06-06-2018 09:29 - Lettre ouverte au Président de la République

Lettre ouverte au Président de la République

CALESMS - Au Guidimagha (Mauritanie), dans la localité de Dafort, des descendants d’esclaves soninkés sont menacés de dépossession de terres qu’ils cultivent depuis plusieurs générations.

Cette tentative de dépossession des « maitres » est, entre autres, une réponse à l’activisme de ces descendants d’esclaves dans les mouvements récents de lutte contre l’esclavage comme Gambanaxu. Les anciens maitres ont occupé les terres. Les descendants d’esclaves ont porté plainte. L’Affaire est pendante au tribunal de Sélibabi.

Au-delà de cette saisine de la justice, le premier concerné par cette affaire, la première institution interpellée, c’est l’Agence Tadamoun chargée de la lutte contre la pauvreté et les séquelles de l’esclavage. Tadamoun passe, encore une fois, à côté de sa raison d’être.

Tadamoun et le président de son conseil d’Administration, Camara Moussa Seydi Boubou. Monsieur Moussa Seydi Boubou qui est de la famille des auteurs de cette tentatives de dépossessions, de cette « cooptation esclavagiste d’héritage.» Comment peut-on confier la présidence du Conseil d’Administration d’une agence supposée lutter contre « les séquelles de l’esclavage » à une personne qui a des liens avérés avec des lobbies esclavagistes et féodaux ? Cette affaire est pendante devant la justice.

Le fait que M. Camara, président du conseil d’administration de Tadamoun, ne soit pas capable d’intervenir dans cette affaire basée sur des revendications féodales dans laquelle son propre oncle maternelle est engagé, démontre le degré d’insouciance que cette personne éprouve pour la cause que son agence est censée défendre.

A cet effet , nous venons par cette lettre attirer l’attention des pouvoirs publics sur cette entorse inacceptable qui confie la destinée des anciens esclaves à des personnes qui continuent de faire l’apologie et défendre ouvertement l’ordre féodal. Dans l’intérêt supérieur de la paix et de la concorde nationale, notamment au Guidimakha, la présidence du conseil d’administration de Tadamoun doit être confiée à des personnes qui ont des convictions autres que « un esclave n’a pas droit à la propriété foncière.»

Par conséquent, le collectif des associations de lutte contre l’esclavage en milieu Soninké demande au président de la République, Son Excellence Mohamed Ould Abdel Aziz de bien vouloir démettre Monsieur Camara de cette fonction hautement stratégique sensible.

Par ailleurs, nous rappelons que « la lutte contre les séquelles de l’esclavage » doit bénéficier à tous les groupes affectés par ce fléau qui existe au sein de toutes les communautés Mauritanienne à savoir les maures, les Halpulaar, les Soninkés et les Wolofs. Pour que cette lutte soit efficace, les pouvoirs publics doivent s’assurer que toutes les personnes qui continuent de souffrir des conséquences néfastes de cette pratique sont prises en charge par ce programme.

Pour rappel, le gouvernement Mauritanien a créé en 2013, l’Agence Tadamoun chargée de « répondre à un impératif de développement relatif à l’amélioration des conditions de vie d’une certaine population victime d’une parenthèse historique, dont les retombées économiques et sociales étaient désastreuses… ». La mission de l’agence TADAMOUN s’articule essentiellement autour de trois composantes :

• La Lutte contre les Séquelles de l’Esclavage,

• L’insertion des rapatriés mauritaniens du Sénégal

• Et la Lutte contre la pauvreté.

En réalité la création de cette agence répondait aux recommandations de la feuille de route sur l’esclavage visant à mettre en place un mécanisme qui permet aux personnes victimes de l’esclavages de bénéficier des services sociaux fondamentaux ainsi que d’un accompagnement technique et financier leur permettant d’assoir leur indépendance économique.

Malgré le manque de clarté dans la mise en œuvre de ce programme, nous nous sommes félicités de la mise en place de l’agence et reconnaissons qu’à ce jour plusieurs réalisations ont été effectuées.

Cependant, nous sommes au regret de constater que la question de la lutte contre l’esclavage qui devait être la priorité de cette agence a été reléguée au second plan au profit d’autres agendas.

Malgré les explications que nous avons reçues de la part des pouvoirs publics, certains signaux au sein du management de cette institution sont loin de nous rassurer.

Baliou Coulibaly

Le Coordonnateur du Collectif des Associations de Lutte contre l’Esclavage et ses Séquelles en Milieu Soninké

Tel : 46455504





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : CALESMS
Commentaires : 5
Lus : 4981

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • lass77 (H) 08/06/2018 17:15 X

    Je constate qu'il y'a des gens qui font l'apologie de l'esclavagisme que Cridem n'a pas meme jugé de censurer. Cette histoire de terre est facile de régler : Personne ne peut être dépossédée des terres qu'elle exploite quand bien meme que les soi-disants féodaux veulent le faire. Il faut un rapport de force dissuasif si l'Etat n'assure pas son role et fait appliquer la loi.

  • Korimagna (H) 06/06/2018 17:08 X

    Seuls ceux qui n'ont pas encore compris peuvent compter sur TADAMOUN. Cette organisation n'a pas d'autres missions que de faire du business sur le dos des pauvres et des esclaves. Au Guidimakha, TADAMOUN a fait pousser des immeubles en pleine brousse qui ne profitent qu'aux maîtres d'ouvrages et maîtres d’œuvres. Le plus regrettable est la complicité des bailleurs de fonds qui continuent de fiancer TADAMOUN.

  • planificateur (H) 06/06/2018 15:35 X

    Les soient disant nobles et les soninké en général récolteront les effets de leurs divisions .je vous dis bien, que dieu fasse qu'on aille aux élections en 2018.Soninkara sera la première communauté à être humiliée.

  • nemahaidara (H) 06/06/2018 13:57 X

    Ces terres que vous revendiquez ,vous appartiennent -elle ? Si vous croyez encore à la" bonne volonté" de ce régime , n'écrivez pas au président de la république , faite confiance alors en "sa" justice !!! et attendez . Si non luttez en ne comptant que sur vos propres forces et celles éprises de paix et de justice .La publicité , les palabres inutiles ne résolvent aucun problème surtout pas celui de la féodalité que vous appelez esclavage. Il faut des actions concrètes pas la gestion des humeurs des révoltés sociaux et autres marginaux ...

  • samboy (H) 06/06/2018 11:42 X

    Baliou Coulibaly Cher Monsieur ne soyez pas jaloux de Camara que je ne connais pas. en vous lisant on se rend compte que vous ne défendez rien, mais que vous êtes très jaloux de votre maitre.Cher Monsieur sachez que seul Allah donne et seul Allah retire. vous êtes envieux ce n'est pas bien.si les terres appartiennent aux ancêtres de ces maitres il est tout a fait normal qu'ils recuperent leurs terres si vous voulez vous rebeller contre eux.Vos terres a vous sont à coté de Kayes un village qui est votre village d'origine; dans ce village vous êtes des chefs normalement mais malheureusement pour vous chez les soninkés vous êtes considérés comme des esclaves bien que vous êtes libre depuis très longtemps,personne ne vous demande de travailler gratuitement mais votre fils ne peut pas épouser la fille de Mr camara, désolé pour vous.