04-06-2018 20:30 - Mauritanie : le bras de fer se durcit entre les médecins grévistes et le gouvernement

Mauritanie : le bras de fer se durcit entre les médecins grévistes et le gouvernement

La Tribune Afrique - En Mauritanie, la tension se maintient entre les médecins et le gouvernement après la décision de ce dernier de suspendre les salaires des premiers, suite au mot d'ordre de perdurer leur mouvement de grève. Depuis ce weekend, les grévistes envisageraient même une résiliation collective des contrats les liant à l'Etat, en réaction au limogeage de leur premier responsable syndical.

Le bras de fer entre les médecins grévistes et le gouvernement mauritanien serait-il sur le point de prendre un nouveau virage? A la sortie d'une réunion d'évaluation organisée ce weekend, les médecins grévistes ont finalement décidé de faire monter les enchères, en prenant des mesures progressives pour faire plier le gouvernement. Au rang de ces dernières figure notamment la résiliation collective des contrats les liant à l'hôpital militaire de Nouakchott à partir de ce lundi.

Cette décision qui les met désormais sur un véritable pied de guerre contre le gouvernement intervient suite à la décision du ministère de la Santé de limoger Mohammed Ould Dahya, le président du Syndicat des médecins spécialistes, de sa fonction au Centre hospitalier national de Nouakchott (CHN) et de suspendre fin mai dernier les salaires de tous les grévistes.

Ainsi, les médecins grévistes exigent dans un délai de 15 jours le rétablissement de leur collègue dans ses fonctions, sous peine de procéder à des démissions collectives de tous les chefs de division au CHN, ajoutant que « les décisions arbitraires et illégales» du ministère ne feront que renforcer leur engagement et leur attachement à leur «cause juste».

Concernant les autres mesures décidées par les médecins grévistes, il s'agit notamment d'instaurer la limitation de la permanence dans les urgences à tour de rôle, à un seul hôpital par semaine à compter du 1er juillet. Une décision qui risque de rendre plus salée encore l'addition de cette grève, d'autant plus que jusqu'à ce lundi main les services des urgences dans tous les hôpitaux fonctionneraient normalement.

Par Sylvain Vidzraku



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 1948

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • observateurseulement (H) 05/06/2018 01:55 X

    Dans cette affaire le peuple, sous l’égide des syndicats et la société civile, doit s'impliquer et exiger l’arrêt de la gréve en procédant à une analyse objective des doléances des médecins, la position du ministère et des conditions économiques du pays puis appuyer le camp qui mérite d’être soutenu.

  • Hamady Barry (H) 05/06/2018 01:52 X

    Vraiment l'état devrait revoir sa position car les revendications des médecins sont très légitimes. Mieux vaut prévenir que guérir. la paix sociale n'a pas de prix, n'est ce pas Mr le Ministre de la santé qui risque d'être pris comme bouc émissaire?

  • Ksaleh (H) 04/06/2018 21:50 X

    On verra bien si vous méritez vos noms d'élites du pays, c'est à dire tout recul de votre part sera perçu comme votre échec ! Ce n'est nullement pour chauffer l'arène, mais vos revendications nous parlent à tous. Une institution comme le système de santé ne peut être décriée, honnie et même rejetée depuis des années sans changements. Les mauritaniens méritent mieux que de se voir remettre des ordonnances Kilométriques à payer dare dare quel que soit l'état du malade dans des pharmacies tenues par de véreux commerçants qui pensent vendre du riz ou du sucre. Ould Abdel Aziz qui se veut réformateur doit vous écouter et arrêter de vous regarder d'en haut des cadres de ce pays, par des mesures dignes d'une province soviétique. A quoi correspond contre toute règle la suspension de salaire de grévistes ? A quoi cela correspond le limogeage de syndicalistes qui ont la loi de leur côté leur garantit une intégrité inviolable.