03-11-2018 16:36 - Vidéo. Lô Gourmo dénonce le système d'apartheid en Mauritanie

Vidéo. Lô Gourmo dénonce le système d'apartheid en Mauritanie

Le360 - Suite à la nomination du nouveau gouvernement, Lô Gourmo, vice-président de l’UFP, a tiré à boulets rouges sur le pouvoir mauritanien. Ce Kadihine, connu pourtant pour sa modération, n’a pas hésité à comparer le régime à celui de l’apartheid en Afrique du Sud.

«L’ensemble des institutions politiques et administratives centrales du pays est dirigé par des citoyens choisis non seulement dans une seule communauté mais aussi dans un sous-ensemble de cette communauté», dixit Lô Gourmo Abdoul, vice-président de l’UFP.

De la part d’un Kadihine pur jus comme le Professeur , habitué à parler de lutte des classes pour le cas mauritanien, c’est dire qu’il y a péril en la demeure, surtout que cette sortie est intervenue quelques jours après celle d’un des chefs spirituels du baath mauritanien, Ould Breideleil.

Il faut dire que pour beaucoup de négro-africains, y compris des soutiens du parti au pouvoir, l’exclusion devient une règle. Le choix des maires au niveau de la capitale Nouakchott avait donné un avant-goût à celui du nouveau gouvernement du Premier ministre Ahmed Salem ould Béchir, qui a fait sortir le député Gourmo Lô de ses gonds.

Dans cet entretien, en marge de la conférence de l’opposition du mercredi dernier, il explique que l’équipe est «nouvelle dans sa forme, même si, dans le fond, on reste dans la même dynamique. Un gouvernement très représentatif de l’option d’un régime dont la volonté délibérée est de rendre invisible les communautés négro-africaines. Une option insupportable pour la communauté arabe, et pour les négro-africains c’est encore pire». Pire, il compare le système politique à celui de l’apartheid d’Afrique du Sud lorsque le racisme était érigé en système institutionnalisé.

Parallèlement, Gourmo donne aussi sa lecture sur la nomination du général de division Mohamed ould Mohamed Ahmed El Ghazouani, chef d’état-major général des armées, aux commandes du ministère de la Défense nationale.

Il explique que «Ghazouani est désormais un homme politique. Il l’était déjà en cachette, mais maintenant c’est clair. On peut décrypter la nouvelle donne comme une mise sur orbite, donc (il est, ndlr) dans la posture d’un possible dauphin du président Mohamed ould Abdel Aziz à quelques mois de l'élection présidentielle de 2019. Mais il devient également exposé, car dans nos pays, quand vous êtes un homme politique sans avoir l’exercice du pouvoir suprême, cela vous place à la merci du chef. Ainsi, toutes les options restent ouvertes, (aussi bien, ndlr) la mise sur orbite pour l’élection présidentielle de 2019, (que) le début d’une possible disgrâce».

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya








Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le360 (Maroc)
Commentaires : 17
Lus : 3688

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (17)

  • mystere1 (F) 05/11/2018 12:37 X

    Malheureusement dans ce pays, la vérité est considérée comme un mensonge, et les gens francs et sincères, sont pris pour des diables, des fous, bref ils sont considérés comme des pires ennemis publics à abattre, alors que le mensonge est considéré comme vérité Aouzoubillahi ! les pires menteurs et hypocrites dans ce pays, sont loués, élogés, et même vénérés à cause de l’argent corruptif la question est de savoir, « est-ce que ces leaders même seront sincères et tiendront leurs promesses si un jour ils dirigeront ce pays, en ne reprenant pas les mêmes erreurs ! c’est douteux, où sont par exemple tous les haratins, pour soutenir biram, non ! on n’entend pas souvent leur louange de lui, sauf ses partisans et autres qui sont peu ? où sont tous les noirs derrières, ibrahima moctar sarr, ou bien kane hamidou baba, ou kardiatta malick diallo, walla aussi sawoudatou wane par exemple, non ! on ne l’a pas vu en majorité, donc cet apartheid reste et restera ainsi tant que nos cœurs sont malades et nos esprits tordus ! quant à ces voisins maures oui ! ils sont soudés malgré leurs défauts, oui c’est vrai qu’ils sont allergiques d’entendre le terme « apartheid » comparé à l’Afrique du sud monopolisé et occupé jadis par ces ancêtres d’occidentaux venus d’Europe ! mais c’est la réalité, qu’ils le veulent ou non, eux aussi sont venus d’ailleurs et c’est l’histoire qui le raconte, car elle ne ment pas ! quelque soit les faits, ces tensions entre communautés sont originaires d’une mauvaise cohabitation, une incompréhension de l’autre, une non acceptation de l’autre, une suprématie de l’autre, etc…dans cette société selon ses divers composants, nous vivons une cohabitation silencieusement mesquine et sournoise, alors que cela ne prédit rien de bon, tél un volcan à magma chaud qui bouillonnent de son lave interne, et se prépare à exploser à tout moment un jour ! faisons bien attention, trop d’injustice mène à des conséquences facheuses, car Dieu Est Le Juge, Vengeur, par Excellence ! mais aussi n’oublions pas que Le Diable est près de nous, évitons les paroles, les faits et gestes à caractères tribaux, ethnique ou racial basé sur des ségrégations à appartenance sociale ! enlevons ces maudits préjugés tribaux, et mettons à la place un esprit spirituel, d’abord ! car si nous retournons vers Dieu, en songeant à notre fin, nous sauront que la vie n’en vaut pas la peine de se haîr, se déchirer, alors autant tous dans nos diversités de s’accepter car le destin voulait réunir deux peuples aussi bien noirs que blancs ! dommage cette Mauritanie serait un beau pays avec ses diversités ! si tous nous ne l’avions pas gâché !

  • ziglama (H) 04/11/2018 22:30 X

    @Habouss je reproche a prof.Lo le comportement primitif et les reproches sans fondement qu´il presente comme juriste. Il parle de Beydane,Apartheid. A tous les ignorants: Allez y sur Wikipedia et tapez " Apartheid" Vous verrez ce que cela veut dire.Vous verrez si Professeur Lo a raison de qualifier ainsi la Mauritanie.

  • sammbasy (H) 04/11/2018 22:28 X

    Je crois que Gourmo doit se convaincre qu'il est sur des positions justes. Pourquoi ? Parce qu'il est attaqué par le fameux SS-Mauritanien @mohamed w.l et (***) (@Bertrand et consorts) Ne dit-on pas en politique "être attaqué par un ennemi est un bon signe?" Tous les racistes honteux ne supportent pas que l'on dénonce l'injustice, alors qu'ils s’accommodent des faits de racismes devenus tellement flagrants sous le pouvoir de Ould Abdel Aziz.

  • ziglama (H) 04/11/2018 22:16 X

    @cherifal10 tu asmis le doigt sur la plaie: Le probleme c´est le complexe et la follie de la grandir qui sont une maladie dans la societe´maurirtanienne (***).Ceux qui nettoient les couloirs ou font du the´chauffeurs ont un job noble jusqu´a la retraite.Ils doivent en etre fiers et le conserver.il ya dans tous les departements des secretaires,informaticiens techniciens negro-africains.Parler d Apartheid en Mauritanie necessite d´une phantaisie raciste Pardon

  • cherifal10 (H) 04/11/2018 14:29 X

    Ziglama, les noirs qui travaillent ds les ministres leurs rolles se faire du the et nettoiyer les couloirs.la lumiere viendra et ce moment la honte vainquera

  • doudou19 (H) 04/11/2018 12:15 X

    Il n'y a pas plus racistes que ceux qui comparent la Mauritanie à l'apartheid en Afrique du Sud.

  • lass77 (H) 04/11/2018 09:55 X

    Aucun beydan ne doit jouir de cette situation. C'est contreproductif de continuer la majorité des Mauritaniens de cette façon. Les Maures blancs ou beydans vocable qui me convient au lieu d'Arabe se trompent trompent, et je ne pense qu'ils sont tous aveugles et complaisants de la sorte. A quoi sert de deplacer et de faire hériter les conséquences de ce jeu sordide aux futures generations mauritaniennes. il y'a l'enjeu démographique et social qui guettent les hommes. Comment et Que sera la Mauritanie dans 30 , 40 et 50 ans ? Avec un tel systeme ? Non évidemment.

  • mohamed w.l (H) 04/11/2018 09:43 X

    Pr tu as montre ton vrais visage toi et les racistes négro-africain comme tu aime dire dans vos discoure devant les toubabes vous exploiter la cause des Haratines esclavage et vous qu ils ne sont pas des arabes la nomination d un deux comme PM a susciter votre haine . les noirs qui sont dans l administration vs les nommer nègres de service oui ils le sont au service de leur pays mais vous nègre de service au service des vos intérêts et de vos caprices raciste

  • Bertrand (H) 04/11/2018 08:46 X

    Quand les politiques font faillite,ils se cantonne dans un langage communautariste et identitaire. UFP qui a été un parti collaborateur de tout les régimes qui lui offrent une place au soleil à commencer à se dissoudre. Les racistes iront tâter de la mamelle dont ils se sont nourris toute leur vie. Les tribaluste du parti aussi intégreront les circuits tribaux mafieux. Les brebis seront partagées entre les deux camps. Belle fin vu le profil du parti. Mais sur le terrain du chauvinisme la réussite n est pas gratuite. Il faut être plus violent que Sarr que bi-rames que hamifou baba que balas. Et puis il faut aussi craindre la viônet réaction que l'on peut succiter chez l'autre. Un proverbe sur que si on pousse le serpent de trop il fini par mordre.

  • mohamed hanefi (H) 04/11/2018 08:03 X

    Le prophète Salomon a parlé avec la huppe, un oiseau. La communication n’est ni une affaire de sang, de couleur ou d’ethnie. Si bien sûr on veut communiquer. Nous sommes piégés dans les toiles d’une mauvaise foi, qui n’est ni noire, ni maure ni hybride. Nous sommes foutus par la boulimie de tout avoir, l’arrogance et la vanité d’exclure tous les autres, pour une déification qui n’appartiendra à personne, tant les gueules béantes de tombes se referment chaque jour sur les cadavres. Nous sommes malades. Rien qu’à nous comparer aux autres, on a le tournis. Celui qui est raciste, l’est en son nom. Celui qui exclut les autres, ne le fait que pour ses intérêts et ceux de ceux qui lui sont proches. Même les fourmis se partagent leur pitance, sans protester. Ce pays n’est pas ce que vous dites, mais il est victime de ce que vous faites. Ce qui se passe chez nous n’est pas un problème ordinaire. Dieu sait. Mais c’est plutôt une punition divine, pour un péché, qui n’a pas encore dit son nom et dont les cloches des conséquences sonnent de plus en plus fort.

  • bleil (H) 04/11/2018 00:15 X

    Même la nuit la plus sombre prendra fin et Le soleil se lèvera … l'apartheid c'est quand l'opposition est exclu du pouvoir politique ! notre combat doit être celui des idées de progrès socio-économique, pour une légitimité politique réelle du pouvoir et un exercice démocratique qui assure la présence des forces d’opposition … REFONDATION DE L'ÉTAT sur des bases démocratiques avec la participation de tous au processus politique de manière effective et responsable ! PARTITION DU PAYS NIET, le pays est trop fragile pour supporter des secousses, notre combat doit être pour un dialogue politique effectif et la stabilité démocratique à long terme.

  • habouss (H) 03/11/2018 23:57 X

    @ziglama, comme ce posting est sortie après tes âneries, je t'invite à le lire et bien l'étudier lire "Pr Lô Gourmo. Quand vous dites la vérité et réellement ce qui se passe dans le terrain et vécu par les mauritaniens, on vous traite d’être raciste, d’être communautariste et tout ce qu’ils veulent, mais quand les autres pratiquent le racisme sans le dire, le communautarisme sans le dire, quand ils ont des télés, des radios, ils nomment leurs parents sans formation, quand ils font entrés dans les structures de l’état et de l’administration comme dans la fonction publique des gens de leur tribu sans formation ni rien, ça ce n’est pas du racisme ni du communautarisme, ils le pratiquent mais ne le disent pas, vous le dites et ne le pratiquer pas, voilà la différence, autant le pratiquer sans dire que de le dire."

  • moukhabarat (F) 03/11/2018 23:49 X

    Le Chuballo dit tout haut ce que pensent d'autre tout bas. Pr Lo tu es donc dans ton rôle social avec ce texte.

  • foutatoro (H) 03/11/2018 20:46 X

    Pr Lo, votre constat sur l'apartheid dans cette erreur coloniale a été dénoncé en 1966 déjà (le manifeste des 19) en 1986 (manifeste du negroafricain opprimé) mais des comme vous ont continué à sublimer ce pays en faillite. Diooni kam leeri. Les flamistes ont été taxés de tous les mots, y compris par votre parti. Le bilan : Pr Lo est un détail dans ce pays comme toute sa communauté du reste. Alors, diooni noon hol to Pr Lo khoutthi é politik ? Conseil: menez une lutte totalement orientée vers .. . LA REFONDATION DE L'ÉTAT...voir carrément la PARTITION DU PAYS. Tout autre combat sera vain face au système qui ne met plus des gants pour nous exclure. C'est tellement clair que ça devient choquant.

  • Kocc-BARMA (H) 03/11/2018 19:43 X

    Pr Lô Gourmo. Quand vous dites la vérité et réellement ce qui se passe dans le terrain et vécu par les mauritaniens, on vous traite d’être raciste, d’être communautariste et tout ce qu’ils veulent, mais quand les autres pratiquent le racisme sans le dire, le communautarisme sans le dire, quand ils ont des télés, des radios, ils nomment leurs parents sans formation, quand ils font entrés dans les structures de l’état et de l’administration comme dans la fonction publique des gens de leur tribu sans formation ni rien, ça ce n’est pas du racisme ni du communautarisme, ils le pratiquent mais ne le disent pas, vous le dites et ne le pratiquer pas, voilà la différence, autant le pratiquer sans dire que de le dire.

  • ziglama (H) 03/11/2018 17:55 X

    Lo Gourmo a perdu raison? Mon frere tu preche la haine tu montre un visage raciste aussi.Certes la majorite´des ministres sont des arabes maiss ceci ne justifie pas un apartheid.VA DANS LES MINISTERES ET TU VERRAS QUE LES NEGROS-MAURITANIENS SONT MAJORITAIRES DANS TOUS LES DEPARTEMENTS.Comparer la Mauritanie a l´Afrique du Sud c´est bete

  • hayerim (H) 03/11/2018 17:45 X

    Si le réflexe communautariste gagne les plus politisé et les plus instruits, il est légitime de se poser la question de l'avenir du pays. Or avec les interventions de ces messieurs de l'UFP, l'un des remparts intellectuels contre ces mauvais maux les maux dévastateurs que le sont le communautarisme, frère du racisme fascisant, il est clair que dans la vie politique ici, toutes les parties, pouvoir et opposition, joue avec le feu moyennant les sentiments de frustration des populations aiguisées par le poids écrasant du sous développement économique ...mais surtout social. C'est la faute en tous cas des pays avancés ou riches. Qu'ils s'arrêtent de diviser les citoyens en noir, gris, bruns, ou blancs ou rougeset de nous utiliser les uns contre les autres en moralisant plus la vie politique.