08-11-2018 22:30 - Afrique: les excisions et le mutilations sexuelles en baisse

Afrique: les excisions et le mutilations sexuelles en baisse

Le360 Afrique - L'étude menée à partir des données de l'Unicef fait état d'une baisse encourageante de ces pratiques mutilantes en Afrique de l'Est (-7,3% par an entre 1995 et 2014). En revanche, le rythme de déclin de ces pratiques est plus lent en Afrique du Nord (-4,4% par an entre 1990 et 2015) et en Afrique de l'Ouest (-3% par an entre 1996 et 2017).

Et au Moyen Orient, c'est d'une hausse qu'il s'agit (+13,7% entre 1997 et 2013, mais sur la base d'études menées sur seulement deux pays, Irak et Yemen). Selon les estimations de l'Unicef, 200 millions de femmes et d'enfants dans le monde ont subi des mutilations sexuelles.

Les chiffres disponibles montrent que ces pratiques sont particulièrement préoccupantes en Afrique et dans des pays du Moyen-Orient, dont l'Irak et le Yemen.

Des études ont aussi pointé l'existence de ces pratiques en Inde, en Indonésie, en Israël, en Malaisie, Thaïlande et aux Emirats Arabes Unis. Du fait des migrations, des régions comme l'Europe et l'Amérique du Nord et du Sud ne sont pas à l'abri.

Ce sont plus de 3 millions de petites filles en Afrique qui courent le risque de subir ces mutilations chaque année.

Dans certains pays - Mali, Mauritanie, Gambie, Guinée-Bissau, Djibouti et Soudan - plus de 40% des enfants de 0 à 14 ans subissent une mutilation génitale chaque année.

L'étude appelle à maintenir les campagnes pour convaincre les populations d'abandonner des pratiques aux conséquences "dévastatrices" en terme de santé sexuelle et psychologique et à en faire un enjeu majeur de santé publique.

Le déclin observé est une bonne nouvelle, mais la prudence s'impose: il pourrait y avoir des sous-déclarations de la part des populations dans des pays où les mutilations sont interdites, de peur d'une sanction.

"Il est crucial que l'approche purement statistique s'accompagne d'une analyse précise des changements d'attitude envers les mutilations génitales dans ces pays", plaide Naana Otoo-Oyortey, responsable de l'association Forward.

En outre, la tranche d'âge considérée n'inclut pas les 15-19 ans, observe Forward.

Par Le360 Afrique - Afp



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 498

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)