08-11-2018 07:00 - L’édito de La Tribune : Le nouveau gouvernement annonce de quoi demain sera fait

L’édito de La Tribune : Le nouveau gouvernement annonce de quoi demain sera fait

Initiatives News - Le décor est planté. Ou presque. Le dispositif mis en place par le Président Mohamed Ould Abdel Aziz pour préparer l’échéance de 2019 semble prendre forme.

Il s’articule autour de ses hommes de confiance, ceux qui ne peuvent être soupçonnés d’arrivisme, d’opportunisme ou de fausse loyauté, ceux qui ont fait leurs preuves en tout : efficacité, constance, fidélité, dévouement…

La composition du nouveau gouvernement annonce à peu près de quoi demain sera fait. Nettement rehaussé par la présence du Chef d’Etat Major des Armées, le Général Mohamed Ould El Ghazwani comme ministre de la défense, ce gouvernement semble être celui de la consolidation de l’existant tout en incarnant l’espoir d’une reprise en main. Laquelle commence par l’apaisement des relations.

Finies les querelles qui ont rongé le système ces deux ou trois dernières années. Finie la tension permanente avec les protagonistes traités en ennemis et non en partenaires.

La mise en place de la nouvelle Assemblée nationale avait déjà permis de hisser à sa tête Cheikh Ould Baya, le député de Zouerate et ancien président de l’Association des Maires de Mauritanie.

Homme de confiance, Ould Baya croit profondément aux vertus du dialogue, mieux, à la nécessité et à la possibilité de convergence en matière politique. Le processus de désignation de son bureau, mais aussi celui de la mise en place du conseil régional du Tiris Zemmour et du Conseil municipal de Zouerate, ont donné la preuve de ce souci, constant chez lui, de chercher le consensus surtout quand il est possible.

La pièce manquante du puzzle est l’instance dirigeante du parti Union pour la République qui tient son congrès dans la deuxième moitié de décembre prochain. Mais on peut dire dès à présent que le décor planté jusque-là, est celui qui va permettre d’apaiser les rapports, de les normaliser et pourquoi pas de faire converger l’ensemble des acteurs politiques pour permettre un tan soit peu de sérénité…

La Mauritanie qui parait aujourd’hui un pivot de stabilisation du Sahel, est un pays fragile.

Sur le plan intérieur, l’échec patent des politiques à proposer et/ou à accompagner, les secousses récentes et anciennes, les tares sociales structurelles, les déficits de gouvernance accumulés, bref… le lourd héritage des décennies d’errements a traumatisé les acteurs les empêchant de réfléchir, de se projeter pour anticiper.

Ils se sont contentés de courir après les événements sans pouvoir jamais rattraper le temps et les occasions perdus. Résultat : une société émiettée et une élite déresponsabilisée.

Sur le plan régional, la Mauritanie est entourée de problématiques dont le débordement ici est un risque énorme.

Au nord, le conflit du Sahara qui bout constamment. Avec lui la question des Bidhanes au Maroc, de la succession en Algérie, de la stabilisation en Libye… A l’est et au sud-est, l’Azawad et la question peule qui créent l’environnement propice au développement et à l’implantation des groupes extrémistes religieux et ethniques. Au sud, les convulsions qui frappent de temps en temps des pays et des sociétés qui, comme nous, ne sont pas encore arrivés à leurs points d’équilibre.

Les richesses, gaz et pétrole, qui s’annoncent sont certainement des facteurs aggravant pour ce qu’ils attirent de convoitises.

Nous oublions souvent que les quantités annoncées nécessitent une ressource humaine (savoir-faire, technicité…) que nous n’avons pas mais que tous les autres ont. Nous oublions aussi que la présence de grandes sociétés multinationales (Majors, comme on dit) est nécessairement une menace sur la souveraineté et même sur la cohésion des pays où les richesses sont exploitées.

C’est seulement quand on aura jaugé et jugé ces menaces que nous comprendrons que «quelque chose» peu être fait. Que «quelque chose» doit être fait.

Pour consolider le front intérieur en répondant aux attentes légitimes et dont l’expression peut (ou pas) comporter quelques exagérations. Les populismes se nourrissent sur l’incompétence des acteurs. La meilleure façon de leur barrer la route, est de traiter sereinement et intelligemment les revendications.

Pour renforcer le statut de la Mauritanie comme pôle de stabilisation et comme élément facilitateur dans une région en pleine ébullition.

2019 est un rendez-vous crucial. En décidant de respecter son serment et de se conformer aux dispositions de la Constitution en matière de mandats, le Président Mohamed Ould Abdel Aziz permet d’ouvrir une nouvelle fois, la porte de l’espérance avec en prime la possible expérience d’une alternance au pouvoir annoncée. Cela rapportera mieux et plus à la Mauritanie que le gaz, le pétrole et que tous les métaux précieux du monde.

Inchaa Allah

MFO

La Tribune N°761 du 6 nov. 2018





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 1734

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • mystere1 (F) 08/11/2018 16:28 X

    un demain incertain et regrettable si nous ne changeons pas de postures, d'attitudes, car au final ce sont les générations futures qui en subiront les conséquences à causes de nous tous leurs ancêtres actuels !tous y sont impliqués, le pouvoir comme les citoyens avec leurs diversités !

  • colombus (H) 08/11/2018 13:49 X

    Le pays et le système qui le gouvernent ne peuvent produire que des journalistes de ce genre. Ce pays ne manque de rien qu'une gouvernance conséquente et ce n'est pas un torchon de cette nature qui y contribuera.

  • Yii-Caathior (H) 08/11/2018 10:27 X

    En effet vous avez sommairement décrit une situation qui prévaut actuellement dans ce pays, je suis sceptique dans l’alternance politique qui attend notre chère Nation politique. Elle a tellement souffert de la présence des militaire depuis 40 ans que personne ne croit plus à leur départ du système, les hommes politiques sont usés sans être utiliser à bon escient, je suis sceptique aussi, par le fait que les militaires veulent rempiler sans l’avis du peuple qui n’en peut plus, un autre retraité devra tronquer sa retraite contre une veste plus large que ses épaules. L’alternance est devenu un rêve de tous les hommes politiques de ce pays, parce qu’ils savent que cela n’est pas pour demain et ils savent peut être que leur petit-petit fils, pourront assister à cette alternance, parce que les militaires n’ont pas dit leur dernier mot. Les hommes qui sont entrainés avec des fusils et la violence des mots hors des villes, avec zéro connaissance de la politique, leur sport favoris en tout temps sont les menaces de faire passer celui qui n’est pas d’accord en prison, ceux-ci ne quitteront pas la tête haute du sommet de l’état, voilà les militaires en Mauritanie, ils consomme la Mauritanie et les mauritaniens dans tous les sens et personne ne doit parler, pas de bruit sauf les bruits de bottes, les militaires ne peuvent et n’ont jamais développé un pays dans le monde, regarder ce qui se passe ailleurs où les militaires avaient fait un passage, par exemple le Burkina, la Gambie, le Ghana etc.., le salut de ces pays et leur population est revenu, la justice rétablit avec le retour des politiciens purement civil. Les mauritaniens qui avaient applaudit les militaires au pouvoir ne veulent plus entendre parler d’eux, ils préfèrent être gouverné par les Afghans civils que par des militaires de chez nous, mais je suis sceptique et pessimiste pour l’avenir de mon pays, les militaires ne sont pas sûr en politique et en démocratie, ils ne le sont pas et ne le seront jamais.

  • sammbasy (H) 08/11/2018 10:09 X

    La ligne éditoriale de Ould Oumeir s'infléchit subitement... Peut-être pour préparer la transition ? Mais c'est toujours la langue de bois. Ould Oumeir, il aurait été plus juste de dire que "le Président Mohamed Ould Abdel Aziz permet d’ouvrir (...) la porte de l’espérance avec en prime la possible expérience d’une alternance au pouvoir annoncée, après avoir mis fin à une très grande espérance en 2008 ». Donc il faut supprimer "une nouvelle fois".