05-12-2018 21:45 - Macky et Aziz parlent, enfin, le même langage

Macky et Aziz parlent, enfin, le même langage

Rewmi - Entre les Présidents Macky Sall du Sénégal et Mohamed Ould Abdel Aziz de la Mauritanie, les relations semblent s’être beaucoup améliorées.

En témoigne cette présence du dernier à la cérémonie d’investiture du premier, ce week-end à Diamniadio. Aziz ne s’est pas contenté de se déplacer, il a pris la parole pour magnifier le bilan de Macky et formulé le souhait qu’il soit réélu. Il a salué les relations fraternelles entre les deux pays que tout lie, notamment l’histoire, la géographie, la religion, etc.

D’ailleurs, dans quelques jours, Macky devra se rendre à Nouakchott pour les besoins de l’accord sur le gaz découvert entre les deux pays et qu’ils doivent se partager.

En somme, il me semble qu’il s’agit là d’un tournant décisif dans les relations entre les deux Chefs d’Etat. Car, jusqu’ici, les relations nous semblaient assez tendues, malgré les déclarations officielles.

Aziz n’avait pas sans doute approuvé la détermination de Macky d’éjecter de la Gambie son ami Yahya Jammeh malgré sa médiation et celle d’Alpha Condé, deux présidents estampillés proches de l’ancien Président gambien. Du côté du Sénégal, la mort récurrente de pêcheurs accusés par Nouakchott de violer leurs eaux maritimes, était très mal vue.

D’ailleurs, ce n’est là que les gouttes d’eau de trop. Si le Sénégal n’a pas participé à la force conjointe G5 Sahel, beaucoup l’attribuent à ces incompréhensions avec le président mauritanien, un des maitres d’œuvre de la force, même si d’autres sources indexent Macky lui-même.

En tout cas, au regard également des difficultés aujourd’hui dépassées, en partie, d’obtenir des accords de pêche entre les deux pays, les observateurs y voyaient des relations tendues entre les deux Présidents.

Aujourd’hui, la page est tournée. Aziz ne veut pas d’un troisième mandat alors que Macky cherche un second. Le président mauritanien va bientôt faire ses adieux, même s’il n’exclut pas de revenir au pouvoir par la voie démocratique.

Sans doute, les Ambassadeurs des deux Etats établis dans les capitales y ont joué aussi un rôle positif. Ici, au Sénégal, Cheikh Ould Nenni, l’Ambassadeur de la Mauritanie qui s’est fait discret, est pourtant un journaliste et patron de presse qui a été un des pionniers de la presse privée en Mauritanie dont il a dirigé longtemps l’association.

En tout état de cause, il est important, pour tout dirigeant établi en Mauritanie et au Sénégal, de comprendre qu’il doit travailler dans le sens de consolider des relations séculaires que personne ne peut remettre en cause. Les deux pays sont contraints de vivre ensemble. Qu’ils le fassent dans la paix, c’est toujours mieux.

Il y aura certes toujours quelques querelles de voisinage, mais cela ne doit pas, fondamentalement, remettre en cause la paix et la concorde qui doivent toujours prévaloir. Il doit en être de même avec le Mali, la Guinée d’Alpha Condé et la Guinée-Bissau.

On a toujours parlé de "ceinture de feu" qui entourait le Sénégal parlant de ses voisins, mais ce que l’on dit moins, c’est cette rivalité malsaine entre dirigeants, au grand dam des peuples contraints à vivre ensemble.

C’est vrai que cette fois-ci, Aziz, en voulant tourner la page des incompréhensions réelles ou supposées, en a dit trop. Il a certes le droit de souhaiter que Macky soit réélu, mais c’est aux Sénégalais d’en juger. Ces amis du Sénégal ne sont pas forcément les amis de Macky, même s’il est important qu’ils s’entendent avec lui.

Ce que les Sénégalais et nos amis voisins doivent savoir, c’est qu’ici, personne n’est indispensable. Des Senghor, des Abdou Diouf, des Abdoulaye Wade ou des Macky, il y en aura toujours.

Le premier Président du Sénégal, le père de la Nation, avait donné l’exemple : Il faut savoir quitter le pouvoir qui est corrosif avant qu’il ne vous quitte.

Bravo à Aziz qui n’a pas suivi certains de ses partisans sur le chemin du troisième mandat. C’est cela la hauteur, l’esprit de dépassement, le dévouement à son peuple.

Si nos deux peuples continuent à être attachés aux valeurs démocratiques et à choisir librement leurs dirigeants, ils continueront à vivre, encore longtemps, dans la paix et la concorde.

Assane Samb



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 1568

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • mdmdlemine (H) 06/12/2018 12:07 X

    je crois que c'est plutôt le langage d'intérêt politiques et économiques, respectivement traduits par la tenacité des deux dirigeants à perdurer au pouvoir et à éviter de ne pas s'entretuer sur les retombées de l'exploitation du gaz Les Etats non pas d'amis mais des intérets

  • unitéRIM (H) 06/12/2018 08:13 X

    c'est idyllique mais il y a aussi certaines vérités que j'approuve. Les deux pays sont contraints de vivre en paix à cause de liens fraternels et historiques qui lient les deux peuples. Pour maintenir un bon niveau de relation entre les deux gouvernements, les accords de partage de toutes les richesses découvertes aux frontières doivent être bénéfiques pour les deux peuples, je pense que l'accord va dans ce sens.

  • Samaa Guis-Guis (H) 05/12/2018 22:40 X

    De Aziz à Maky Sall, tous les deux ont gouvernés avec force et mépris les deux populations en utilisant les prisons et l’intimidation comme arme politique, ni Maky, ni Aziz n’ont été et ne seront meilleurs pour les deux pays qui se partagent beaucoup de choses inestimables, les mêmes phénomènes régissent les deux citées à commencer par les confréries qu’ils se partagent, donc la Mauritanie comme le Sénégal et d’ailleurs le Sénégal est beaucoup moins loti politiquement avec sa vieille démocratie que la Mauritanie qui ne connait que des régimes militaires, Maky a été est trop dur dans sa gouvernance démocratie au pays de la Téranga, ce qui est incompréhensible, pour un homme qui a fait les arcanes du pouvoir. On peut comprendre Aziz qui est venu par les armes et gouverne par la force de faire peur à ses adversaires, ce qui ne devait pas être le cas de Maky, alors que dans certains milieux politiques, on considère Aziz beaucoup plus fin politiquement que Maky, je pense que entre les deux hommes, il y’a un problème de nourriture et de consommation en lait et viande pour Aziz qui est toujours constipés et poisson pourrie pour Maky qui a toujours la diarrhée. Nous souhaitons aux deux peuples d’avoir des présidents mieux que ceux qui les gouvernes aujourd’hui. AMINE.

  • lass77 (H) 05/12/2018 22:38 X

    Article idyllique qui ne reflète pas la réalité des relations entre les deux pays. Que macky vienne signer un accord de partage égal à égal à propos du gaz n'engage que lui. En tout cas sonko qui a son peuple derrière lui remettra en cause cet accord et je pense que macky va être renvoyé à la retraite par les sénégalais s'il ne fraude pas le 24 février prochain.