20-08-2019 20:16 - La Banque Mondiale proche d’investir 300 millions $ dans une mine de Kinross en Mauritanie

La Banque Mondiale proche d’investir 300 millions $ dans une mine de Kinross en Mauritanie

Agence Ecofin - La Société Financière Internationale (SFI), l’entité d’investissement dans le secteur privé de la Banque Mondiale, votera mi-octobre l’approbation d’un financement de 300 millions de dollars américains dans une mine d’or dans la région de Tasiast en Mauritanie.

La décision d’investir - qui serait le premier projet de la SFI en Mauritanie - est en discussion, moins d’un mois après l’arrivée du Président Mohamed Ould Ghazouani qui a succédé au Président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Selon des documents publiés sur le site de la SFI, la mine opérée par Tasiast Mauritania Limited SA, filiale du canadien Kinross Gold Corporation, a satisfait toutes les conditions environnementales et sociales que la SFI pose comme préalables pour envisager un investissement de cette taille.

L’institution financière mène un consortium qui inclut un financement de 155 millions $ de son propre capital, complété par 145 millions $ de l’Export Development Canada, l’institution financière de développement du Canada, et de deux banques commerciales dont les noms n’ont pas encore été divulgués.

La SFI considère que cet investissement aura un effet positif considérable sur l’économie mauritanienne en termes, notamment, d’approvisionnement de la chaîne de valeur locale, de contribution fiscale, de devises et d’emplois.

L’investissement devrait aussi contribuer à renforcer « l’égalité des genres et l’émancipation des jeunes » selon les enquêtes mandatées par la SFI. Les exploitants artisanaux de la mine et communautés de pêcheurs, ainsi que les parcs nationaux ne seront pas impactés négativement par l’expansion de la mine, selon ces mêmes enquêtes.

Les investissements de l’institution financière sont toujours soumis à un nombre élevé d’études indépendantes préalables afin de s’assurer de l’impact positif des projets et de leur respect des normes internationales.

Par conséquent, les investissements de la SFI entrainent régulièrement d'autres investissements, notamment de la part du secteur privé qui prend confiance dans les pays éligibles.

Un tel investissement serait donc une première victoire pour le gouvernement Ghazouani qui tente de montrer le visage d’une Mauritanie plus ouverte au secteur privé que pendant la décennie de Présidence Aziz, caractérisée par une stabilisation sécuritaire et des conflits internes mais aussi par un durcissement des environnements sociaux et juridiques.

Le Président Ghazouani qui a nommé un gouvernement de technocrates le 8 août dernier, a été élu sur la base d’un programme qui promeut un développement économique et social, avec le soutien de la communauté internationale, attentive à ce grand pays qui est devenu un allié clé dans la lutte contre le terrorisme dans le Sahel.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Agence Ecofin
Commentaires : 2
Lus : 1850

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • LEUUKLE (H) 20/08/2019 21:49 X

    Malheureusement c’est ainsi avec le projet Guelb II (SNIM) qui a été retiré des mains de Kane Ousmane eb 2011 (projet de 1 milliard de dollars US) au profit de Ould Oudaa -piètre DG qu’ait connu la SNIM- qui s’est non seulement enrichi mais a coulé ce joyau dont tous les mauritaniens étaient fiers. Du fait de ses malversations et de son incompétence le projet GUELB II qui devait démarrer en 2013 n’a démarré qu’en 2015 et n’arrive pas à présent à atteindre le quart de ses objectifs initiaux. Ould Oudaa doit être interpellé, poursuivi et jugé pour crime économique. C’est un des exemples de gabegie et de destruction du patrimoine de l’état que Ghazwani doit prendre en main et inclure dans son plan d’actions gouvernementales pour redressement et poursuite judiciaire. Ce qui illustrera le droit chemin qu’il veut emprunter pour convaincre que lui est le véritable président des pauvres.

  • Mohamedene (H) 20/08/2019 20:34 X

    Il faut arrêter de raconter des histoires à dormir debout ! Qui va croire que cette société d'investissement n'est là que depuis 3 semaines et réussit son opération en ce temps record ? Il faut savoir que nos griefs à l'égard de Ould Abdel Aziz,ne sont de cet ordre, il était très enclin à monter des affaires et réussi souvent, mais ce sont les retombées de ces affaires qui se dérobent du pied du citoyen pour aller directement dans l'escarcelle d'un prête-nom. Il faut savoir aussi que vous ne gagnerez en rien à commencer de parler ainsi des succès de Ghazouini qui n'a même pas fini de faire son lit dans sa chambre à coucher de la présidence.