08-10-2019 10:35 - Mauritanie: début de l’année scolaire dans le contexte d’une école en crise profonde

Mauritanie: début de l’année scolaire dans le contexte d’une école en crise profonde

Le360 Afrique - Ce lundi 7 octobre marque l’ouverture des classes en Mauritanie sur toile de fond d’une école à plusieurs vitesses, plongée dans une crise profonde et accentuant la méfiance entre communautés.

L’événement a été marqué par une cérémonie officielle organisée à l’école «Wejaha ould Memme», situé au secteur 18 du quartier Tarhil, relevant de la commune de Riad (dans la banlieue de Nouakchott-Sud), en présence du président Mohamed ould Cheikh El Ghazouani, des membres du gouvernement et du corps diplomatique accrédité dans la capitale mauritanienne.

Le chef de l’Etat mauritanien, élu le 22 juin et investi le 1er août 2019, entame sa première année scolaire aux contacts des réalités d’un système éducatif fonctionnant au rabais depuis plusieurs dizaines d’années, et dont toutes les tentatives de réformes se sont allées de mal en pis.

Ainsi, Mohamed ould Cheikh El Ghazouani, a saisi l’occasion pour rappeler l’importance capitale de l’éducation dans son programme.

Le président mauritanien a insisté sur «la nécessité de faire de l’enseignement la priorité des priorités et l’importance d’une école républicaine dans la préservation de la cohésion nationale».

Il a notamment rappelé un principe suivant lequel l’institution doit permettre «à tous les fils du pays de profiter de la scolarité sans aucune distinction, avec justice et équité».

De manière générale, le président mauritanien est revenu sur la dimension et l’importance capitale de l’enseignement, «seul moyen pour le progrès des sociétés, le développement et la prospérité des pays».

Ghazouani a par la suite annoncé des réformes pour créer les conditions «d’une école répondant aux exigences de l’authenticité, aux impératifs de la modernité et conjuguant parfaitement les valeurs de l’Islam à la culture arabo-africaine. Une école creuset de l’égalité et de la cohésion sociale».

Au plan concret, les réformes annoncées portent sur la lutte contre le phénomène de l’absentéisme, «l’allocation de ressources à l’éducation lui accordant progressivement 20% du budget de l’Etat avant la fin de l’actuel mandat présidentiel, une augmentation significative du traitement du personnel enseignant et un statut à créer pour distinguer les plus méritants, le recrutement de 6000 nouveaux enseignants, la réalisation de nouvelles infrastructures (3500 salles de classes), la mise à disposition de manuels scolaires, des mesures contre la déperdition…».

A signaler que le procédé décliné pour le recrutement de nouveaux enseignants est fortement décrié par des contractuels ayant déjà servi pendant quelques années.

La crise de l’école mauritanienne à l’orée de l’année 2019/2020, est illustrée par le faible taux de réussite (7%) à la session du baccalauréat de juillet 2019, rappellent les spécialistes de l’éducation.

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 1206

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • Marrakech (F) 08/10/2019 13:49 X

    L'école a, entre autres, pour but de transformer les écoliers en citoyens, exercice difficile en Mauritanie car les valeurs républicaines sont largement galvaudées, l'exemple donné par les détenteurs du pouvoir (quel qu'il soit et quels qu'ils soient) est lamentable : mensonge, promesse non tenue, vol, gaspillage, non respect des droits élémentaires, mépris, ...

  • ELVALLI (H) 08/10/2019 11:31 X

    Une école républicaine, ciment d’Unité Nationale, commence par une tenue d’écolier commune, par l’obligation de hisser le drapeau national (l’ancien) en rang serré tout en chantant l’hymne national (l’ancien), par une cantine scolaire qui offre un repas complet par jour (les petits sont malnutris) et par l’interdiction de tricher, c’est la triche qui fait de faux cadres et de faux résultats aux élections, par la réhabilitation de l’image du MAITRE (salaire décent et apparence correcte). A voir le nombre d’enfants charretiers dans les ruelles remplies de poubelles on peut aisément deviner l’avenir de ce pays de faux et d’usage du faux… Hélas, la Mauritanie était probablement le seul lieu au monde où le maitre dispense le savoir, nourrit et habille les enfants jusqu’en faire des savants ! La manière de France : acquérir le savoir pour gagner de l’argent a fini par, BM et FMI aidant, transformer l’esprit de notre ancestral système d’enseignement en esprit de crapuleux politico affairistes «Taiyfayas» ou maffiosis.

  • mystere1 (F) 08/10/2019 11:21 X

    En tout cas, c’est bien d’y penser monsieur le président, de passage, voilà une jolie photo de souvenir avec les écoliers, en ce point, tous sont contents et unanimes concernant cette nouvelle décision noble d’officialiser les écoles publiques, bonne chance.