro, de l’ONG «Save The Children» parle de la contribution de cette organisation dans la révision de la Stratégie nationale de protection de l’enfance (SNEP).

En Mauritanie «la violence contre les enfants se manifeste sous plusieurs formes: huit enfants sur dix âgés de 1 à 14 ans ont subi une agression de type psychologique ou un châtiment corporel.

Quatre enfants sur dix, âgés de 5 à 17 ans sont obligés de travailler. Quatre femmes sur dix, âgées de 20 à 49 ans, ont été mariées avant l’âge de 18 ans.

Ainsi, la réponse aux violences faites aux enfants nécessite-t-elle un effort concerté et l’implication effective de tous, compte tenu de son impact sur les enfants, les familles, les communautés et les Etats. Elle est une priorité mondiale»
, souligne un document distribué à l’occasion des travaux.

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le360 (Maroc)
Commentaires : 1
Lus : 1146

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • cccom (H) 24/05/2018 08:24 X

    Visiblement ce document et les chiffres qu’il énonce est un copié collé de document de stratégie pensé ailleurs totalement différent de la situation qui prévaut en Mauritanie. La situation en Mauritanie est autre : Le droit de l’enfant à l’éducation gratuite et d’excellence dans mon pays et je l’écris chaque jour depuis plus de 20 ans pour la presse et dans ma page facebook est détruit à 100% , je dis bien 100% du fait du systéme éducatif qu’il subit par snobisme des systémes éducatifs désuets qu’on lui impose. On lui impose de s’inscrire à l’école qu’à l’âge de 8 ans , il peut et doit être présenté au concours d’entrée au collége à cet âge ou au moins à 9 ans. On lui impose de se présenter au Bac à l’âge de18 ans alors qu’il peut et doit se présenter au doctorat scientifique trilingue à l’âge 18 au plus en appliquant le systéme éducatif communautaire intensif et gratuit créé en Mauritanie depuis 1994 . Systéme qui a sauvé des dizaines d’enfants à Maaden depuis 1994 qui avaient subi le systéme éducatif officiel en réalisant des cursus éducatifs gratuits réduits de 50 à 70% comme notre actuel Ministre de la Jeunesse et des Sports et d’autres que j’avais voulu présenter en chair et en Os à l’atélier si le Ministére avait daigné m’y inviter. Un systéme qui non seulement économisera à l’Etat 50 milliards dUM/an et autant à certains parents d’éléves aisés qui dépensent plus sans succès mais propulsera le pays pour rattraper les pays occidentaux dans la maîtrise de la science par les enfants gratuitement en bas âges : deux effets exclusif à notre systéme d’excellence qui sont à mon avis la cause De l’injustice flagrante de nos enfants et de la sourde oreille que certains milieux font à notre systéme de sauvetage d l’enfant en Mauritanie . cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr