21-08-2019 11:54 - Reconduction du ministre du Pétrole : « La » fausse note

Reconduction du ministre du Pétrole : « La » fausse note

Le Calame - La composition du premier gouvernement du président Mohamed Oud Cheikh El Ghazwani était attendue avec beaucoup d’impatience, tant avaient suscité d’espoir les orientations du discours d’investiture du Président, en droite ligne du premier discours de candidature et de son programme « Mes engagements ».

C’est justement avec la conviction que le Président fera credo du respect de son engagement, que ce premier cri d’alarme est lancé. La confiance établie entre le peuple et son nouveau Président ne doit être aucunement entachée. Après son élection, celui-ci a tenu parole, en confiant les affaires à un gouvernement alliant compétences, représentativité et souci de renouvellement politique.

C’est un tournant historique, dans la mesure où, pour la première fois, un gouvernement mauritanien est formé en dehors des règles sacro-saintes du dosage tribal, ethnique et politicien. Espérons de tout cœur que ce soit, aussi, une rupture définitive avec les chantages et les pressions qui n’ont cessé de paralyser l’Etat et d’altérer, gravement, la culture et la pratique citoyennes.

Dans ce contexte d’engagement historique sacré et de rétablissement de la confiance, entre le peuple et ses dirigeants, il est regrettable qu’une note discordante – une seule – fragilise l’édifice en cours de construction : la reconduction au gouvernement d’une personne fort décriée.

Résultat d’une sollicitation du Président sortant ? Il est certes indéniable que la fidélité en amitié est une vertu, comme la confiance en est une autre et non des moindres. Mais faudrait-il, à tout prix, sacrifier la confiance de millions de Mauritaniens et renier, ne serait-ce qu’en partie, ses engagements, sur l’autel de l’amitié d’une seule personne ? L’enjeu n’en vaut pas le coût.

‘’La récente reconduction du ministre du Pétrole, de l’énergie et des mines distord l’architecture gouvernementale mise en place pour la réalisation du projet de société porté par le nouveau Président et dont les soubassements sont la confiance dans les rapports sociaux, l’adhésion populaire et l’intégrité dans la gestion de la chose publique’’, témoigne cet observateur averti.

Tous les initiés le savent et, s’il n’en est pas, le Premier ministre s’en rendra compte rapidement : les secteurs du pétrole, de l’énergie et des mines ont été minés par la corruption, le clientélisme et la mauvaise gestion, depuis que ledit ministre dirige ce département particulièrement stratégique.

La SNIM est au plus mal de toute son histoire. Elle est en crise, tant financière que sociale, et, même, productive (stagnation). En cette situation, la tutelle de l’entreprise ne peut qu’assumer sa part de responsabilité.

La société devait rester le fleuron de notre industrie nationale et le principal atout de la politique d’attractivité des investissements miniers. Elle est, aujourd’hui, au bord d’une faillite aux conséquences dramatiques pour le pays.

Des centaines, voire des milliers de permis de recherche minière ont été délivrés, sans engendrer, pour autant, le moindre investissement. Quant à Kinross, elle semble rencontrer les pires difficultés, en raison de pressions injustifiées, dans le choix de son personnel et de ses sous-traitants.

Dans le domaine énergétique, les ententes illicites, dans la passation des marchés, furent de règle, ces dernières années. On note la position excessivement privilégiée d’un proche de l’ancien Président, détenteur d’un quasi-monopole des réseaux de transport électrique interurbain : lignes Nouakchott-Nouadhibou, Nouakchott-Zouérate et Nouakchott-Tobène dont les procédures de passation des marchés ont été exceptionnellement accélérées, pour être bouclées en moins d’une semaine, au profit de cette même seule personne.

Le souvenir d’autres marchés, passés dans l’opacité la plus totale, est encore vivace, dans l’esprit de tous les opérateurs du secteur. Ils ont donc renoncé à participer à tout appel dont le bailleur de fonds n’exige pas le respect des règles de la concurrence.

Concernant l’exploitation gazière, il semble que plus de 90% des effets induits attendus de cette industrie bénéficient à la seule partie sénégalaise : fabrication des massifs en béton pour la jetée, autres prestations et services, le tout se chiffrant en milliards d’ouguiyas. Les sociétés pétrolières feraient, elles aussi, l’objet de fortes pressions sur les choix de leurs sous-traitants.

Contrairement au Sénégal, aucune mesure de préparation efficace, en matière de formation du personnel technique, n’a été entreprise, alors que notre voisin a déjà fondé son propre centre de formation dans toutes les spécialités d’exploitation gazière.

Voilà, globalement, le peu reluisant bilan du ministre du Pétrole, de l’énergie et des mines qu’on vient de reconduire aux mêmes fonctions, dans un gouvernement qu’on voudrait pourtant sans tache. On ne voit malheureusement que celle si étourdiment laissée : dans un secteur aussi sensible et stratégique, elle est aussi visible qu’un nez au milieu de la figure. Dommage…

Ben Abdalla



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 7
Lus : 2807

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (7)

  • guarej (H) 22/08/2019 09:03 X

    Ce benjamin du dernier gouvernement Azizien est diplôme mais qu'ont lui a opprimé en lui assignant une lourde responsabilité:Pétrole-Mine-Energie, les trois piliers du casse tète mondial Découper ce méga ministère

  • LEUUKLE (H) 21/08/2019 19:46 X

    Beb Abdalla a raison sur tous les points qu’il a décrits dans cet article. Il faut être cohérent quad on évoque les 10 ans de foutaise de règne de Aziz : c’est tout simplement la décadence dans tous les secteurs et celui des mines et du pétrole est le plus catastrophique. Ce jeune ministre ne connait rien en mines et énergie (même économiquement parlant) ; qu’est-ce qu’il pouvait innover dans ce secteur sous le commandement d’un inculte comme Aziz. On sait que tous cadres rigoristes rompus avec la malversation ont été exclus du système et je pense à Heyine,Kane Ousmane,Zeidane ,Khalifa . Le système azizien avait retenu des gens comme Mohamed Abdel Vetah , Ould Oudaa, Ould Diay ; pourquoi faire ?Le seul critère pour ce jeune ministre est d’etre ami du fis du president. Alors hammamett !mesrinos ! Taisez—vous.

  • mesrinos (H) 21/08/2019 17:02 X

    ...Dans 4 à 5 mois sortira des terres dans l'enceinte du ministère du Pétrole, de l'Energie et des Mines, une école toute neuve financée par BP dont les cours seront dispensés en connexion directe avec une Université Américaine. Cela sera bénéfique pour la Mauritanie.

  • mesrinos (H) 21/08/2019 14:05 X

    Monsieur ben Abdallah

    Vôtre charge aurait été entendu si vous aviez trouvé au moins une réalisation si minime soit-elle à son excellence Monsieur Mohamed Abdel vetah; mais visiblement vous voulez passer sous silence ce qui probablement a été déterminent pour son maintien au gouvernement avec quatre autres de l'ancienne équipe gouvernementale! Mohamed Abdel Vetah est probablement un des ministres qui a su insuffler un sang neuf au secteur de l'energie et redonner confiance aux investisseurs et partenaires pétroliers et gaziers de la Mauritanie: en atteste les majors et acteurs évoluant dans le domaine au niveau mondial tels BP, Shell, Cosmos, Exxon Mobil.... Vous savez très bien que ces grandes compagnies ne pourraient jamais s'accommoder avec un système que vous jugez de corruptions généralisées.

    En même temps dans le secteur minier, comme vous semblez l'ignorer, il y'a un secteur artisanal qui a fait un bon exceptionnel à chami et gleib ndour aux profit exclusivement des populations locales et accessoirement de l'Etat; Par ailleurs, la SNIM, comme les autres gros établissements du pays ne sont pas gérés comme vous semblez le dire aussi facilement! l'économie du pays y reposant, c'est des grandes décisions prises en conseil d'administration et en fonction des intérêt du pays qui priment. Les décisions du ministre ne peuvent aller que dans le sens de l'intérêt général. Vous ignorez aussi que les résultats de la snim dépendent en partie de la gestion de l'ADG mais aussi et surtout de la conjoncture internationale notamment le cours du fer qui a considérablement affectés certains choix dans le développement de la boite.

    En même temps dans le domaine énergétique, vous ne devriez plus vous souvenir des désagréments liés aux délestages ou aux ruptures intempestives et récurrentes de l’énergie électrique !

    Vous savez, en matière de formation, le Sénégal a fait le choix d'ouvrir des filières de pétrole et de gaz pour former leurs cadres au moment où la Mauritanie va former plus de 4000 personnes dans les petits métiers pour être au rendez-vous de l'employabilité demain dès que le pétrole et le gaz surgiront de l'océan! Ce que vous semblez oublier c'est que la Mauritanie a une longueur d'avance de plus d'une quinzaine d'années sur le Sénégal en termes de cadres dans le domaine pétrolier et gazier notamment au niveau de la SMHPM. C'EST POUR CETTE RAISON QUE LA POLITIQUE CHOISIE privilégie la formation pour les petits métiers pour préparer la bataille de l'emploi et donc de la souveraineté.

    Il me semble que la solidité des accords entre le Sénégal et la Mauritanie pour la gestion commune de GTA est l'œuvre du travail remarquable que ould Abdel vetah et son équipe ont dû rabattre : il suffit de lire la presse sénégalaise et les débats parlementaires au Sénégal pour s'en rendre compte: l'opinion sénégalaise estime que le Sénégal est lésé dans les accords pétroliers et gaziers???

    A mon avis, Ghazouani n'aurait pas choisi de reconduire des ministres pour des raisons d'arrangements politiques sinon il aurait pris plus de 5 ministres. Mohamed Abdel Vetah a , en plus de son travail dans le département qu'on lui a confié, fait un excellent travail politique en faisant voter plus de 5000 personnes convaincues de son travail et du programme du candidat de l'époque, devenu depuis président; Aussi Mohamed Abdel Vetah est un personnage compétent , respectueux et non clivant ni arrogant à tel point qu'il fasse un point de fixation pour vous? Et pourquoi lui plus que les AUTRES...

    Sans rancune

  • hammamett (H) 21/08/2019 13:40 X

    Mr ben Abdallah permettez moi de vous dire que vos propos sont faux, et cet article ou note ne doit pas avoir comme Titre Fausse Note. Arrêtez de dire de magouilles sur les personnalités compétentes du gouvernement. Dites nous quel Ministère a fait mieux au cours de ces années passées ? Il faut reconnaître quand une personne fait un super Boulot

  • Mohamedene (H) 21/08/2019 12:26 X

    Rassurez vous ce jeune était malléable et corvéable à la merci par un Mentor qui est parti et inchaAllah loin. Mais cela n'enlève rien à sa compétence et connaissance des dossiers, surtout les plus importants dossiers des majors mondiaux pétroliers et gaziers. Alors, au premier ministre et au Président de la république de l'utiliser en se basant sur ces qualités. Notons au passage que c'est un gosse très intelligent.

  • medabdul (H) 21/08/2019 12:21 X

    en Mauritanie pas de prospectives ni de stratégies a moyenne et longue échéance;le président sortant très limite intellectuellement;voire moralement ne cherchait qu'a se faire des milliards (***) dans tous les secteurs Economiques.