11-06-2018 12:54 - Monza : "Il est temps que le festival Assalamalekoum récupère sa place qu’il mérite après dix années d’indifférence"

Monza :

L'Authentique - Les préparatifs vont bon train pour la 11ème édition du "Festival Hip-Hop Assalamalekoum", prévue d’abord le 19 juin au Stade du Ksar, puis reportée au 24 juin 2018 et à l’Institut français de Mauritanie (IFM) par solidarité avec les bacheliers, avec la présence attendue des autorités nationales, dont le Ministre de la Culture et de l’Artisanat. Pour en savoir plus, Limane Kane dit Monza, Directeur du festival, nous a accordé cette interview.

Le Festival Hip-Hop Assalamalekoum prépare sa 11ème édition à partir du 24 juin prochain au lieu du 19 juin comme annoncé, qu’est-ce qu’il y a de neuf en matière d’innovation, cette année ?

Monza : en termes d’innovation on poursuit notre marche dans la décentralisation, en rajoutant chaque année de nouvelles villes, cette année ce sont Maghama dans le Gorgol, Zouerate dans le Tiris-Zemmour et Boghé dans le Brakna.

A chaque édition, nous avions aussi l’habitude de présenter de grosses affiches avec des artistes européens, américains, en partenariat avec des Instituts culturels européens et américains locaux.

Cette année nous avons pensé regarder plus près de nous, dans la sous-région pour surtout coller à l’actualité. Vous savez, la Mauritanie s’apprête à accueillir la prochaine session de l’Union Africaine.

C’est pourquoi nous sommes allés dans cette édition vers une dimension purement africaine avec bien sûr une ouverture au monde et une participation d’artistes qui viendront de l’Afrique Subsaharienne et du Maghreb notamment, avec un pays à l’honneur, le Sénégal, qui fête ces 30 ans de Hip-Hop.

Nous allons aussi nous ouvrir au monde avec pour la première fois des artistes qui viennent de pays que nous n’avions pas l’habitude d’inviter, comme la Suisse et la Belgique.

Comme innovation, on remarque aussi que vous aviez décidé d’abord d’ouvrir le festival au Stade du Ksar, puis vous avez choisi d’aller à l’Institut français de la Mauritanie. On parle aussi de la présence annoncée du Ministre de la Culture et probablement de quelques autres ministres avec lui. Est-ce la première fois que cela arrive pour Assalamalekoum ?

Monza : il est temps que le festival Assalamalekoum récupère sa place qu’il mérite, celui d’un évènement culturel phare au niveau national, après dix années d’indifférence, alors qu’au niveau international on est couvert d’honneurs au point de figurer dans le Top 100 des plus importants évènements dans l’espace francophone dans le cadre du Grand Tour organisé sous le haut patronage d’Emmanuel Macron, le président français. C’est important pour la francophonie et c’est un très grand prestige de figurer dans ce top.

Maintenant, si au niveau national, l’Etat ne reconnaît pas ces efforts déployés par ses propres citoyens à l’International, en faisant semblant de ne rien voir, car cela a été le cas, puisque l’accompagnement n’était pas justement motivé par un positionnement.

Or nous sommes des acteurs et nous n’avons pas de positionnement, car nous ne sommes pas des politiciens, mais des artistes qui avons l’ambition de représenter la Mauritanie dans toutes ses diversités.

Nous n’allons pas quémander et nous voulons que cesse cette politique de la distribution, la distribution des rôles et des soutiens, qui ne font que cultiver la médiocrité.

Si la Mauritanie veut conserver un semblant de crédibilité sur le plan international, elle doit cesser cette politique de distribution et de la médiocrité, pour accorder l’intérêt qu’il faut à la culture du mérite, celle qu’on doit accorder à tous ceux et celles qui se lèvent tôt chaque matin pour travailler pendant que d’autres dorment dans des bureaux climatisés sans aucun apport pour la Nation. Nous sommes là, en tant que citoyens pour renforcer l’Etat dans ses visions et dans ses politiques.

C’est dans ce cadre que nous avons créé l’Union des Festivals de Mauritanie qui regroupe des porteurs de projets culturels et des directeurs de festival. Le but est de faire certes plus de bruit avec plusieurs festivals, mais surtout d’être écouté par l’Etat qui doit savoir que nous existons et que nous pouvons jouer des rôles importants, car nous appartenons à plusieurs réseaux et nous sommes même parfois invités à des forums où l’Etat n’est pas convié ou dans lesquels il est convié mais où son siège serait inoccupé si nous n’étions pas présents. Il est temps que l’Etat reconnaisse notre travail et nous accorde l’intérêt que nous méritons.

Pour revenir à votre question, ce retour qui était prévu au Stade du Ksar avant le changement pour l’IFM, était important car les éditions du festival en 2012, 2013 et 2014, s’y étaient déroulées avec l’appui de la Ville de Nouakchott et le Maire Ahmed Hamza, parce qu’il y avait le soutien qui nous provenait encore une fois de l’International, la Région Ile-de-France.

En 2015, nous avions fait la Foire d’El Mina de Nouakchott avec le soutien du Ministère de la Culture et Madame la Ministre avait même fait le déplacement à l’époque. Ce fut un instant de reconnaissance, mais cela n’a pas perduré, parce que ce qui est dommage dans le pays et que nous voulons changer, c’est que l’Institution s’en va avec la personne. Ce que nous refusons.

L’institution doit rester et les hommes passer. Cette année, nous aurons le Ministre de la Culture, pourquoi pas le Président de la République, cela fait onze années que nous nous donnons corps et âmes pour la Mauritanie, on ne nous a jamais dit merci.

Ce sont les autres qui nous disent merci pour ce que nous faisons pour notre pays. C’est la France, qui nous aide et nous remercie pour le travail que nous faisons. Ce sont les autres qui applaudissent nos efforts pendant que d’autres cherchent à les enterrer.

Après avoir créé l’Union des Festivals de Mauritanie, nous venons de créer avec un groupe de rappeurs, le "A2HM" (Association des Hip-Hoppeurs de Mauritanie). Et vous savez combien y a-t-il de groupes de Rap en Mauritanie ? Rien qu’avec Assalamalekoum Découvertes depuis dix ans, nous avons enregistré plus de 3.500 groupes.

Et si nous comptons au minimum trois personnes par groupes, nous nous retrouvons avec plus de 10.000 jeunes rappeurs mauritaniens. D’autres ont répertorié 9.000 groupes de Rap, soit en moyenne 27.000 rappeurs. Encore, ne s’agit-il là que des artistes.

Il faut compter ceux qui sont derrière, notamment les promoteurs, les managers, mais surtout le public. L’idée est de dire à l’Etat, voyez le nombre de jeunes qui gravitent autour du Hip-Hop et l’engouement créé par cette culture, ce qui est demandé c’est que vous leur créez le cadre nécessaire à leur plein épanouissement.

Quels sont les deux évènements phares de cette 11ème édition ?

Monza : Etre dans l’innovation c’est bon mais il faut s’écarter de l’effet de mode. Nous estimons au niveau d’Assalamalekoum, qui est un projet conçu avec une certaine vision et projection, avoir campé le décor et créer le cadre adéquat pour le mouvement Hip-Hop en Mauritanie, avec cette année une innovation de taille, à savoir l’ouverture sur les musiques traditionnelles. Nous croyons en effet qu’il est important de mettre en valeur les produits du terroire.

Mais il fallait pour en arriver à ce stade une certaine maturité pour faire cohabiter, l’instant d’un festival, entre le Hip Hop et la musique traditionnelle, et réfléchir sur une production exportable qui sortirait du mariage entre ces deux modes musicaux.

D’autre part, nous avons inscrit depuis deux ans, dans le cadre d’Arterial Network, la ville de Nouakchott dans le cadre d’un programme des villes créatives. Nous avons dépassé le stade de la réflexion dans le cadre de ce programme et nous sommes aujourd’hui à la phase de pré-démarrage.

L’idée est d’amener l’expression culturelle et la pratique artistique dans l’espace publique, mais aussi accompagner le mouvement des villes et créer des espaces de diffusion et de canalisation des jeunes. Aujourd’hui, nous faisons face à plusieurs défis, tels la radicalisation et la frustration des jeunes qui veulent tous partir à l’étranger.

Pour répondre à cette équation, comment retenir les jeunes, dont la plupart est sans diplôme ou jamais scolarisé, et comment les prémunir de la radicalisation, nous avons pensé que la passion plus la transmission, transforme la passion en profession. Or, nous avons des milliers de jeunes, garçons et filles, passionnés de Rap.

L’idée est de créer un centre de ressources et de compétences qui doit répondre aux exigences environnementales, non pas pour entrer dans un effet de mode, mais parce que la Mauritanie y est confrontée, notamment la désertification et la salinisation qui sont en train de bouffer l’habitat urbain.

C’est pourquoi nous avons conçu un centre qui sera construit à partir de matériaux de récupération, car nous estimons qu’ils répondent, aussi bien sur le plan technique qu’esthétique, à ce défi environnemental.

En plus de ces aspects et pour répondre aux besoins de l’urbanisme de Nouakchott, ce centre sera une extension de la ville, une sorte d’itinéraire public qui va drainer des populations, ce qui nécessitera certainement la création d’une ligne de transport, et partant participer au développement économique, social et culturel de la Capitale. Pour dire, qu’il y a tout un ensemble de mécanisme qui a été pensé et réfléchi, tout un business plan qui a été conçu autour de ce projet.

Il faut savoir que la culture a aujourd’hui une double dimension, une dimension politique en ce qu’elle répond aux besoins de la cité, et une dimension économique qui consiste à transformer le produit culturel en un vecteur créatif de métiers et d’emplois rémunérateurs pour les jeunes.

Lors du Tremplin Assalamalekoum Découvertes où un concours était ouvert aux jeunes rappeurs dans dix régions du pays, vous n’avez pas pu couvrir l’ensemble des villes qui étaient programmées. Peut-on savoir les raisons ?

Monza : il s’agit là d’une décision opérationnelle et un sens de responsabilité de notre part. Effectivement, dans le cadre du Tremplin Assalamalekoum Découvertes, nous avions prévu un ensemble de programme qui a été réalisé entre le 19 avril et le 10 mai 2018, soit un total de 13 concerts dont 4 à Nouakchott et 9 dans les autres villes.

Seulement, Assalamalekoum Découvertes, ce ne sont pas seulement les concerts, mais c’est également une tradition que nous avons commencé depuis le début avec nos partenaires, les Alliances Françaises qui depuis 2010 accueillaient les concerts dans 5 Alliances, Nouakchott, Atar, Kiffa, Kaédi et Nouadhibou. Avec le temps et notre politique de décentralisation, nous sommes arrivés cette année à 10 villes.

Avec les Alliances, nous développions des ateliers de la parole et des mots sur la base des Dix Mots de la Francophonie avec en plus des ateliers d’écriture. Cette formule a évolué chaque année, partant de la conviction qu’Assalamalekoum a aussi une responsabilité sociale dans le domaine de l’encadrement et de la conscientisation des jeunes.

C’est ainsi que nous avons travaillé avec la GIZ dans le domaine de la lutte contre la corruption, avec le Bureau International du Travail (BIT) sur l’employabilité des jeunes, et en 2018, l’Organisation Internationale de la Migration (OIM) nous a contacté pour travailler ensemble sur le thème de la cohésion sociale renforcée.

Nous avons trouvé pertinent de travailler sur ce thème avec l’OIM qui est un ancien partenaire qui nous accompagne depuis 2010. C’est ainsi que nous avions décidé de travailler sur ce thème de la cohésion renforcée, avec un volet sur la migration et un slogan qui nous a été recommandé par l’OIM.

Nous avons donc commencé le projet avec le soutien de l’Institut Français de Mauritanie (IFM) pour les thèmes qui se passaient dans ses locaux et le Service de la Coopération et de l’Action Culturelle (SCAC) de l’ambassade de France qui est également un partenaire du festival.

Ce qui s’est passé, c’est qu’au bout des deux premières sessions de formation qui se sont bien déroulées à l’IFM avec la présence de l’OIM, il y a eu des dissensions nées d’une mauvaise compréhension et d’un malentendu.

Cela est arrivé au moment où il n’y avait pas encore de Représentant de l’OIM en Mauritanie, l’ancienne était partie au moment où son ou sa remplaçante n’était pas encore arrivée. Durant cette transition, il y a eu ce malentendu avec ceux qui assuraient l’intérim, malentendu qui a été levée avec l’arrivée de la nouvelle Représentante.

En effet, c’était sur la demande de l’Intérimaire, que nous avons arrêté les ateliers, privant ainsi plus de 7 villes et des centaines de jeunes à bénéficier d’une campagne de sensibilisation et d’une action pertinente pour s’informer sur les dangers de la migration irrégulière, sur les bienfaits de l’éducation et la promotion du "Rester au pays" pour s’investir et entreprendre et s’informer sur les voies et moyens ainsi que le droit de voyager de manière légale, d’étudier, de se former et de découvrir.

Je pense que l’OIM en soit est une organisation dont les principes et la mission convergent avec le combat social d’Assalamalekoum. Il arrive parfois que certains éléments de langage influent sur le mode opératoire et que certaines personnes oublient leur mission à cause du pouvoir de décision qu’ils acquièrent, le temps d’un intérim, ce qui peut déteindre sur leur objectivité.

Je tiens à dire ici que ce malentendu a été dissipé grâce à la convenance et la lucidité décisionnelle de la nouvelle chef de Mission, Madame Laura LANGAROTTI, dont je salue le professionnalisme et la disponibilité. Nous reparlerons certainement encore de notre collaboration dont la cohérence n’est pas à remettre en cause, mais bien peut être dans la méthode de certains collaborateurs . Nous en reparlerons

Le Festival Assalamalekoum dure depuis plus de dix ans, et on sait qu’en général dans ce genre de situation, certains partenaires ont tendance à lâcher pour voir ailleurs. Est-ce que le festival est parvenu, malgré les années, à fidéliser ses partenaires ?

Monza : je vais être très franc. Nous avons des partenaires qui sont là depuis les débuts du festival, ce sont l’IFM, les Alliances Françaises, le SCAC, la GIZ avec laquelle, en dehors même du festival, nous avons une coopération durable et des actions presque journalières, et nous avons d’autres qui cherchent à nouer des relations avec le festival, des relations de prestation ou de faire-valoir.

La notion de partenariat pour moi, ce ne sont pas les enveloppes financières. Pour moi, la notion de partenariat je la vois sous la forme de concepts de développement d’idées et de programmes, de renforcement des capacités.

Aujourd’hui, en dix ans, nous avons su tisser des partenariats intelligents et stratégiques avec des festivals de la région, comme le festival "Festa2H de Dakar", le festival "Le Boul’Vard" au Maroc, ou encore le festival sur le "Fleuve Niger" au Mali et bien d’autres.

Il existe entre nous et ces partenaires une solide solidarité entre structures fortes, ce qui nous donne une garantie supplémentaire à pouvoir exister et qui privilégie l’humain, la compétence et la ressource humaine.

Il y a encore plus, si nous avons pu organiser Assalamalekoum à Paris en 2016 et en 2017, c’est parce qu’il y a eu la coopération avec la Région Ile-de-France qui aujourd’hui, est passée de coopération entre villes à coopération entre structures, entre Assalamalekoum et tout le réseau francilien, avec des salles et des programmateurs qui nous permettent aujourd’hui, grâce à des dispositifs, de faire venir des artistes français ici et d’amener des Mauritaniens en France pour se faire former et se faire produire. Si nous sommes parvenus à placer de jeunes Mauritaniens à l’Institut des Arts de Paris, pour des stages de 3 mois, c’est parce qu’il y a eu ces réseaux-là.

Donc, certains partenaires sont là depuis dix ans, non pas pour les beaux yeux du festival Assalamalekoum, mais parce qu’il y a de la pertinence dans ce que nous faisons ensemble.

Propos recueillis par
Cheikh Aïdara



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 1541

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • mouftahe (H) 12/06/2018 04:28 X

    Mr le chargé de com, vous venez de faire une grande révélation en disant que le bailleur souhaité travailler avec vous au détriment des autres candidats et pourtant un appel d’offre a été publié. Au moment où des ONG travailler pour remplir les formulaires, vous déjà vous avez été contacter par quelqu’un du bureau de l'OIM et les autres malheureux candidats faisait qu’ accompagner des personnes recommandées comme vous. Votre réponse : Voyez-vous, de toute les organisations qui ont postulé pour la cogestion du centre de sebkha, nous sommes là seule organisation qui a été sollicitée sur recommandation du bailleur du projet qui trouvait la pertinence à nous y associer pour ce que nous savons faire.

  • cheikhou (H) 11/06/2018 22:15 X

    Cher Muftahe, merci pour ton message qui nous donne l’opportunité ici de donner des informations véridiques et fondées dont nous disposons les preuves écrites.

    Au nom de Monsieur Monza, nous tenons à dire ici qu’il n’y a pas de fleurs à Madame LUNGAROTTI que nous n'avons rencontré qu’une seule fois. Nous ne la connaissions pas mais il s'agit juste d'un retour sur sa convenance et son accueil chaleureux qu’elle nous avait réservé.

    S’agissant de vos accusations, malheureusement infondées car nous en avons encore la preuve par écrit, parlant des appels d’offres du programme ÉMELI. Voyez-vous, de toute les organisations qui ont postulé pour la cogestion du centre de sebkha, nous sommes là seule organisation qui a été sollicitée sur recommandation du bailleur du projet qui trouvait la pertinence à nous y associer pour ce que nous savons faire.

    Voyez-vous Monsieur Muftahe, nous avons officiellement écrit pour décliner cette offre, car nous savons pourquoi nous nous battons. L’appel d’offre du projet Emeli, comme nous l’avons écrit au commanditaire, cherchait des bureaucrates, ce que nous ne sommes pas. Nous sommes certes militants et administrateurs culturels, mais nous sommes surtout des hommes de terrains. La mission proposée était tout le contraire de la gestion d’un centre.

    Assalamalekoum n’est pas parfait et bien qu’il y ait eu des couacs que nous assumons, pas parce que nous n’avons pas pris les dispositions sécuritaires nécessaires, mais parce que certains ont fui leurs engagements et leurs responsabilités. Nous, on prend les nôtres.

    Nous sommes d’accord avec vous pour dire que les seuls fois où le festival a été méticuleusement organisée, ce fut à l’IFM ou encore au Stade du Ksar sous le mandat du président Ahmed HAMZA. Voilà pourquoi ce retour cette année à L’IFM et au stade du Ksar. Ne vous trompez pas pour le reste. Le SCAC est un partenaire de Assalamalekoum, mais pas de la personne de Monza, et madame KANE, n’a rien à voir avec Assalamalekoum, non plus ses partenaires. L’ignorance peut pousser à la méchanceté et il parait qu’elle n’a rien de bon, même demander pardon n’y changera rien. Qu’Allah accepte notre jeun et celui de tous les musulmans du monde et que la paix soit sur l’humanité toute entière.

    Pa rapport au gré-à-gré, nous ne cherchons pas le gré à gré bien au contraire. Nous ne l’encourageons pas. Par contre, nous assumons pleinement d’être référent et précurseur dans notre domaine et nous acceptons toute collaboration qui requiert le peu d’expertise que nous avons dans notre domaine. Cela dérange certains, que nous soyons les plus visibles et nous continuerons à l’être ici et ailleurs.

    Le BIT nous l’avons mentionné car nous avons eu à travailler avec ce bureau ainsi que les autres, il ne s’agit là que d’un rappel et si nous devrions citer toutes les organisations avec lesquelles nous travaillons, la liste est longue. Vous vous en rendrez compte lorsque nous aurons publié la cartographie de notre réseau de coopération (qui regroupe pas loin de 97 pays) bientôt.

    Le chargé de communication Assalamalekoum Festival

  • mouftahe (H) 11/06/2018 19:17 X

    Monza, trop de fleurs à Mme la Représentante de l'OIM, pourtant nous avons aperçu la délégation de l’OIM sensibiliser les jeunes cancres de rappeurs du Tremplin. Aussi, votre manque de professionnalisme vous pousse à dénigrer des employés du système des Nations Unies et les intérimaires était bien présents et représenter l Oim. Nous connaissons ta ruse, celle de tout gagnée et en entendant ton discours on sens autres choses. Récemment l'OIM avait publier des appels d'offres du Fond fiduciaire de l'Union Européenne, mais avant l'arrivée de Mme et j'espère c’est pas pour ça ? Ou la perte du gestion du Centre Culturel de Sebkha du projet d’EMELI qui te pousse au fond ? Maintenant tu veux décrocher les autres en cours de gré à gré. Concernant le BIT, sont des cons ou à moins que vous ailliez quelqu’un , la meilleure façon de promouvoir l’emploi c’est par une formation et la création . Le festival depuis sa délocalisation de l’IFM (concerts) il est en chute libre , la plupart des participants sont des vagabonds et où sont moyens destinés à la sécurité ? SCAC ne manquerai pas le Festival vert que Mme est française.