27-06-2018 09:30 - La campagne rizicole commence enfin à Kaédi

La campagne rizicole commence enfin à Kaédi

Le Quotidien de Nouakchott - Après deux années d’absence de campagne hivernale , la station de pompage de Waly (Gorgol) vient de lâcher ses machines ce lundi matin 25 juin 2018 sonnant le démarrage de la campagne rizicole 2018-2019 au niveau du Périmètre Pilote du Gorgol, PPG1, de Kaédi, ville située à 400 kilomètres au sud de Nouakchott, au bord du fleuve Sénégal.

Pour rappel ce périmètre de 700 hectares n’a pas été exploité depuis au moins deux campagnes pour cause de non recouvrement des crédits contractés auprès de la CDD, Caisse de dépôt et de développement, mise en place par l’Etat pour soutenir les initiatives de développement socio-économiques.

Pourtant, malgré le taux de recouvrement des créances avoisinant les 80 % , la majorité des paysans n’ont pas pu aller en campagne agricole en 2017 car la CDD a exigé le remboursement intégral de la somme due. Le manque à gagner pour ces populations profondément rurales, dans une année particulièrement déficitaire, est incalculable.

Cette année encore malgré les multiples injonctions prises des structures chargées de la gestion du périmètre en étroite collaboration avec les autorités administratives, le taux de recouvrement de 100% n’a pas été atteint. La dernière réunion des présidents des coopératives d’exploitants tenue le 22 juin 2018 au siège de la SONADER (société nationale pour le développement rural), qui avait donné la date du 20 juin pour démarrer la campagne rizicole à Kaédi, a fait état d’un taux de recouvrement de 97%.

Suite à ce constat, les autorités concernées ont finalement décidé à l’unanimité d’appliquer les mesures prévues par le règlement intérieur des périmètres à savoir la mise en vente des parcelles non soldées, dont les propriétaire ne se sont pas acquittés de leurs redevances. Entre temps, le Directeur régional de la Sonader à Kaedi, Mohamed Ould Ismail, a rassuré en affirmant que «toutes les mesures seront prises pour que la campagne démarre dans des conditions optimales.»

Il est important de noter que malgré les énormes potentiels dont disposent les populations de Kaédi, à savoir des terres fertiles, un cours d’eau quasi permanent, une station de pompage enviable dans la sous-région dont chacune de 4 pompes crache 600 litres à la seconde , les périmètres Pilotes sont encore très loin de sortir de l’auberge.

Dégradation des ouvrages

Parmi les problèmes, à l’origine de la baisse drastique de la production, on note entre autres, la dégradation des ouvrages et l’endettement des paysans. Cela a conduit inéluctablement au délaissement de l’activité agricole par les jeunes et à l’abandon pur et simple de certains périmètres.

Face à cette situation, le Directeur du PPG1, Monsieur Niane Alassane Djiby, connu par ailleurs pour son intégrité, a saisi cette occasion pour lancer un appel pressant aux autorités nationales, aux partenaires au développement notamment l’Union Européenne à l’origine de la mise en valeur de ces terres ainsi qu’à l’ensembles de mauritaniens particulièrement les ressortissants de la région de bien vouloir les aider à sortir du cercle vicieux dans lequel ils se sont engouffrés depuis plusieurs années. Cela est d’autant plus urgent si l’on sait qu’en plus des charges liées à la mise en œuvre de la présente campagne, certains employés de l’Union des coopératives qui exploitent le PPG1 n’ont pas été payés depuis plus de deux ans.

D’après monsieur Samba Bohoum Sow, la station de pompage de Kaédi existe depuis 1977. Les machines ont été changées seulement une fois en 2005. La station de pompage a une capacité 2400 litres à la seconde, seulement 9 heures d’horloge suffisent pour que l’ensemble des canaux principaux soit rempli à 100 % a ajouté Monsieur, technicien pompiste à la station depuis 1987.

Baliou Coulibaly



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 921

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • kheigr (H) 27/06/2018 14:07 X

    la dernière campagne du PPG1 c’était en contre saison chaude CSC dernier une bonne initiative afin d’éviter la famine surtout avec le déficit pluviométrique de l'année précédente.

  • hachmi (H) 27/06/2018 11:47 X

    Il faut croire qu'il y a de l'inconséquence à tous les niveaux en Mauritanie, de celle des populations à celle des autorités ! Comment peut on vivre dans la disette avec ces terres arables à perte de vue, des ouvrages aussi importants que les barrages de Diama et de Mannantali ? Simplement de la malédiction !