07-09-2019 23:27 - Le village Guemou au Guidimagha attaqué par une bande criminelle motorisée

Le village Guemou au Guidimagha attaqué par une bande criminelle motorisée

L'Authentique - Les villageois de Guemou, au Guidimagha, ont été attaqués dans la nuit du vendredi 6 septembre 2019 par une bande criminelle motorisée. Ils ont ligoté les hommes et pillé les commerces avant de s’enfuir.

L’un des habitants sévèrement battu est actuellement hospitalisé à l’hôpital de Sélibaby. Selon le maire de Ghabou, Ibrahim Soumaré contacté par téléphone « la bande a attaqué le village au crépuscule. Ils se sont attaqués à l’une des boutiques, blessant son propriétaire et s’emparant de 700.000 MRO. Ils ont attaqué une deuxième boutique emportant le coffre ».

Ils avaient auparavant tiré, selon les témoignages des habitants, près de 100 coups de feu pour intimider les occupants. Par la suite, ils ont pris la route de Diogountourou vers l’Est. Ils seraient au nombre de 4 à 5 individus.

Quelques jours auparavant, c’est l’arrondissement de Oueynat Zbell au Hodh Charghi qui a été attaqué. Une agence de transfert d’argent a été dévalisé et la bagatelle de 4 millions MRO emportés, ainsi que plusieurs commerces. La ville de Toulel au Gorgol a subi le même sort il y a deux mois.

Cette recrudescence dans les attaques armées à l’intérieur de la Mauritanie, connu pourtant pour sa quiétude, inquiètent les habitants et dénotent d’une démission sécuritaire de plus en plus grandissante.

L’inquiétude est d’autant plus grande que les Etats-majors de la Gendarmerie et de la Garde, ainsi que la Police n’assurent plus la sécurité des édifices publics, tels que la Banque centrale, le Trésor Public, la Radio et la Télévision de Mauritanie. La question légitime se pose : quelle sécurité ces forces assurent-t-elles, si les établissements publics, les villes, villages et les populations ne sont plus en sécurité ?

Cheikh Aïdara





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 3245

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • lass77 (H) 09/09/2019 09:17 X

    Ce ne sont pas des actes terroristes mais plutôt des actes de grand banditisme et de delinquance de droit commun. Cette partie de la Mauritanie est abandonnée à elle-même car la sécurité des citoyens n'est pas assurée bien qu'il existe des gendarmes, des policiers etc... Ils ne réagissent pas. Que fera t-on si les choses se transforment comme ce qui se passe actuellement au Burkkina ou au Mali. les dérives commencent ainsi donc l'Etat revenir en réalité sur le terrain en remettant les bases militaires qu'Aziz a supprimées dans certains territoires or c'était une erreur déliberée.

  • boubou_kibili (H) 08/09/2019 13:23 X

    Quel paradoxe! Voilà ce qui arrive quand ceux là meme qui sont chargés et pour mission d'assurer la securité du pays s'occupent de vouloir gerer le pays. Il faut que chacun retourne à ce qu'il sait faire et pleinement. Toume Vem!!!!