28-08-2019 15:10 - Mohamed Vall Mekhallé, maire de Selibaby, sur RFI : "ils ont tout perdu"

Mohamed Vall Mekhallé, maire de Selibaby, sur RFI :

RFI Afrique - En Mauritanie, des pluies diluviennes qui se sont abattues sur la ville de Selibaby, dans le sud-est du pays, ont fait trois morts et des centaines de familles sans abris.

Entre samedi et lundi, il est tombé sur cette grande ville de la vallée du fleuve Sénégal autant de pluie qu’en presque six mois dans cette région, d’où les pertes en vies humaines par noyade. Les élus locaux et les autorités régionales travaillent à l’organisation des premiers secours des populations.

Les quartiers de la capitale de la région du Guidimakha sont encore sous les eaux. Les intempéries ont provoqué des victimes et des destructions d’habitations comme l'explique à RFI Mohamed Vall Mekhallé, le maire de Selibaby.

« En vies humaines nous avons enregistré trois pertes : des jeunes garçons âgés de 8 ans, 9 ans et 12 ans. Ensuite, nous avons enregistré des dégâts extrêmement importants dans les quartiers - des dégâts matériels dans les quartiers -, la disparition totale d'habitations précaires comme le banco, les tentes, les huttes, etc. »

Les inondations n’ont pas épargné les bâtiments en dur, selon le maire de Selibaby qui met l’accent sur les besoins immédiats des populations sinistrées.

« Tout le monde a été touché. Même les habitations en dur ont elles aussi été endommagées », aussi va-t-il falloir avoir recours à des logements provisoires, sous des tentes ou des bâches pour les familles sans abri. « Et puis de la nourriture, parce qu’ils ont tout perdu ! »

Le gouvernement mauritanien a dépêché une délégation conduite par le ministre de l’Intérieur à Selibaby pour évaluer l’ampleur du sinistre.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI Afrique
Commentaires : 2
Lus : 1420

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • Marrakech (F) 28/08/2019 17:49 X

    Combien faut-il de morts pour que l'Etat intervienne et se soucie du sort de ces victimes d'une catastrophe naturelle ?

  • Eyazee (H) 28/08/2019 16:12 X

    A la suite de cette tragédie que dieu fasse miséricorde pour le peuple de guidimakha. Le peuple de guifimakha compte beaucoup sur l'l'état mauritanienne pour qu'ils leurs viennent en aide a fin de récupérer même si ce n'est qu'une part de leurs vie et de satisfaire leurs besoins en matériels et en nourriture