30-09-2019 14:27 - Des avocats français payés par l’Etat mauritanien pour poursuivre les ennemis personnels de Ould Abdel Aziz

Des avocats français payés par l’Etat mauritanien pour poursuivre les ennemis personnels de Ould Abdel Aziz

Mauriweb - Le président Aziz a quitté le pouvoir après une décennie noire au cours de laquelle la Mauritanie a connu les pires formes d’injustice, de corruption, de détournement de biens publics et de crimes économiques.

La dette publique a atteint le pic de 5 milliards de dollars, jamais atteint dans l’histoire du pays. Des entreprises publiques ( SONIMEX, ÉNER, ...) ont été mises en faillite à la suite d’un pillage organisé au profit des proches du président Aziz. La SONELEC, la SNDE, la SNIM, colonne vertébrale de l’économie nationale, sont au bord de la faillite , victime des mêmes prédateurs.

L’Etat lui-même a été soumis à un véritable processus d’expropriation systématique de son domaine immobilier à Nouakchott et à Nouadhibou en l’occurrence: école de police, stade olympique, écoles primaires, camps de la gendarmerie et de la fanfare, immeubles des blocs rouges , zone franche de Nouadhibou, etc...

La réalisation coûteuse de l’aéroport Oumoutounsi par une procédure illicite de troc a été l’occasion d’une gigantesque opération d’escroquerie à laquelle a été mêlé le marabout Cheikh Ridha , à l’origine de la ruine de plus de 9000 familles mauritaniennes dépossédées de leurs maisons et livrées à la misère et au dénuement total.

La décennie noire de Ould Abdel Aziz s’est caractérisée par la persécution sans répit de tous les opposants qui ont eu le courage de dénoncer les crimes économiques et la gabegie érigée en politique de l’Etat.

Les sénateurs qui ont osé se lever contre le troisième mandat, les syndicalistes et les journalistes qui les ont soutenus ont été emprisonnés et harcelés sans relâche par la police politique. Contraints à l’exil, des artistes comme Awlad Leblad, des hommes d’affaires tels que Mohamed Ould Bouamatou, Mustapha Limam Chavii, Ahmed Baba Ould Ezizi et Mohamed Ould Debagh font l’objet d’une persécution acharnée.

Pour régler ses comptes personnels avec Mohamed Ould Bouamatou considéré comme son ennemi principal, le président Aziz n’a pas hésité à engager une équipe d’avocats français, grassement payée par l’Etat mauritanien et comprenant notamment Jemal M. Taleb et Jean-Louis Bruguière.

Par le truchement d’une procédure illégale et tout-à-fait opaque, ces avocats français continuent à être payés, aujourd’hui encore, tantôt par une entreprise publique tantôt par un ministère, dans le seul but d’assouvir la vengeance personnelle de Ould Abdel Aziz.

Engagés depuis des années par Ould Abdel Aziz pour traquer son ennemi juré , les avocats français ont essuyé de nombreux revers notamment de la part d’Interpol qui a jugé que les poursuites engagées contre Ould Bouamatou sont de nature purement politique. Tout se passe d’ailleurs comme si, pour ces avocats usant des vieilles méthodes de la Françafrique , l’essentiel n’est pas de gagner les procédures mais de continuer à engranger les honoraires au frais de la Mauritanie.

Il est temps, pour les Mauritaniens, de mettre fin à la dilapidation des deniers publics organisée par le président Aziz au cours de ces dix dernières années et qu’il tente de poursuivre, par personne interposée, après avoir quitté le pouvoir.

Le président Mohamed Ould Cheikh Ghazouani ne doit pas accepter d’être le continuateur de la politique de prédation et le dépositaire, malgré lui, des inimitiés personnelles et des rancœurs de Ould Abdel Aziz.

http://tawassoul.net/node/6748



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 12
Lus : 10981

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (12)

  • Fennec (H) 14/10/2019 08:01 X

    On se rappelera très longtemps du reigne d'AZIZ. L'homme qui a s'est enrichi, enrichi ses cousins directs, les fils et filles, les belles filles et fils. Trompé le peuple avec son orgueil, mis plein d'étoiles sur les épaules des generaux pour proteger son derrière....AZIZ

  • mauribat75 (H) 07/10/2019 14:45 X

    La guerre Aziz vs Bouamatou ne concerne pas la Mauritanie. S’il veut poursuivre cette vendetta, c’est son affaire. Mais ses avocats doivent être payés avec son propre argent. Pas avec celui du contribuable.

  • kalidou gueye (H) 06/10/2019 14:50 X

    Avec tous ces crimes et délits commis par Aziz il doit être juger au même titre que Gbagbo ou milozevic car il a commis des crimes contre l humanité, haute trahison, détournement de dernier public équivalent à 11 années du budget mauritanien. (***)

  • maurpulsowo (H) 04/10/2019 07:51 X

    Est ce qu'il est possible d'avoir des copies ou des fac -similés des contrats cités dans cet article ?

  • Marrakech (F) 02/10/2019 20:39 X

    La Mauritanie accuse un déficit d'infrastructures et de compétences à tous les niveaux (santé, éducation,...), l'argent volé et gaspillé (***) aurait pu servir à des actions bénéficiant à tous les mauritaniens. Aziz a largement contribué à accentuer tous les maux dont souffre actuellement la Mauritanie, il doit être jugé pour cela !

  • Salem Vall (H) 02/10/2019 12:06 X

    Un terme doit être mis à ses contrats et les montants indument perçus reversés à l'Etat.

  • lamine98 (H) 01/10/2019 20:56 X

    Il a peut-etre échappé au peuple mais il n'échappera pas à Dieu inchaAllah,on le laisse lui et tous ses acolytes avec Dieu, la loi Divine le ratrappera pour le mal qu'il a fait au pays.PAS DE BARAKA dans l'argent mal acqui, meditez bien: sur les maladies incurables qui surviennent,et qui poussent à certains à engager de grosses dépenses sans profiter de l'argent volé...L'être humain fait pitié.

  • zeni (H) 01/10/2019 05:13 X

    La Mauritanie triomphera un jour, mais en attendant, le Président Aziz doit réagir à ce qu'on dit et écrit le concernant. Ce battage est affreux, cette presse acharnée insiste au point d'obliger une réaction. Elle est ou la vérité?

  • Marrakech (F) 30/09/2019 17:26 X

    Difficile pour Ghazwani de se démarquer de celui qui l'a fait président !

  • Marrakech (F) 30/09/2019 17:00 X

    Les malversations d'Aziz peuvent encore alimenter beaucoup d'articles du cridem, ses méfaits sont nombreux et variés ... Ghazwani, son ami, son serviteur, son intérimaire s'efforce de minimiser l'impact des actions malhonnêtes de son prédécesseur, le départ d'Aziz a délié les langues et les révélations se succèdent et se multiplient, il est allé très loin dans l'infamie !

  • aminatat (H) 30/09/2019 16:05 X

    Mauriweb,le tableau noir que vous dressez au temps du président Aziz n'est pas la réalité. Si vous etiez impartial,vous auriez evoquer toutes les avancées à mettre au profit de notre ancien président. Vous semblez n'avoir rien vu de tout celà.

  • ELVALLI (H) 30/09/2019 15:01 X

    Un des aspects les plus tristes de la décennie Aziz c’est que sa main mise totale sur l’économie du pays va donner à d’autres crapules-candidats l’envie de reprendre et continuer sa façon de faire. Tant que l’impunité est de mise ce pauvre pays continuera à descendre. Les conséquences catastrophiques de son régime resteront pour longtemps à sévir à moins que son ami remplaçant ne se décide à rendre à l’Etat et au petit peuple ce que l’équipe Aziz leur a honteusement chipé. La Mauritanie attend pudiquement mais fermement ce jour.