26-11-2018 23:15 - Mauritanie: 28 novembre, horrible anniversaire!

Mauritanie: 28 novembre, horrible anniversaire!

Kaaw Touré - Il y a quelques jours les Mauritaniens en chœur ont dansé, chanté et fêté ensemble la belle victoire de notre équipe nationale du football qui vient de se qualifier pour la 1ère fois à la 32ème édition de la CAN prévue au Cameroun en 2019.

Mauritaniens en couleurs et sans couleurs ont vibré ensemble pour le triomphe de la couleur nationale. Nous avons dansé et chanté avec tous nos rythmes, des vagues mélodieuses et sublimes du fleuve aux envolées lyriques des orfèvres des mots des awlad de Chinguitti. Nous avons sauté aux rythmes et aux sons du yakkaa, du rippo, du mbalax, du thierthioura, du veghou.

Nous avons sorti nos tbela, djembé et tambours dans la joie et l´allégresse parce que le peuple uni de cette vieille patrie du Tekrour et du Ghana, vibrait avec nos jeunes conquérants, dignes héritiers des almoravides. Cette Mauritanie plurielle, arc en ciel, métissée, unie et fière nous l´aimons, elle est notre rêve de toujours et pour toujours. Ce jeunes joueurs ont écrit une belle et une nouvelle page de notre histoire. L´histoire de la Mauritanie.

Malheureusement l´histoire de notre pays n´est pas aussi belle que cette magnifique victoire du 18 novembre.

Nous avons encore en mémoire cette nuit horrible du 28 novembre de l´année 1990 à Inal, anniversaire de notre indépendance jour qui symbolisait la renaissance à la dignité et à la liberté pour le peuple mauritanien.

Depuis cette sombre et terrible nuit du 28 novembre 1990, ce qui aurait dû rester un grand jour symbole de notre libération du colonialisme français s'est transformé en un jour de douleur et de grande souffrance, un jour de larmes, un jour de deuil, de tristesse pour toute la communauté négro-africaine et plus particulièrement pour toutes celles et tous ceux qui ont perdu des êtres chers.

En effet, dans la seule nuit du 27 au 28 novembre comme si dans le 28 novembre fête de l´indépendance, il fallait faire offrande à l´Etat chauvin de cadavres de négro-mauritaniens. 28 militaires noirs sont pendus. Des citoyens qui ont servi loyalement leur patrie , des citoyens qui n´avaient commis aucun crime, pas même le moindre délit. Ils étaient Négro-africains et c´était suffisant, comme crime aux yeux du Système d´Apartheïd.

Arrêtés à Nouadhibou et ailleurs et conduits à Inal. On en pendit 28 ni plus ni moins. Et quand le dernier pendu cessa à gigoter au bout de sa corde on reconduisit les autres prisonniers dans leurs cellules. Vingt huit pendus, c´était le bon chiffre du soir à la gloire de la divinité indépendance et pour rassasier les démons de l´intolérance et de la haine.

Ainsi de sinistre anniversaire en sinistre anniversaire, les négro-mauritaniens détenus dans la période de septembre 1990 à février 1991, seront sacrifiés par dizaines comme des moutons à la gloire de Taya et du Système d´Apatheïd mauritanien.

Les organisateurs de ces inqualifiables sacrifices de ces boucheries d´un anniversaire à l´autre, sont toujours là et continuent à diriger notre armée raciale à commandement monocolore et restent toujours protégés par l´Etat raciste.

Les morts furent nombreux au moins 530 personnes sont mortes dans les camps de détention mais sans compter les assassinats repétés, perpétrés tout au long de la vallée du fleuve Sénégal depuis le début du conflit sénégalo-mauritanien.

Il faut chiffrer toutes les victimes négro-africaines à plusieurs milliers de personnes.

Depuis, ils gisent dans la solitude des fosses anonymes. Depuis, ils attendent des sépultures décentes…

Par devoir de mémoire et par exigence morale, nous demandons encore à toutes celles et à tous ceux qui aspirent à l'unité de notre pays, notre peuple - la Mauritanie - à ceux qui croient au respect des droits humains, d’avoir, en ce jour, une pensée pieuse de recueillement pour ces victimes du racisme , du chauvinisme et de la barbarie humaine.

Nous exigeons du gouvernement mauritanien actuel qui tente par des artifices de solder ce dossier: - La restitution des dépouilles des anciens prisonniers pendus ou morts sous la torture à leurs familles,

- L’ application du devoir de vérité , du devoir de justice , du devoir de mémoire, des réparations matérielles et morales pleines et entières ; au bout du processus la nécessité du pardon . La Paix des cœurs et des esprits, pour une véritable réconciliation nationale, passe nécessairement par là. Ceux qui sont morts, ceux qui ont souffert

Ceux qui sont diminués, Ceux qui sont humiliés,

Ceux qui pleurent leurs fils, pères, cousins, oncles, leurs maris nous interpellent.

Nous n´avons pas le droit d´oublier.

La Mauritanie confondue n´oubliera jamais.

Et la lutte continue!

Kaaw Elimane Bilbassi Touré






"Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté dans le respect de la CHARTE affichée.

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.


Source : Kaaw Touré
Commentaires : 3
Lus : 2034

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • El Houssein (H) 27/11/2018 06:11 X

    C'est bien exprimé, très touchant, seulement, il ne faut pas généraliser. Il y'a beaucoup de mauritaniens qui pensent comme vous, qui veulent savoir la vérité et qui soutiennent les demandes que vous avez citées. Comme a dit le Premier ministre, ce n'est pas ce gouvernement qui a causé ces actes horribles et ignobles, donc il l peut bien clôturer ce dossier en plus des gestes significatifs qu'il a déjà fait. L'autre partie doit, elle aussi modéré son langage et chercher la réconciliation sur ce douloureux passé, qui ne s'oubliera jamais. Il n'y a pas d'issue, ces populations sont obligées de continuer à vivre ensembles jusqu'à la fin du monde en s'appuyant sur les fondements solides qui les lient déjà.

  • salloumar (H) 27/11/2018 04:08 X

    Une pensée pieuse aux martyrs 1– l’Adjudant-chef Abdoulaye DJIGO 2 – 1ére classe Samba Baba NDIAYE 3 – 1ére classe Samba Oumar NDIAYE 4 – 1ére classe Ibrahima DIALLO 5 – 1ere classe Mamadou Hamadi SY 6 – Sergent Mbodj Abdel Kader SY 7 – 2éme classe Samba Demba Coulibaly 8 – 2éme classe Demba DIALLO 9 – 1ére classe Amadou Saïdou THIAM 10 – 1ére classe Mamadou Oumar SY 11 – 1ére classe Abdarahmane DIALLO 12 – 1ére classe Mamadou Ousmane LY 13 – Caporal Mamadou Demba SY 14 – Soldat Alassane Yéro SARR 15 – Caporal Amadou Mamadou BAH 16 – Sergent-chef Lam Toro CAMARA 17 – Sergent chef Souleymane Moussa BAH 18 – 2éme classe Oumar Kalidou BAH 19 – Sergent Amadou Mamadou THIAM 20 – Sergent Samba SALL 21 – 2éme classe Abdoulaye Boye DIALLO 22 – 1ére classe Cheikh Tidiane DIA 23 – 2éme classe Samba Bocar SOUMARE 24 – 1ére classe Moussa NGAIDE 25 – 1ére classe Ciradio LÔ 26 – 1ére classe Demba Oumar SY 27 – Sergent Adama Yero LY 28 – Caporal Djibril Samba BAH. NON à l’impunité NON à l’injustice. Non à l’oubli. Salam. Oumar Débé

  • lass77 (H) 26/11/2018 23:37 X

    Monsieur Touré , c'est horrible , c'est l'anniversaire de l'accés à la souveraineté qui est entaché de sang. Je ne sais pas pourquoi cette date a été choisie. Par ailleurs c'est extrement regretable alors que l'Etat mauritanien doit proposer quelque chose aux ayants droits de cette tragedie de la bestise humaine et je finis également , Mr Touré , tout le monde sait que c'est TAYA qui a ordonné ses assassinats (***)