02-09-2019 17:16 - La relève féminine dans les entreprises familiales africaines : Entretien avec Dr. Leila Bouamatou

La relève féminine dans les entreprises familiales africaines : Entretien avec Dr. Leila Bouamatou

Tharawat Magazine - Les défis de la succession dans une entreprise familiale sont aussi nombreux que complexes. Qu'il s'agisse de combler le fossé entre les générations ou de faire la différence entre l'innovation et le respect de la tradition, la succession n'est jamais simple, même dans les meilleures conditions.

Ce que les femmes africaines doivent faire face à tout cela dans une culture où il est souvent mal vu de montrer du dynamisme et de l'ambition aux femmes mérite d'être considéré séparément. Trop souvent, les femmes d’affaires se retrouvent dans la situation impossible de devoir choisir entre une carrière et une famille, même s’il s’agit de choisir de rejoindre l’entreprise de leur famille.

La Docteure Leila Bouamatou, membre de la famille mauritanienne de la prochaine génération, a entrepris d'étudier et de mieux comprendre les défis auxquels les femmes africaines sont confrontées lorsqu'elles cherchent à reprendre une entreprise.

Son article universitaire récemment publié, intitulé Une étude qualitative sur la succession d'entreprises familiales en Afrique francophone, faisait partie de ses études de DBA en administration des affaires à la Temple University aux États-Unis.

Leila a parlé à Tharawat Magazine de ses recherches et de l'avenir des futures femmes successeurs en Afrique.

Pour écouter l'interview complète sur Tharawat Magazine en anglais, cliquez ICI.

Quelle est la force motrice derrière votre intérêt pour ce sujet?

De nombreux facteurs ont déclenché mon intérêt pour le sujet de l'autonomisation des femmes en général. La plupart des femmes africaines sont sous-représentées socialement, politiquement et surtout économiquement. Il est difficile d’imaginer comment un continent peut tenter de faire face à la concurrence dans un environnement mondial si acharné sans l’atout majeur des femmes. Une deuxième raison est l’importance des entreprises familiales dans l’économie africaine. Malheureusement, la majorité des entreprises familiales africaines échouent lorsque le fondateur prend sa retraite ou décède. Le taux de réussite à long terme dans de nombreux pays africains est inférieur à la moyenne mondiale, avec seulement 3% des survivants de la troisième génération. Cela implique rarement une succession de femmes à un rôle de direction et reflète un niveau très bas d'égalitarisme de genre. Cette exclusion a un impact négatif sur la productivité et la longévité des entreprises familiales car des femmes très talentueuses et très qualifiées sont exclues du processus.

Ce qui m'a le plus incité à entreprendre cette recherche, c'est que je viens d'une famille où beaucoup d'entre nous sont impliqués dans l'entreprise familiale. J'ai décidé de me concentrer sur l'Afrique francophone parce que mon pays d'origine, la Mauritanie, est composé d'Arabes et d'Africains. Je pensais que la région francophone pourrait être utilisée comme un parapluie pour étudier les deux.

Vous avez parlé à un groupe de femmes confrontées à ce dilemme de la succession féminine en Afrique. Quels étaient les points communs?

Lorsque j'ai effectué mes recherches pour la première fois, c'était assez difficile. Parce que c’est une expérience complètement différente de frapper aux portes, d’essayer d’établir un contact avec ces femmes. Il peut être assez intimidant de parler de votre vie personnelle, de vos expériences et des défis auxquels vous faites face au sein de votre entreprise familiale. C’est vraiment délicat, surtout en Afrique.

En ce qui concerne les points communs entre les femmes qui ont repris l'entreprise familiale, la première était que la plupart d'entre elles étaient les enfants les plus âgés et qu'elles ont toutes succédé à leur père en tant que chef de l'entreprise familiale. Dans la plupart des cas, la succession était complète, alors que dans certains cas, la succession était toujours en cours. Leur expérience professionnelle variait entre 3 et 22 ans et leurs entreprises représentaient divers secteurs.

Quels étaient certains des obstacles communs rencontrés par ces pairs?

Le premier groupe de femmes que j'ai interviewé a fait état d'un mélange d'obstacles familiaux à sa succession. Certaines ont connu la résistance de leurs mères, ce qui était très surprenant pour moi en tant que femme. Mais les mères pensent souvent que le leadership de la famille devrait incomber au successeur masculin. Cela est souvent dû au manque d’éducation des mères et à la stigmatisation persistante selon laquelle seuls les hommes peuvent diriger la famille. D'autres ont trouvé une résistance de la part de frères et sœurs et d'autres membres de la famille, tels que des oncles ou des cousins. En Afrique, dans le secteur des entreprises familiales, de nombreux membres de la famille sont impliqués.

Nous avons constaté que d’autres types d’obstacles étaient courants sous forme d’obstacles institutionnels et liés au sexe pour la réussite des femmes. Dans la tradition africaine, la société crée une attente institutionnalisée selon laquelle les femmes ne devraient soutenir que leurs enfants ou leur mari, plutôt que de se lancer dans les affaires. Et en partie à cause de cette attente, il est assez rare de voir des femmes occuper des postes de direction. Cela a des implications pour leur propre famille, ce qui était le cas pour certaines femmes que j'ai interviewées. Beaucoup ont dû sacrifier toute leur vie, y compris leur vie conjugale, pour poursuivre leur carrière.

Le facteur institutionnel le plus frappant est la convention de prise de dénomination selon laquelle, dans certains cas de succession, il était demandé aux femmes d’abandonner le nom de leur mari avant de travailler dans l’entreprise familiale. Ils ne peuvent pas diriger l'héritage familial et porter le nom d'une autre famille. Ce n’est tout simplement pas acceptable dans leur société.

Quelles sont les réalités auxquelles font face les femmes entrepreneurs qui rejoignent leurs entreprises familiales dans les pays africains?

Malgré le niveau croissant d'éducation des femmes africaines au cours des dernières décennies et le fait qu'elles soient perçues par la loi et juridiquement considérées comme égales aux hommes, la réalité de leur esprit d'entreprise est toujours façonnée par leur contexte historique, compris en termes de traditions culturelles africaines.

Les affaires sont encore considérées comme un domaine réservé exclusivement aux hommes. De plus, la plupart des affaires familiales et des décisions importantes sont réservées aux hommes. Les normes conventionnelles africaines et les attentes sociales ne sont pas en faveur de la succession des femmes dans les affaires.

Aujourd'hui, de nombreuses femmes africaines talentueuses sont exclues de la succession de leurs entreprises familiales à cause des normes et des traditions africaines. De plus, certaines femmes sont exclues par manque d'intérêt ou de confiance. D'autres vivent dans l'ombre de leurs frères ou de leurs maris ou pensent que réussir dans les affaires signifie abandonner leur féminité et devoir se comporter en homme. Certaines femmes pensent également que les hommes préfèrent les femmes qui peuvent être gérées et contrôlées.

Pour être clair, je pense que les femmes africaines ont encore beaucoup à faire et un long chemin à parcourir dans leur bataille pour la relève dans les affaires familiales. Elles doivent rêver et persévérer et être prêtes à faire des sacrifices et à appliquer leur intelligence émotionnelle à ces situations difficiles.

Dans le cas de vos répondants, leurs pères ont-ils défendu les causes de leurs filles?

Dans de nombreux cas où les femmes traversaient une succession père-fille, l'un des facteurs les plus importants était le soutien résolu d'un père à l'esprit moderne. Avoir de bonnes relations de confiance avec leur père était crucial car, sans cela, il semblerait que rien ne pourrait être fait.

Pour que ces femmes puissent réussir et survivre dans cet environnement, certains facteurs sont vraiment importants. Premièrement, ils sont tous fermement convaincus que les femmes, plus que jamais auparavant, ont la possibilité d’aspirer et d’occuper des postes de direction au sein de leur entreprise familiale.

Deuxièmement, l'éducation est un facteur important. La plupart des répondants ont tous été très bien éduqués. Beaucoup avaient au moins trois degrés. De plus, la plupart d'entre eux pourraient parler au moins deux à trois langues. Troisièmement, ceux qui réussissaient présentaient des caractéristiques individuelles telles que la détermination, l'ambition, la force émotionnelle et la capacité d'adaptation. Et ce que j'entends par adaptabilité, c'est la capacité de défendre les droits individuels tout en restant ouvert au compromis. Lorsque vous avez un mari qui n'aime pas vous voir réussir ou qui insiste sur toutes ces concessions, c'est très difficile. Quatrièmement, ils ont tous souligné le besoin impérieux d'encourager davantage de femmes entrepreneurs à inciter d'autres femmes à occuper un emploi. Nous devons donc être stratégiques et développer plus de solidarité entre les femmes.

Il est vrai que la succession féminine dans une entreprise familiale est influencée par le contexte social, les normes et les traditions africaines. Mais maintenant, elles ont la liberté et l'obligation sociale de contribuer à la construction de leur propre avenir et de mieux former la future génération et les filles africaines. Et en un sens, redéfinir les normes africaines et les attentes sociales.

Par Tharawat Magazine,
Traduit de l'Anglais par Cridem





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 7
Lus : 3931

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (7)

  • Marrakech (F) 08/09/2019 12:42 X

    A " wael06 " : ce n'est pas parce que cette jeune femme est issue d'une famille favorisée qui a facilité sa réussite universitaire et son insertion professionnelle qu'elle n'est pas méritante !

  • wael06 (H) 07/09/2019 13:13 X

    cher webmaster est ce que vous êtes payé en ce moment par bouamatou ou quoi, la publicité sans vergogne pour un homme qui a v*** la Mauritanie en présentant sa fille comme exemple de la réussite la gent feminine mauritanienne et par dessus tout mauritanienne, ce vrai qu elle a eu la chance d étudier avec l 'agent public v*** impunément mais cela ne lui confère pas le droit de s 'ériger en tant que un modèle de la vertu bref

  • Marrakech (F) 03/09/2019 18:40 X

    "La femme est l'avenir de l'homme" Louis Aragon

  • Marathon NDB (H) 03/09/2019 15:06 X

    @Mystere 1 bonsoir ! Enfin un homme de chez nous encourage les FEMMES. Soyez rassuré @Mystere 1 seules les FEMMES développeront l'Afrique et les pays arabes. Elles y arriveront c'est une question de temps et en plus la roue de l'Histoire tourne. Les hommes ont lamentablement échoué à mon grand regret. Bonne soirée ! Mohamed HAIDARA Dg du marathon International de Nouadhibou

  • mystere1 (F) 03/09/2019 11:09 X

    Bravo à cette consœur battante, qui a su prouver de ses compétences intellectuelles enrichissantes, ce sont des jeunes femmes comme Leîla et d'autres que le pays a besoin, mais pour cela il faut la femme soit placée dans une place qu'elle mérite dignement, même si notre pays est un petit peu libéral dans certain domaine pour accorder à la femme des rôles à exécuter dans cette société, donc il faut plus d'émancipation, à commencer d'abord par scolariser les filles comme source d'émancipation puisque ce sont elles les futurs espoirs féminins de demain, les européennes elles se sont battues pour se créer des places importantes dans des entreprises et autres places pour des rôles de haut grades, mais ce sont nous africaines qui tardent timidement et difficilement à s'imposer et se faire place parmi nos confrères, bien vrai qu'il y'a des lionnes battantes comme la doyenne ex-présidente du libéria (Hélène Shirlèfe Jonshon, et d'autres consoeurs africaines), mais c'est un espoir pour un lendemain plus confiante, bravo encore et félicitation, au moins en voilà une qui est aussi belle en esprit comme son physique.

  • Marathon NDB (H) 02/09/2019 22:04 X

    Madame j'ai écouté votre interview, j'ai lu votre article et je suis très heureux avec mes plus 60 ans de voir une jeune femme de chez moi poser un des milliers serieux problèmes que subissent les FEMMES dans le monde avec la complicité de grands hommes de CULTURE sensés nous éclairer. Je vous encourage car l'Histoire nous a prouvé que là où les FEMMES sont concernées et agissent dans les centres de décisions des nations et où elles participent à la gestion des affaires de la cité c'est le DÉVELOPPEMENT et la PROSPÉRITÉ. Là où elles sont absentes ou mariginalisees c'est la VIOLENCE, la PAUVRETÉ et l'IGNORANCE (l'Afghanistan, la Libye, le Yemen, le Congo ex Zaïre, le Centre Afrique et ... confirment mes propos). Loin de moi l'idée de vous décourager mais certains pays ne sont encore prêts du simple fait les responsables sont victimes de manipulations dogmatiques et ils leur sera difficile de se retouver. Par contre les FEMMES sont majoritairement partout sauf en Inde et en Chine par exemple, la solution sera d'utiliser vos votes pour vous imposer avec cette demoncratie. En conclusion aucune civilisation n'a pas pu se developper et prospérer sans les FEMMES. VIVE la FEMME mère, sœur, épouse et fille !!! Mohamed HAIDARA Dg du marathon International de Nouadhibou  PS : Portez-vous très bien et s'il vous arrive de passer à Nouadhibou notre marathon sera honoré de vous recevoir et de continuer le débat.

  • kadimapur (H) 02/09/2019 17:47 X

    Cette dame, de par son métissage (père maure et mère hallpoular) est tout d'abord un bel exemple d'intégration de notre pays arabo africain.. Si en plus, elle a hérité des qualités d'entrepreneur de son père (un self-made-man devenu milliardaire grâce à une intelligence pratique hors du commun) mais aussi de sa mère (allah yerhamha) qui était l'une des premières véritables et compétentes assistantes de direction de la BCM, elle pourrait aller très loin...