09-11-2018 17:16 - Mauritanie/USA/AGOA/Esclavage : Aucun pays n’a le droit de nous accuser comme il le veut (Ould Maham)

Mauritanie/USA/AGOA/Esclavage : Aucun pays n’a le droit de nous accuser comme il le veut (Ould Maham)

AMI - Le ministre de la Culture, de l’artisanat et des relations avec le Parlement, porte-parole officiel du gouvernement, Me Sidi Mohamed Ould Maham et le ministre de l’Économie et des finances, M. Moctar Ould Diay, ont commenté jeudi soir à Nouakchott les résultats du Conseil des ministres.

Le Porte-parole officiel du Gouvernement a indiqué que le Conseil des ministres a examiné et adopté un ensemble de projets de décrets et de communications dont une communication relative au classement de notre pays dans le rapport Doing Business 2019 et une autre relative au programme de réformes à engager dans le cadre d’un nouvel appui budgétaire de la Banque Mondiale.

Il a ajouté, en réponse à une question sur la décision des États-Unis d’Amérique d’exclure la Mauritanie de la liste des pays bénéficiaires de l’AGOA que les USA sont souverains de faire profiter de leurs avantages qui ils veulent et d’en priver qui ils veulent, mais le problème réside dans le fait que cette décision, qui ternit l’image d’un autre Etat, est fondée sur des informations erronées destinées à ternir l’image d’un Etat, informations provenant de marchands de visas de résidence aux États-Unis.

Le ministre de la culture a souligné qu’aucun pays n’a le droit de nous accuser comme il le veut et qu’il n’est pas dans les usages de la diplomatie internationale qu’un Etat traite avec un tel ton et accuse de façon indécente un autre Etat.

Il a déclaré que l’esclavage n’existe absolument pas en Mauritanie, affirmant que la décision américaine constitue une entorse aux usages de la diplomatie internationale.

Le ministre affirme regretter qu’une superpuissance comme les États-Unis fonde une décision de ce genre et prenne une position contre un autre État sur la base d’informations erronées, soulignant que l’esclavage n’existe plus en Mauritanie mais que ses séquelles sont actuellement traitées ainsi que les disparités résultant d’un système qui prévalait dans de nombreux pays du monde y compris les États-Unis d’Amérique.

Il a indiqué que l’essentiel ici pour la partie mauritanienne n’est pas la question des avantages de l’AGOA, mais de défendre une image qui a été déformée devant le monde et ce d’autant plus que le régime actuel est le premier à pénaliser dans sa Constitution même la pratique de l’esclavage alors qu’aucune constitution dans un quelconque autre Etat ne stipule que l’esclavage est un crime contre l’humanité y compris les États-Unis d’Amérique qui font figure de leadership de la démocratie et des droits de l’homme.

Le ministre a passé en revue l’ensemble des politiques et stratégies entreprises par le gouvernement éliminer les disparités et les séquelles de l’esclavage comme la construction, entre autres, des écoles et des hôpitaux, soulignant que la Mauritanie est un État ouvert et met sur la table ses problèmes lorsqu’ils existent.

Il a également fait remarquer que l’initiative de l’élaboration de la feuille de route avec les Nations Unies à l’initiative de la Mauritanie progresse dans la bonne direction comme en ont témoigné les responsables des Nations Unies dont l’ex-secrétaire général de l’ONU.

Me Sidi Mohamed Ould Maham, a indiqué qu’il est étonné par la réactivité de l’opposition mauritanienne vis-à-vis de la décision américaine, au point qu'il semble s'agir d'une décision contre un pays qui n'est pas le leur.

Un pays qui doit maintenir sa réputation et ne pas être incité par les grandes puissances du monde, soulignant que l’image ternie ici est celle de la Mauritanie, non celle d’un gouvernement ou d’un Président et que celui qui compte gouverner un pays doit œuvrer à préserver son image et ne pas inciter contre lui les superpuissances du monde.

A son tour, le ministre de l’Économie et des finances a indiqué, à propos de la communication relative au classement de notre pays dans le rapport Doing Business 2019, que la Banque mondiale publie chaque année le classement du climat des affaires dans 190 États du monde et que notre pays a commencé depuis une certaine période un ensemble de réformes lui permettant d’améliorer son rang dans ce classement, dont l’amélioration constitue un indicateur essentiel et rassurant pour les investisseurs, notamment les étrangers parmi eux.

Il a ajouté que notre pays est très en retard dans ce classement étant classé en 2015 à la 176ème place sur 190 pays, soulignant que les réformes entreprises ces dernières années par le gouvernement avec notamment l’élaboration d’une feuille de route ont permis d’améliorer sensiblement ce classement faisant passer notre de la 176ème place en 2015 à la 148ème cette année.

Le ministre a indiqué que la Mauritanie a progressé l’année dernière de deux point alors que la plupart des pays ont connu un recul cette année-là surtout certains Etats du voisinage, notant que les réformes qui ont été entreprises ont montré que le secteur privé en a profité ce, qui a donné une meilleure image du climat des affaires dans le pays.

S’agissant de la seconde communication, portant sur le programme de réformes qui vont être mises en œuvre dans le cadre de l’appui budgétaire de la Banque Mondiale en 2016 suite à une série de réformes menées pendant cette période axées fondamentalement sur les finances publiques.

Le ministre a précisé à cet égard qu’un accord avec la Banque Mondiale a été trouvé au sujet du programme d’appui budgétaire pour deux ans 2016 et 2017, programme dont le budget mauritanien a bénéficié sous forme d’appui budgétaire direct et sous forme de don de 52 millions de dollars dont 26 millions de dollars pour la première année et 26 autres pour la deuxième année.

Il a expliqué que le département planche sur l’élaboration des réformes liées à cet appui budgétaire et que les équipes techniques des départements concernés mettent la dernière main sur ce travail.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 8
Lus : 1273

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (8)

  • wakhty (H) 10/11/2018 12:24 X

    Q'ALLAH VOUS FACE PAYER TOUT LE MAL QUE TOI ET TES SEMBLABLES NOUS FONT SUBIR A BASE DE MENSONGE DEVANT .ALLAH ALIME .

  • wakhty (H) 10/11/2018 12:22 X

    Ce bonhomme raconte du " blabla " , comme si le monde est aussi idiot comme lui . Si l'esclavage n"existe plus en Mauritanie , il existe le plus pure : la ségrégation raciale et la féodalité accrue . Moi j'ai 50 ans et depuis ma naissance se sont les membre des même famille qui sont nommés à des poste de responsabilités . Une ségregation qui ne dit pas son nom car on voit cameme depuis peut de temps les nouveaux changements . les maures utilisent les familles féodaux des autres ethnie pour assoir leur politique discriminatoire .

  • Bertrand (H) 10/11/2018 08:54 X

    Me Maham a raison. Les usa sont le pays le plus raciste du monde avec le Ku Klux Klan ou KKK. Les petits idiots qui semblent apprécier la décision des USA regardent chaque jours dans leur Tv des films et documentaire qui montre un esclavage animal aux usa. Mais c'est un esclavage béni parce que ça provient des toubabs. Les indiens ou rouges comme il les appelaient ont été décimés dans un génocide que l'histoire veut oublie. Hiroshima. Nagasaki. Hanoi. Hoshimin. Kaboul. Bagdad. Mogadischo. Gaza. Palestine. Yémen. Afrique du Sud. La liste est infinie ou les crimes des occidentaux. des évangélistes et des usa et du sionisme dont infinis et aucun peuple ou pays n y a échappé. Seuls des imbéciles bornés peuvent s'en remettre aux anciens nouveaux maîtres esclavagistes. Mais c'est l'ignorance qui a rendu tout cela possible y compris les commentaires mesquins de ceux qui applaudissent le bourreau pendant qu'il leur tranche la gorge.

  • bleil (H) 09/11/2018 23:31 X

    TAISEZ VOUS ! si vous ne voulez pas vous réveiller à New York devant de vrais juges indépendants ... les EU ne sont pas n'importe quel pays ! Pourquoi ne pas regarder la réalité en face, reconnaître nos difficultés et trouver les solutions adéquates pour engager notre pays résolument sur les rails du développement ...

  • overview (H) 09/11/2018 20:04 X

    J'avoue que la question de l'esclavage mérite d'avoir des informations vérifiées mais la discrimination de la composante noire est vraiment une réalité à tous les niveaux (Gouvernement, état, entités publiques ou privées) et ça saute aux yeux.

  • Show Politique (H) 09/11/2018 19:47 X

    Si j’entends ce ministre faire de la philosophie et de la comédie sur l’esclavage en Mauritanie, je me dis que le ridicule ne tue pas dans ce pays, tout le gouvernement d’Aziz se maintient dans l’orgueil et le déni, monsieur le ministre, être porte-parole c’est savoir arrondir les angles et reconnaitre les efforts fait sans démentir ce qui existe et visible, d’autres part, les américains connaissent mieux que toi et les autres à commencer par Aziz, la vérité de l’esclavage en Mauritanie, ils savent que même dans ta maison, ton boy est un esclave mal payé et il dort dans le garage, ils savent ce qu’ils disent de la Mauritanie et de son président.

    L’image du pays est terni par les esclavagistes que vous cherchez à couvrir et à défendre sans aucune raison, si l’esclavage n’existe pas, pourquoi avoir fait des lois qui le criminalise, vous dites que : (le régime actuel est le premier à pénaliser la pratique de l’esclavage et à le criminaliser dans la Constitution).

    Mais monsieur le ministre vous vous contredisez, si l’esclavage n’existe pas pourquoi avoir fait tout cela dans notre constitution, si cela n’existe pas, enlever ces articles et les passages dans la constitution et mettez autre chose à sa place, comme cela on dira que cela n’existe pas, mais parce que cela existe et persiste d’ailleurs dans tous les domaines de la vie des citoyens que le texte est maintenu, le changement dans la constitution ne date pas moins de 3 ans, dialogue 2016 et jamais appliquer.

    Monsieur le ministre l’esclavage n’existe pas, mais votre gouvernement à accepter une feuille de route avec les missions des Nations Unies, pourquoi cette feuille de route, c’est pour montrer aux esclaves la différence entre une piste empruntée par les ânes et un goudron pour les véhicules, ou c’est pour éradiquer l’esclavage et ses séquelles, il faut savoir ce que vous voulez dire au monde qui vous écoutent et vous regardent, ne vous riez pas vous-même, vous ne croyez pas à ce que vous dites, il faut arrêter cette mauvaise galanterie de Show politique et aller y revoir ce que le gouvernement avait signé avec les Nations Unies, avant de nier ce qui existe et parapher par le gouvernement d’Aziz.

    L’esclavage existe très bien en Mauritanie, jusque dans les coins les plus luxueux de la capitale Nouakchott.

  • Pandadesigner (H) 09/11/2018 19:17 X

    L’amériq à raison Mr le ministre penser à demain quand vous serez seul dans votre tombe il n’y aura pas de Aziz pour vous aider ce que vivent les Mauritaniens c’est trop tristes combien de personnes travaillent ici sans contrat ni assurance maladie ceci n’est que du travail forcé.

  • foutatoro (H) 09/11/2018 17:22 X

    Ok. Continuez dans le déni!