19-06-2018 14:00 - En Mauritanie, c’est Aziz qui s’enrichit!

En Mauritanie, c’est Aziz qui s’enrichit!

Mondafrique - La famille Aziz continue à resserrer son emprise sur les principaux rouages de l’économie mauritanienne. Mohamed Ould Abdel Aziz passe le plus clair de son temps à s’enrichir et à enrichir son cercle familial le plus proche alors que la majorité de la population vit dans pauvreté immense.

Lors de la présente livraison nous avons voulu revisiter cette thématique et actualiser nos connaissances et les vôtres, sur ce processus d’accumulation qui semble accaparer le clan Aziz et le souder.

Dans un fameux discours, Aziz faisait le serment devant les Mauritaniens de renouveler la classe politique et la classe économique à la fois. Treize ans après, nous pouvons attester que la classe économique a été renouvelée, de fond en comble.



Renouvelée et réduite à l’entourage proche de Ould Abdel Aziz. Voici quelques exemples de ce renouvellement à marche forcée, qui mit à la tête de notre économie une bande de prête-noms gravitant autour d’un général à l’appétit abyssal.

Le Port Autonome de Nouakchott (PAN)

Il y a moins de quinze ans se côtoyaient sur le terreplein du Port Autonome de Nouakchott, la SMPN (Société Mauritanienne de Pêche et de Navigation), la SAMMA (Société d’Accompagnement et de Manutention en Mauritanie), la SEP (Société d’Equipements Portuaires), MAERSK, la SOGECO et bien d’autres.

Aujourd’hui, le grand manitou du PAN s’appelle Med Abdallahi Ould Iyaha qui opère sous le pavillon de la très influente MAURILOG (MAURItanienne de LOGistique). Ayant acquis plus de douze hectares de quai et de terrepleins stratégiques du domaine portuaire, c’est la MAURILOG qui fait la pluie et le beau temps au PAN.

Associé à SHENKER et au Chinois HONDONG (tristement célèbre par ses licences de pêche plus que douteuses), Ould Iyaha est le maître incontesté de cette porte d’accès maritime à la Mauritanie, au Mali et à une partie du Burkina Faso.

Il partage le domaine portuaire avec d’autres prête-noms de la Azizie tels Ould Ghadda, Ould Dewla et Ould M’Sabou.

L’idée, de moins en moins implicite, serait, pour le clan Aziz, de se positionner pour le contrôle de la logistique, de la maintenance et de la fourniture du marché de l’exploitation et de l’exportation des hydrocarbures qui s’annoncent prometteurs en Mauritanie et dans d’autres pays de la sous-région.

C’est ainsi que les futurs opérateurs étrangers dans le domaine des hydrocarbures (BP, Total,…) ont été instamment encouragés à nouer les plus fortes collaborations avec MAURILOG.

C’est aussi l’objet de la Convention d’Etablissement approuvée en Conseil des Ministre le 23 novembre 2017 entre l’Etat mauritanien et l’OPM-Groupe (Opérateurs Portuaires Mauritaniens) qui regroupe tous les prête-noms et porte-flingues de Ould Abdel Aziz. Cette convention porte sur 16,6 millions de dollars.

Les boutiques, toujours des boutiques

Les artères de la Capitales se couvrent de barrettes de boutiques. Des « marchés » apparaissent un peu partout.



Là ce sont les rangées de boutiques et d’appartements bâtis sur le terrain annexé à l’Ecole de Police sur l’avenue Moctar Ould Daddah. Sur la photo du bas, une autre barrette de boutiques construites sur le terrain de ce que fut l’Ecole Marché.



Cette rangée de boutiques est située tout près du Marché dit «de la Capitale» qui est le marché historique de Nouakchott. Les Nouakchottois ne se lassent pas de se raconter l’histoire du «Marché de la Capitale». Après avoir été débouté par la justice qui donna raison aux propriétaires et exploitants du «Marché de la Capitale» qui refusent de quitter les lieux, le clan Aziz décida de s’y prendre autrement.

Pour obliger les commerçants du « Marche Capitale » d’accepter que ce dernier soit démoli et reconstruit selon leur volonté et à leur bénéfice exclusif, les prête-noms de Aziz entreprirent de construire pas moins de deux nouveaux « marchés », un au sud (celui sur la photo) et l’autre à l’ouest (à l’emplacement de l’ancienne « fanfare »).

C’est là un exemple classique des méthodes mafieuses de ceux qui nous gouvernent. Si tu ne te plie pas à ma volonté, je te tue à coups de concurrence déloyale.

Toujours à Nouakchott, la bande à Aziz investit massivement dans l’immobilier locatif en important le concept, nouveau, de quartier résidentiel pour personnes fortunées.



Cette photo montre une résidence de 12 villas en cours d’achèvement sur ce que fut la terre des Cheibany, de l’autre côté de la rue par rapport à l’hôpital Bouamatou.

Pour financer tous ces investissements dans l’immobilier (boutiques et appartements), la famille Aziz est en train de se doter d’outils de gestion financière, tels des banques et des établissements bancaires.



L’immeuble surmonté d’une coupole est celui de la BFI (Banque de Finances Islamiques) dont la propriétaire ne serait autre que la Première Dame, Tekeyber Mint Malainine.



Cette photo est celle de la BMI (Banque Mauritanienne pour l’Industrie) dont le capital serait détenu directement ou indirectement par Aziz et opérée par le fameux Zeine El Abidine Ould Ahmed Mahmoud.
Ces banques permettent au clan Aziz d’accéder aux devises et à financer les opérations à l’intérieur et à l’extérieur de la Mauritanie. Elles sont très utiles, par exemple, pour l’achat et la gestion des propriétés multiples au Maroc, en France et aux Emirats.

Nous apprenons, par ailleurs, que le marché du nouveau Palais des Congrès, octroyé de la façon la plus opaque et la plus irrégulière possible à l’un de ses proches, a été l’occasion, pour le clan Aziz, de faire rentrer, sans aucun droit de douane, des dizaines de milliers de tonnes de fer à béton qui seront écoulés sur le marché ou qui serviront à construire d’autres boutiques.

Mais Nouakchott n’est pas la seule ville qui intéresse les Aziz. Il y a aussi Nouadhibou, la capitale économique de la Mauritanie. Comme par hasard, tous les anciens bâtiments administratifs, les terrains, les réserves foncières dont l’Autorité de la Zone Franche a décidé (ou à reçu l’ordre) de se séparer, n’ont trouvé preneur en dehors du cercle rapproché de Ould Abdel Aziz (la Première Dame, le Gendre…).

Bientôt vont y pousser des résidences, des boutiques et des Malls commerciaux. Nous reviendrons en détail sur le cas de Nouadhibou dans une prochaine livraison.

Les origines de la fortune

Les Mauritaniens observent, incrédules, l’ascension fulgurante d’une poignée d’hommes et de femmes, presque tous jusque-là inconnus, et se demandent comment une telle fortune a pu être amassée en si peu de temps par des individus que ne distinguent ni l’intelligence, ni le courage et encore moins le niveau d’étude.

Au moment où la sécheresse décime leur cheptel, anéantit leurs champs et les réduits à la pauvreté la plus noire, ils voient les ballets de grues faire pousser, tels des champignons, des boutiques et des résidences un peu partout à Nouakchott

Mais les Mauritaniens savent que les salaires cumulés de toute une vie d’officier supérieur de l’armée nationale ne peuvent, en aucun cas, permettre de construire ne serait-ce que l’immeuble de la banque destinée à gérer les biens mal acquis de la Première Dame.

Les Mauritaniens savent aussi que cette Première Dame était, il y a moins de quinze ans, gérante d’un Hammam situé dans un quartier miséreux du Ksar (voir photo). Son président de mari, Mohamed Ould Abdel Aziz, était connu pour s’adonner à un trafic bien particulier, celui du bois des prosopis en provenance du Parc de la Présidence qu’il apportait pour faire fonctionner le four du Hammam de Tekeyber.



Les portes, juste avant la façade peinte en vert, sont celles de l’ancien Hammam de la Première Dame. Son mari était champion en matière de trafic de bois venant du Parc de la Présidence, du temps où il était chargé de la sûreté présidentielle (BASEP). On mesure la fulgurance de l’ascension économique et sociale en comparant la situation où était ce couple, il y a vingt ans, à sa situation actuelle.

avec l’Observatoire des Biens et Avoirs Mal Acquis





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Mondafrique
Commentaires : 12
Lus : 9008

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (12)

  • doudou19 (H) 21/06/2018 23:12 X

    Si ce que dit mondafrique n'est pas fiable comme le prétendent certains d'entre nous, ces images et le quotidien que nous vivons sont fiables. Cet engrenage reflète une réalité que tous les mauritaniens avertis connaissent parfaitement bien.

  • mystere1 (F) 21/06/2018 16:07 X

    Merci @Flexible, tu as bien vu et tout dit !

  • Belphegor (H) 20/06/2018 15:19 X

    Cet article ne fait que nous confirmer encore plus ce que l’on savait déjà : des pans entiers de notre économie nationale ont été mis en coupe réglée par un mafieux en col blanc autoproclamé champion de la lutte contre la gabegie et sa clique de prévaricateurs insatiables….Il n y a que les griots patentés du régime qui chercheront à nier l’évidence en essayant comme toujours de cacher le soleil avec leur mains en rivalisant dans des commentaires pleins d’invectives ridicules envers ceux qui ne caressent pas leur totem dans le sens du poil.

  • epnam2017 (H) 20/06/2018 13:48 X

    il n y a pas photo ce president est la pour lui meme que le peuple creve de faim il s en moque vraiment il a mis a genou la snim,tasiast et autres societes mais le peuple ne merite que cela puisse personne n'ose dire non sauf Biram le changement ne vient pas sans action parler ne fait pas changer aziz ses idees idiotes je fais ceux que je veux et j en tape j'invite la population a la revolte le chomage est a plus de 90% ou on va comme ca trop c est trop

  • flexible (H) 20/06/2018 11:20 X

    C'est en fait nous même qui nous condamnons, car nous sommes injustes envers notre seigneur, et de ce fait Allah nous choisit le dirigeant que nous méritons. Nous vivrons ainsi, tant que nous ne rectifierons pas.

  • lamine98 (H) 19/06/2018 22:43 X

    Il n'y a certes pas de voile entre l'invocation des opprimés et Dieu. Des invocations sont peut-etre/ certes faites contre vous tous les jours. Et pas de Baraka dans l'argent mal acquis. Et cela n'a pas l'air de vous inquieter, regardez comment beaucoup ont mal fini. Ne vous étonnez pas si demain vous commencez à ch*** en permanence des gros verres de terre, à contracter les pires maladies et infections. Ne redoutez vous pas la punition Divine? Le Maitre des Cieux et de la Terre ne vous ratera pas certes.Si vous restez dans cette triste trajectoire, bah wait and see et vous verrez!!! En réalité vous faites pitiés!

  • bleil (H) 19/06/2018 22:19 X

    LA HONTE NE TUE PLUS ... il faut vraiment être aveugle pour ne pas constater ce phénomène qui fait main basse sur le pays ! Son Excellence a faim, trop faim pour s'adonner à une accumulation primitive de biens pour se faire une place sous le soleil ... mais le réveil sera dure quand il aura à affronter la réalité des choses quand il ira rejoindre son Taya à Doha ...

  • abdou rabbany (H) 19/06/2018 19:51 X

    Mondafrique n'est pas une source fiable et reste d'ailleurs de loin moins crédible. Mais on doit être vigilants, la gabegie est le Hara kiri des régimes. Aujourd'hui Son Excellence Mohamed Ould Abdel Aziz doit agir efficacement en confiant l'assainissement à des hommes intègres et travailleurs. Bientôt des élections. Les mauritaniens sont attentifs et assoiffés de justice.

  • sammbasy (H) 19/06/2018 17:36 X

    Nous sommes tous témoins oculaires de ce que vous avez dit dans cet article : ça crève les yeux !

  • duroowo (H) 19/06/2018 17:29 X

    tres bien eclairer et maintenant les faux politiciens ce ce Monsieur qu'ils applaudissent pour pour pouvoir trouvrer un peu du rest du gateau ils s'entre tues. Vraiment il faut que ce pays change et la mentalite de ces politiciens ou population.

  • Korimagna (H) 19/06/2018 15:29 X

    C'est très triste tout ça. Pendant que les mauritaniens sombrent dans la misère la plus absolue, d'autres construisent des Banques, des appartements en Mauritanie et des châteaux au Maroc et en France. Les mauritaniens doivent ouvrir des enquêtes et des pétitions contre ces biens mal acquis.

  • ELVALLI (H) 19/06/2018 14:57 X

    Notre police économique n’a plu qu’à mettre ses fins limiers au travail pour reconnaitre les noms et les immeubles qui apparaissent dans les photos qui émaillent l’article. Mais je crains qu’ils ne soient trop pris par les perquisitions chez Bouamatou et Debagh. Toujours est-il que la Mauritanie est comme un campement de bédouins, tout le monde se connait. Aziz a mis les plus grands hommes d’affaires (Cherif, Nouegued, Abdou Maham) en prison et obligé d’autres à l’exile (Bouamatou et Debagh) pour disait-il lutter contre les évasions fiscales et les excès de l’octroi des marchés de gré à gré, il ne va pas décevoir le peuple en se laissant lui-même et en laissant sa propre famille et clan faire comme Zinedine Ben Ali, Leila Ben Ali et les autres Trabelsi. L’utilité de l’Histoire c’est d’en tirer une leçon.