28-06-2018 21:59 - En Mauritanie, les autorités font tout pour cacher la famine (responsable d’un collectif d’ONGs)

En Mauritanie, les autorités font tout pour cacher la famine (responsable d’un collectif d’ONGs)

En Mauritanie, un collectif d’organisations intervenant dans le domaine de la sécurité alimentaire a pressé jeudi le Gouvernement d’accélérer le pas pour figurer parmi les pays africains consacrant 10% de leurs dépenses publiques à l’agriculture.

A l’heure actuelle, la Mauritanie n’en consacre seulement que 4%, un pourcentage très insuffisant aux yeux du ROSA, le Réseau des Organisations de la Sécurité Alimentaire, qui n’a pas manqué d’exprimer son inquiétude face à la famine qui frappe actuellement la région du Hodh Chargui, dans l’Est du pays.

"C’est une année catastrophique. Très tôt, nous avons tiré la sonnette d’alarme pour dire que ça n’allait pas. Nous suivons cette situation depuis mai (2018)", a expliqué Sarr Mamadou, coordinateur du ROSA, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse destinée à faire le bilan, 15 ans après, sur l’engagement des Chefs d’Etat africains pris à Maputo et Malabo, pour investir 10 % des dépenses publiques dans l’agriculture afin de lutter contre l’insécurité alimentaire.

"Il y’a bel et bien la famine en Mauritanie et une crise alimentaire, mais les autorités font tout pour la cacher", a affirmé M. Sarr, en allusion au village de Zraviya (Hodh Chargui), où des personnes seraient mortes pour cause de famine, avant d’appeler à prendre des "mesures idoines" pour faire face.

Dans son rapport 2017-2018, le Réseau de prévention des crises alimentaires au Sahel et en Afrique de l’Ouest estimait les besoins globaux pour l’agriculture mauritanienne à 99 millions d’euros. Pour le moment, les autorités n’ont mobilisé que 8 millions d’euros. Soit un gap criard de 91 millions d’euros.

Autrement dit, on est loin du compte pour pouvoir faire face à l’insécurité alimentaire en Mauritanie qui toucherait entre 35.000 et 50.000 personnes.

Par Babacar Baye NDIAYE

©CRIDEM / 28 juin 2018

----


Avec Cridem, comme si vous y étiez...




























Commentaires : 0
Lus : 1368

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)