04-09-2019 00:00 - Chaleur et ordures, Nouakchott étouffe!

Chaleur et ordures, Nouakchott étouffe!

Le Calame - La capitale mauritanienne étouffe depuis quelques temps jours sous une chaleur estivale torride. Ecrasante même. Une chaleur humide mais sans pluie, bien que le ciel est menaçant depuis quelques jours.

Dans les rues, les marchés et moyens de transports, on suffoque. Les gens suent. On croirait que certains ont marché sous la pluie, tant leurs habits sont mouillés. Les maisons sont presque totalement désertées, le jour, surtout la nuit par leurs occupants, en tout cas pour ceux qui ne disposent pas de climatisation.

Une situation profitable, hélas aux nombreux voleurs qui écument la ville, dans ses quartiers périphériques, en l’absence des forces de l’ordre, plus promptes à casser les paisibles citoyens qu’à en découdre avec les voleurs. Du coup, certains nantis fuient leur maison pour passer la nuit hors de Nouakchott, à la belle étoile, laissant leurs moustiques à jeûn.

Tant mieux diront certains Nouakchottois, parce qu’ils redoutent les conséquences de la tombée de la pluie dans leur capitale. Une capitale sans structures d’assainissement. Ainsi, pour se débarrasser des eaux de pluies ou usagées, on se contente juste de quelques coup de pompes avec les camions citernes de la direction de l’assainissement. Juste des opérations ponctuelles.

Celles qui par contre qui s’inscrivent dans la durée, à savoir les travaux de canalisation réalisés depuis quelques temps par les chinois pour lutter contre les eaux stagnantes dans de nombreux quartiers de la capitale, attendent de faire leur preuve, il n’a pas bien plu depuis.

Outre cette chaleur, il y a aussi que Nouakchott croule sous le poids des ordures. Une situation inexplicable pour une capitale qui se veut moderne. Partout des ordures poussent comme des champignons. Même près du cimetière et des postes de santé.

Les marchés sont devenus de véritables dépotoirs. Au vu et au su de tout le monde. Au grand dam des maires incapables d’y faire face. La politique de la décentralisation les a dépouillés de la prérogative de gérer les ordures. La Communauté Urbaine érigée à Nouakchott a été transformée en vache à lait.

Exceptée bien entendu sous la mandature d’Ahmed Hamza, et le contrat signé avec DRAGUI Transports (PIZZORNO). Tout n’était pas rose à l’époque, mais, on doit quand même reconnaître que cette multinationale avait réalisé de gros progrès dans la capitale. Le terrain était miné.

Force est de constater, quelques cinq ans après le départ de l’ex édile de Nouakchott que les contrats mirobolants, signés à la sauvette avec certaines entreprises de nettoiement, sans expériences ni moyens en la matière – certains louent des engins, n’ont pas réussi à rendre la capitale propre. Loin s’en faut.

Il faut reconnaître que les citoyens eux aussi, portent une lourde part de responsabilité. Ils jettent partout leurs ordures.

Que de la mauvaise volonté à tous les niveaux ! A commencer par celle de l’état qui ne gère que par procuration et par approximation. Des campagnes de sensibilisation menées par les pouvoirs publics ne profitent souvent qu’aux concepteurs et porteurs de banderoles et de certains médias.

Face à cette situation de « tout le monde s’en fout », le gouvernement du nouveau président a fait appel, comme certains de ses prédécesseurs aux forces armées, le génie militaire, en particulier pour débarrasser la ville de ses tonnes d’immondices.

Certes, le génie dispose d’un certain nombre de moyens, mais pas d’expérience en matière de ramassage des ordures. Ce n’est pas sa mission. Loin de là. Il fera juste ce qu’il peut, mais n’endiguera point le phénomène.

Le mal est profond. Après plus d’une semaine du début des opérations, nos militaires ont fini de constater qu’ils sont engagés dans un combat de titan, un combat contre le terrorisme dénommé ordures. Aussitôt après avoir dégagé un dépôt provisoire, ils le retrouvent, plus que jamais, garni le lendemain matin.

Parce que les citoyens n’ont pas d’autres moyens ou endroits pour se débarrasser de leurs ordures. Il faut donc trouver ce moyen là pour commencer la guerre contre ce terrorisme rampant.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1123

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • mystere1 (F) 04/09/2019 11:57 X

    Vraiement un été infernal à Nouakchott, pour certaines régions de l'intérieur, ça ne craint pas, mais pour d'autres oui, et de passage, pour guidimakha, nous nous désolons, mais par contre pour Nouakchott, c'est autre chose, heureusement que les pluies se font peu ici, car les ordures mélangées avec l'eau de la pluie, peuvent nous causer des maladies, donc il faut que l'opération de balayage continue vite, et que la mairie prend des mesures strictes contre toute personne incivilisée, et insensible à la saleté, en lui infligeant une amende si elle jette des ordures ou chose quelquonque, tfou et éff aux gens non hygiéniques.

  • Ibadou (H) 04/09/2019 00:15 X

    Les bienheureux sont ceux qui ont pu quitter cette ville au bord, en effet, de l’asphyxie !