09-10-2019 14:30 - Kaédi : les prisonniers de Lexeïba mettent fin à la grève de la faim

Kaédi : les prisonniers de Lexeïba mettent fin à la grève de la faim

Le Calame - Les neuf jeunes originaires de Lexeïba, arrêtés lors des événements post électoraux et détenus à la prison civile de Kaédi ont mis fin, mardi 8 octobre à la grève de la faim qu’ils observaient depuis deux jours et demi, en guise de protestation contre leur maintien arbitraire en prison.

Le procureur de la République de Kaédi, qui leur a rendu visite au cours de la matinée du mardi leur aurait promis un jugement le 15 courant, lors de l’ouverture de l’année judiciaire, selon leurs proches. Il leur aurait demandé d’interrompre leur mouvement.

Les prisonniers ont reçu la visite d’une délégation du mouvement abolitionniste IRA, qui, en guise de soutien, avait effectué le déplacement de la capitale du Gorgol. Ils se sont également rendus à Lexeïba pour rencontrer les proches des détenus.

Ghaly Sall et Abou Mody, malgré leur détention, ont pu savourer deux événements avec les naissances de leurs enfants, il y a deux semaines. La situation des prisonniers notamment Ghaly Sall, professeur au Collège de Kaédi, qui est le plus âgé des détenus, unique soutien et enfant de sa famille, Demba Kane et Abou Mody, évacués récemment d’urgence à l’hôpital de Kaédi est critique.

Signalons qu’un sit in de protestation, initié par le mouvement IRA pour réclamer la libération sans condition des prisonniers d'opinion se tiendra dans quelques heures devant la prison civile de Kaédi.

Rappelons que les neuf prisonniers avaient été interpellés le 23 juin 2019 à Lexeiba sur « simple dénonciation calomnieuse » de certains responsables politiques, après avoir ouvertement récusé les résultats du scrutin présidentiel du 22 juin.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1407

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • dykrim (H) 09/10/2019 15:29 X

    Le président Ghazwany doit libérer et indemniser ces victimes poste électoral avant les 100 jours, pour plusieurs raisons que personne ne veut relatées; du résultat affreux des élections jusqu’à la Birami-sation de la chefferie de l’opposition.