11-07-2019 08:29 - Le fameux violeur de Nouakchott-Nord coffré

Le fameux violeur de Nouakchott-Nord coffré

Le Calame - Cela faisait quelques temps que les quartiers Est de Nouakchott avaient à supporter un lourd traumatisme, pour ne pas dire psychose.

Chaque nuit, à Toujounine, Dubaï, Tenweich, Tarhil, Leegeïla ou Bouhdida, un odieux personnage forçait un domicile, y violant, sous la menace d’un poignard, plusieurs femmes et filles, avant de disparaître. La police avait reçu plus d’une centaine de plaintes et ses commissariats de Toujounine ouvert, chacun, une enquête, sans aucun résultat, au grand découragement et déception des populations qui se sentaient vraiment dans la plus totale insécurité.

Et tous d’évoquer l’insaisissable violeur sadique, toujours en cavale depuis 2003. Mais celui-ci ne ciblait que les fillettes en bas âge. Fatimetou, la cadette de ses victimes, n’était âgée que d’un an et demi, lors de son viol en 2008…

Celui qui terrorisait l’Est de la ville a fini, lui, par tomber. Dimanche 7 Juillet, vers trois heures du matin, notre violeur force la porte d’une petite maison où demeure une femme mariée, avec ses enfants. Prise à partie, elle s’époumone aussitôt à crier sa détresse. L’intrus court se réfugier non loin, dans une chambre abandonnée.

Mais des voisins l’ont aperçu et cernent le lieu. Et l’individu de détaler comme un lapin, poursuivi par une meute grossissant à chaque instant. Cinq cent mètres plus loin, le voilà attrapé et violemment battu par la foule. On le ligote, lui ôte boubou et chemise. Des centaines de personnes dont certaines de ses victimes, défilent, pour bien l’identifier et lui asséner, parfois, quelques coups.

Jusqu’à neuf heures du matin où une voiture de police l’embarque au commissariat de police, suivi par des dizaines de badauds. Il a reconnu avoir violé des dizaines de femmes sous la menace.

Un as du cambriolage sous les verrous

Les quartiers Nord de Tevragh Zeïna sont en perpétuel climat d’insécurité et de crime, malgré un énorme effort sécuritaire. Des malfaiteurs y opèrent en permanence, ciblant les grands magasins, commerces et villas des nantis. La fameuse bande qui braqua nombre de personnes et pilla plusieurs villas, il y a quelques années, est toujours dans les mémoires. Une autre s’attaquait aux appartements de location et fut arrêtée grâce aux caméras de surveillance…

Le mois dernier, alors que les autorités étaient occupées à sécuriser les sites de la campagne électorale, plusieurs villas et commerces du quartier ont été cambriolés. Dès la fin du scrutin, des agents de la fameuse Brigade de Recherche du Banditisme, BRB version « Yacoub », se mettent aux trousses des cambrioleurs. Ils trouvent une piste qui les conduit vers un premier suspect. Arrêté, embarqué au CSPJ et interrogé, celui-ci les mène à son chef, Alpha « Legval », un récidiviste connu et fraîchement relâché de la prison de Dar Naïm. Lui aussi coffré et mis au violon, il avoue plusieurs cambriolages. Son repaire est investi le lendemain et son butin saisi. Après quelques jours de garde à vue, il a été déféré et écroué à la prison civile de Dar Naïm.

Les pilleurs du magasin de Sebkha arrêtés

Comme vous le savez, la journée du dimanche 23 Juin fut très particulière, en divers quartiers de Nouakchott. Après l’annonce des résultats provisoires du scrutin, les sympathisants de tel ou tel candidat sortent pour manifester leur refus, notamment à Sebkha et El Mina. Des pneus sont brûlés et des projectiles lancés sur des voitures. Occasion, pour les malfaiteurs, de piller, braquer et agresser. Plusieurs commerces et étalages sont touchés par ce phénomène jusque-là inconnu en notre société.

A Sebkha, un magasin de vente de denrées de première nécessité est pillé par des malfaiteurs qui ont forcé ses portes. La réplique des autorités est rapide et ferme. Sebkha est placée, quelques jours durant, en état de siège. Des dizaines de personnes, étrangères pour la plupart, sont arrêtées. Des agents de la BRB traquent les auteurs du pillage dudit magasin et appréhendent, le lendemain, une vingtaine de suspects. Seulement deux d’entre eux sont des nationaux. Le reste est composé de sénégalais, maliens, nigérians et guinéens.

Cinq ont été relâchés, faute de preuves. Les autres ont reconnu avoir participé au vol. Ils ont tous été déférés et écroués. Des marchandises ont été retrouvées dans leur logement respectif.

Mosy



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 3422

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Belphegor (H) 11/07/2019 16:53 X

    Le violeur aurait du être lynché a mort et décapité pour exemple...Quelle bêtise de l'avoir encore remis a la police, un animal prêt a récidiver après une peine légère.