29-12-2018 23:00 - Mali : décès de l’écrivain et homme politique Seydou Badian Kouyaté

Mali : décès de l’écrivain et homme politique Seydou Badian Kouyaté

Jeune Afrique - L'écrivain et homme politique malien Seydou Badian Kouyaté, auteur de l'hymne national du Mali, est mort à Bamako dans la nuit de vendredi à samedi à l'âge de 90 ans, a appris l'AFP samedi auprès de sa famille.

« Seydou Badian Kouyaté est mort vendredi nuit dans une clinique à Bamako », a déclaré à l’AFP Oumar Coulibaly, un membre de la famille de l’écrivain né en 1928. Seydou Badian Kouyaté, médecin de formation, a été ministre durant le régime du premier président malien, Modibo Keïta (1960-1968).

Il avait été arrêté puis déporté à Kidal (nord) lors du coup d’État de Moussa Traoré qui a renversé Modibo Keïta en 1968. Après sa libération, il s’exile pendant de nombreuses années au Sénégal.

Auteur de « La saison des pièges » et « Sous l’orage »

Seydou Badian Kouyaté, très populaire au Mali, est l’auteur de plusieurs ouvrages dont « La saison des pièges » et « Sous l’orage ». Dans ce dernier roman, écrit dans les années 50 et au programme au collège et au lycée dans plusieurs pays d’Afrique, il relate un conflit de générations dans une Afrique tiraillée par les divergences entre jeunes et anciens.

Seydou Badian Kouyaté se réclamait de la gauche et critiquait les pays occidentaux qui ont, selon lui, « toujours voulu contrôler les pays africains ». Panafricaniste, il a toujours prôné « les États-Unis d’Afrique ».

Critique de l’intervention française au Mali

Dans la crise du nord du Mali, née de l’invasion jihadiste à partir de 2012, Seydou Badian Kouyaté, a critiqué l’intervention française, estimant qu’elle n’a pas permis au Mali de se débarrasser des islamistes, dont les violences persistent dans le pays.

« C’est un éminent écrivain. Ses romans (sont) enseignés dans tout le continent africain. Il a toujours servi de conseiller et de guide pour la nouvelle génération d’écrivains africains », a déclaré samedi le président de l’Association des écrivains du Sénégal, Alioune Badara Bèye, sur la radio sénégalaise RFM (privée).

Par AFP



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Jeune Afrique
Commentaires : 2
Lus : 2260

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • mystere1 (F) 31/12/2018 08:40 X

    Paix à son âme, un grand monument mondial, en particulier africain s'en est allé, il faut que ses collègues successeurs lui rendent un grand hommage digne, je peux dire que son roman "sous l'orage" m'a marqué, je ne cessais de le lire, car ca parle de conflit de génération, mariage forcé, et l'histoire de chaka zoulou, l'héro mythique sud-africain ! hélas les enfants, comme adultes lisent peu de nos jours ci, surtout avec le développement de la technologie, hélas bien dommage, à part cela que le grand écrivain soit accueilli au Paradis.

  • Nouvelle-Mauritanie (H) 30/12/2018 21:38 X

    Hommage à tout les écrivains et révolutionnaires de l'Afrique et du monde entier. Paix à leurs âmes.« Président, unificateur des Mauritaniens », « Alahouma Sali Wo S’élime alla Séyidina Mohamed ».Amine, la louange reste à Allah, Nous Le Louons et implorons Sons aide ainsi que son pardon.