06-06-2018 14:51 - Fuite de l'épreuve des Maths au BEPC (fac-similés)

Fuite de l'épreuve des Maths au BEPC (fac-similés)

Aghchorguit – Des élèves des écoles privés et publics candidats à l’examen national du BEPC (Brevet 2018), organisé mercredi 6 juin courant, pour une durée de deux jours, ont réussi à fuiter la matière des Mathématiques à travers WhastApp, juste avant le début des épreuves.

« Ce sont les facilités faites cette année par le ministère de l’éducation nationale aux élèves candidats qui sont à l’origine de cette fuite », affirment des surveillants, qui ont déploré l’absence d’équipements de contrôle et d’inspection, en plus de l’autorisation faite aux élèves d’entrer dans les salles munis de leurs Smartphones.

60327 candidats dont 15 484 candidats libres et 16263 candidats issus des écoles privées participent à ces examens au plan national. Le nombre des filles est, lui, de 33592 , soit 55,68%.

Traduit de l’Arabe par Cridem

----







Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 2968

Commentaires (3)

  • kouly44 (H) 07/06/2018 11:04 X

    Encore vraiment maintenant la tricherie c'est devenue comme quelque chose autorisée.

  • pyranha (H) 06/06/2018 17:59 X

    Si j'étais Président,le Ministre de l'éducation serait demis de ses fonction pour de bon et jamais il ne posera pied dans un établissement public .Ceux qui auront autorisé les smartphones et encouragé la triche auront à purger 5 ans de prison ferme et jamais ils ne toucheront aux aliments amenés par leur famille en prison,ils boufferont pendant ces 5 ans la merde cuisinée dans ces prisons et à leur sortie ,radiés à vie de la fonction publique. Il est impossible d'imaginer le tort que ces imbéciles font à ce pays comme le dit si bien KORIMAGNA jamais le développement et la richesse ne s'ouvrent dans un pays de corrompus et de tricheurs

  • Korimagna (H) 06/06/2018 15:39 X

    Avec ces pratiques à répétition encouragées par les hautes autorités de l'éducation nationale, seuls les injustes et les sans cœur seront fières d'être mauritanien. Dans ce pays l'éducation et la santé au lieu d'être une priorité nationale, ne sont plus qu'un simple fonds de commerce pour les gouvernants. Avec cette mascarade, peut-on espérer sortir de la pauvreté en prendre les pistes du développement durable et équitable ?