12-02-2019 07:45 - Mauritanie. Présidentielle: l'opposition demande une refonte de la CENI et un audit du fichier électoral

Mauritanie. Présidentielle: l'opposition demande une refonte de la CENI et un audit du fichier électoral

Le360 Afrique - L’opposition mauritanienne s'est mise en ordre de bataille pour la prochaine élection présidentielle, dont les dates, selon la constitution, se situent entre avril et juillet 2019. En fait, celle-ci devrait se dérouler au mois de juin, selon quelques confidences dignes de foi.

Ainsi, une vaste alliance, celle du Forum national pour la démocratie et l’Unité (FNDU), composé de partis politiques, d'organisations de la société civile, de centrales syndicales et de personnalités indépendante, mais aussi de partis politiques tels que le Rassemblement des forces démocratiques (RFD), la Convergence démocratique (CD), SAWAB et l’Union national pour l’alternance démocratique (UNAD), a saisi le gouvernement à travers un document dans lequel sont consignées une série de revendications, en perspective de l’échéance électorale qui se profile.

Le collectif de l’opposition réclame ainsi, entre autres, une refonte de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), composée exclusivement des représentants de la majorité 'et de l’opposition dite "modérée") et un audit du fichier électoral.

Celui-ci est constitué de moins de 1,5 millions d’inscrits pour une population totale de 3,5 millions d’habitants, selon les résultats du Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) effectué au milieu de l’année 2013.

Il faut également signaler cette sortie, dans la presse locale, du président en exercice du Forum national pour la démocratie et l’unité (FNDU), Mohamed Ould Maouloud, au sujet de ce fichier électoral: «nous ne faisons pas confiance à la liste électorale, il faut la réviser», exige-t-il dans un entretien avec «RMI-Info».

Le même fichier a servi à l’organisation des élections législatives, régionales et municipales de septembre 2018. Une opération qualifiée «de processus unilatéral» par le FNDU et ses alliés.

Cependant, pour Mohamed Ould Maouloud, un opposant qualifié d'"historique", "désormais le pays reprend espoir depuis que le président Mohamed Ould Abdel Aziz a renoncé à l’aventure d'un troisième mandat, à travers une déclaration qui semble cette fois définitive. La Mauritanie respire un réel soulagement, on note un certain bouillonnement en perspective de la prochaine élection présidentielle. Pour le moment, globalement, l’opposition se cherche un candidat pour l’après Mohamed Ould Abdel Aziz».

Le document de l’opposition soumis au gouvernement plaide également en faveur "d’un dialogue national inclusif pour un climat politique apaisé propice à l’organisation d’une élection présidentielle libre, démocratique et transparente".

Sur le point précis d’une éventuelle concertation nationale avant la grande échéance électorale de 2019, la réponse est venue de la majorité présidentielle, qui est, en fait, totalement confondue avec le gouvernement.

Sidi Mohamed Ould Maham, président de l’Union pour la république (UPR), principal parti de la majorité, également ministre de la Culture, de l’artisanat et porte-parole du gouvernement, écarte toute idée d'un dialogue national avant l'élection présidentielle.

Cependant, Ould Maham estime que l’assemblée nationale offre un espace de débat à travers lequel toutes les questions relatives à la prochaine élection présidentielle pourraient être sereinement débattues.

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1324

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • El Houssein (H) 12/02/2019 11:16 X

    Ce n'est pas cela le vrai goulot de votre réussite. La CENI est déjà entre de bonnes mains, qui ne vous sont pas très loin. Choisissez un bon candidat et organisez-vous très bien pour que personne ne pusse vous déjouer. Tant que vous êtes désunis, vos chances resteront très faibles. Les autres n'auront même pas besoin de tricher.

  • Le Caméléon (H) 12/02/2019 09:27 X

    On revient toujours sur les mêmes revendications, refonte de la CENI et Audit du fichier électoral, ces mêmes revendications ne sont jamais satisfaites par le pouvoir en place et je ne pense pas que cela va commencer aujourd’hui à la veille des élections, voilà aussi le résultat de la politique de la chaise vide qui avait été le plan de guerre de l’opposition, cette opposition doit plutôt peaufiné un programme politique, économique et social, le reste n’est que qu’une complication sans raison, il faut arrêter de jouer au ralenti et savoir que le temps qui passe ne reviens jamais, comme le dialogue politique inclusif qui est passé et ne reviendra plus jamais, l’opposition doit revendiquer autres choses que le passé.