08-10-2019 18:00 - Maroc-Mauritanie : Des opérateurs mauritaniens se plaignent de "déséquilibres"

Maroc-Mauritanie : Des opérateurs mauritaniens se plaignent de

Le Calame - Plusieurs opérateurs économiques mauritaniens, intéressés par des investissements au Maroc, se plaignent de blocages, entraves et autres coups tordus qu’on leur fait subir de l’autre côté de la frontière.

Mis à part une fonderie à Bouznika, une petite cimenterie et une ou deux usines de poisson à Dakhla, les Mauritaniens n’arrivent toujours pas à percer, malgré leurs efforts, le marché marocain.

A contrario très présents en Mauritanie : dans les télécoms, les banques, les cimenteries, le gaz butane, le transport aérien, le commerce ; les Marocains ont toujours été les bienvenus dans notre pays qui a constitué, particulièrement ces dernières années, un débouché non négligeable pour les produits venus de notre voisin du Nord (fruits, légumes, produits laitiers, etc.).

Leurs camions, une centaine par jour, approvisionnent, non seulement, la Mauritanie mais, aussi, divers autres pays de la sous-région, en traversant le poste frontière dit PK 55 et portant ainsi de sérieux coups à la route Nouadhibou-Nouakchott qui se détériore à la vitesse grand V.

Saisie de la question, la délégation du patronat marocain, conduite par son président Salaheddine Mezouar, qui s’est rendue à Nouakchott il y a quelques mois, a promis de l’étudier la question et de donner un coup de main à ses collègues désireux d’investir dans leur deuxième pays.

Mais certains pans de l’administration et des lobbies, mus sans doute par des intérêts personnels, freinent des quatre fers, pour bloquer toute initiative de nature pourtant à insuffler un nouvel élan à la coopération entre les deux pays. Des relations séculaires se sont, en effet, tissées à travers les âges, entre ces deux territoires et il est dans l’ordre normal des choses et l’intérêt des deux peuples frères, qu’elles continuent à se renforcer.

Les opérateurs mauritaniens veulent ainsi attirer l’attention des plus hautes autorités marocaines sur cette situation de « déséquilibre » et être traités comme leurs homologues d’Europe ou du Golfe dont les investissements sont accueillis à bras ouverts au Maroc où ils bénéficient de conditions avantageuses. Tout comme eux, ils sont producteurs de richesses et d’emplois, mais n’arrivent pas à s’expliquer l’ostracisme dont ils font l’objet.

Ben Abdalla



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 1822

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • moukhabarat (F) 08/10/2019 23:33 X

    Enfin un article qui sent le patriotisme...

  • hayerim (H) 08/10/2019 22:23 X

    Facile à comprendre: les autorités de notre pays n'engagent pas les compétence du pays en matière de négociations. Elles confient les postes de responsabilité aux beni oui oui et soutiens politiques: le reste elles s'en foutent eperduement comme de leur première chaussettes. Tant que le pays se limite à une minorité de cadres incompétents du microcosme nouakchottois, rien n'avancera. et dites moi, si nos hommes d'affaire ont autant d'argent, pourquoi ne pas investir d'abord ici et créer des centaines de milliers d'emploi. Peut être que leur argent est mal acquis ou qu'ils savent pertinemment que rien ne garantit leur bien, la justice étant, ici, comme dans notre région, d'ailleurs, est un vain mot?

  • morehob (H) 08/10/2019 20:42 X

    Ce qu'il faut comprendre, c'est que mm si le maghzen marocain a reconnu du bout des lèvres notre indépendance de manière très tardive, il continue à considérer notre pays comme une de ses provinces...la preuve aucune facilité pour nos opérateurs qui veulent investir au Maroc et en mauritanie aucun investissement dans les secteurs stratégiques de production créant de la richesse partagée et surtout beaucoup d'emplois mais plutôt la vente de biens et services tout azimut (telephonie, billeterie d'avions, services bancaires,travaux d'infrastrutures,fruits t légumes,formations et séminaires, soins…), ce qui déséquilibre complètement la balance commerciale en leur faveur...Bref à défaut de nous annexer territotialement durant les années 60, c'est plutôt une colonisation économique rampante qui ne dit pas son nom...la vigilance est donc de mise car les Etats n'ont pas des amis seulement des intérêts partagés ou pas...