04-12-2018 15:51 - L'intervention de l'honorable députée Coumba Dada Kane lors de la plénière du 03 décembre 2018

L'intervention de l'honorable députée Coumba Dada Kane lors de la plénière du 03 décembre 2018

Coumba Dada Kane - Monsieur, le Président

Monsieur le Ministre

Chers collègues députés

Un député menotté comme un bandit de grand chemin.

C’est une image qui a choqué plus d’un mauritanien suscitant, incompréhension et indignation, même au-delà de nos frontières. Pour les militants des droits de l’homme, c’est le paroxysme de l’infamie et de l’ignominie.

L’un des locataires de cette auguste Assemblée, un des nôtres, dépositaire du mandat du peuple et de sa légitimité, le député du peuple, Biram DAH Abeid croupit encore en prison depuis 118 jours.

Le député sans l’humilité parlementaire est-il député ? Réfléchissez-y!

Chaque jour qui passe, les autorités posent des actes qui déshonorent notre modèle démocratique en instrumentalisant notre système judiciaire pour confirmer, ce que tout le monde sait déjà : une justice aux ordres.

La justice dans notre pays est devenue ce rouleau compresseur qui broie sans pitié et sans état d’âme les opposants au régime et les militants des droits de l’homme.

La peur est partout. Une peur et une violence qui rappellent a bien des égards la dictature décrite dans le Cercle des tropiques d’Alioune FATOURE ou encore l’horreur dans la vie et demie de Sony LABOU TANSI.

Que nous en garde !

L’honorable député Biram DAH Abeid a obtenu au forceps, le 27 Novembre 2018, son évacuation pour les urgences du Centre National de cardiologie.

Malgré son état de santé plutôt précaire,- les traits du visage étaient bien tirés, signes de la fatigue et du malaise de l’homme - les autorités lui ont passé quand même les menottes.

Ce qui constitue une violation flagrante des droits de l’homme, une atteinte grave à la dignité de l’homme et de tout l’homme.

Honorables députés !

C’est notre dignité d’humain, de musulman et de représentant du peuple qui vient d’être écornée, insultée et souillée à jamais.

Notre silence, votre silence est synonyme de lâcheté et d’indignité.

C’est un silence coupable, un outrage à notre mission de représentant du peuple dont la première vocation est de défendre et protéger les intérêts des citoyens.

Chers collègues députés !

Ce que subit en ce moment Biram doit nous interpeller tous.

En effet, l’injustice, c’est l’ennemi numéro de la république, de la démocratie et du progrès.

Faut-il le rappeler, siéger au sein de cette chambre, c’est aussi le courage de faire entendre une voix dissonante, de danser notre musique et non celle imposée par l’exécutif.

En effet, l’exécutif, à lui la légalité, et à nous le peuple et la légitimité !



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.


Commentaires : 5
Lus : 3220

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • SATAROIS (H) 08/12/2018 02:50 X

    Khayeuk Kane !... Et merci du courage...

  • mystere1 (F) 05/12/2018 10:27 X

    merci seydi kane ! la brave dame a bien intervenu, en effet voilà une grande injustice d'incarcérer un député en lui privant de ses droits ! ce n'est pas juste ! et c'est certain qu'on lui privera de se présenter les grandes élections présidentielles 2019 ! puisque cette députée a intervenu pour l'affaire biram, alors cela n'est pas étonnant qu'on la met en buzz pour son intervention dans cette séance, et c'est claire que ça dérange les ennemis de biram ! puisqu'il s'agit de lui même ce leader de l'IRA dont défend cette brave dame !et ces propos créee naturellement et allergiquement polémiques à ces derniers !

  • lass77 (H) 04/12/2018 19:23 X

    Ce parlement ne devrait travailler tant qu'il manque à l'appel un seul député séquestré. C'est la preuve patente qu'on est dans une république bananiere où il n'existe aucun respect de séparation de pouvoirs. Jules ferry avait dit à juste titre que la:démocratie est un luxe pour les peuples colonisés. Biram n'a pas sa place en prison car il n'a commis aucun délit ou crime. Comment est ce qu'il est possible de mettre en détention un simple citoyen suite à une plainte ?

  • La Baronne Noire (H) 04/12/2018 17:37 X

    Une autre dame de fer à l’Assemblée pour les causes justes, est ce que l’Assemblée et ses députés sont devenus des muets et des aveugles, cherchent-ils des salaires tout simplement et ne regardent pas ce qui fait mal au peuple et à la population, seule les femmes portes des pagnes et parlent au nom du peuple, les hommes sont Out, jusqu’à quand il faut se taire et faire semblant. Le gouvernement esclavagiste d’Aziz est sourd des appels des droits de l’homme, ils attendent la fin du temps pour répondre.

  • dykrim (H) 04/12/2018 16:43 X

    A cause d’une journaliste méconnu par sa propre famille, une très grande flamme de la liberté est entrain de s’teindre injustement à petit feu dans les geôles de NOUAKCHOTT. Chers gouvernant ; je pensais bien que la pendaison des 28 noirs vous a bien suffi comme exemple de dérive politique de notre cher pays la Mauritanie. Nous somme le seul pays dont l’indécence se fête sous deux bannières ; celui d’un deuil et un autre un semblant de fête, dont une seule personne se vois grand ce jour-là dans le pays. Libère le pauvre Biram et n’ajouté pas quelque chose à la colère de Dieu face à ces incriminables asseaux qui s’abattent sur notre chère Mauritanie, petit pays avec des ressources intarissables et très peu peuplé, jusqu’à présent compté parmi les pays les plus arrières, sou-développés au monde et occupant la 1ere place en pratique moins gueux, honte à ce pays du courage Koumba Dada.