07-11-2019 18:00 - L’appel de Mohammed VI aux nouveaux chefs d’Etats du Maghreb

L’appel de Mohammed VI aux nouveaux chefs d’Etats du Maghreb

Yabiladi - Du 6 novembre 2018 à aujourd’hui, le Maghreb a connu de grands changements. L’Algérien Abdelaziz Bouteflika, le Tunisien Béji Caid Essebsi et le Mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz ont quitté le pouvoir.

Une perspective historique s’esquisse conduisant le roi Mohammed VI a espérer une relance du projet du grand Maghreb. Dans son discours à l’occasion de la commémoration du 44e anniversaire de la Marche verte, le roi Mohammed VI s’est dit engagé «à établir des relations saines et solides avec les Etats maghrébins frères».

Contrairement à son intervention de l’année dernière en pareille circonstance, marquée par une main tendue à l’Algérie, cette fois le souverain a adressé son message aux cinq composantes de l’Union du Maghreb arabe.

Dans son plaidoyer pour l’édification du grand Maghreb, le roi a présenté une série d’arguments économiques et sociaux qui devraient conduire les nouveaux responsables de la région à privilégier le pragmatisme.

«La situation actuelle dans la région et dans l’espace méditerranéen sollicite notre attention et nous incite à entreprendre une action constructive», a dit le roi Mohammed VI.

Et de mettre l’accent notamment sur les attentes de «la jeunesse maghrébine (qui) exige de nous la mise en place d’un espace ouvert, propice à l’interaction et à l’échange» et du monde des affaires qui réclame que «lui soient assurées des conditions favorables à son développement».

Une région en plein bouleversement

Le pari du roi sur le Maghreb intervient alors que l’espace a enregistré de nouveaux changements, avec les élections de Mohamed Ould Ghazouani et Kaïs Saïed présidents respectifs de la Mauritanie et la Tunisie. Deux nouveaux chefs d’Etats qui sont appeler à s’écarter de la ligne politique de leurs prédécesseurs pour mieux répondre aux demandes sociétales de leurs populations.

La situation en Algérie est plus délicate avec une contestation politique et sociale radicale qui bas le pavé chaque vendredi depuis plusieurs mois. Le voisin de l’Est est engagé dans un processus de scrutin présidentiel voulu et préparé par l’armée.

Reste à savoir si l’élection, le 12 décembre, d’un successeur au démissionnaire Abbdelaziz Bouteflika bénéficiera à la construction du grand Maghreb ? A moins que l’élection présidentielle soit de nouveau reportée.

Quant à la Libye, l’instabilité politique actuelle et les affrontements violents ne permet pas d’espérer une participation à la relance de l’Union du grand Maghreb à moyen terme.

En attendant donc d’y voir plus clair dans la carte régionale, le souverain a reconnu que «les espoirs et les attentes sont énormes ; les défis sont nombreux et complexes. Mais, on peut déplorer que certains n’en mesurent pas l’importance. En vérité, notre ennemi commun réside dans l’immobilisme et le faible niveau de développement que connaissent encore nos cinq peuples».



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1177

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • lemtina (F) 07/11/2019 18:35 X

    C'est le roi Mohamed 6 qui détient les clés de la construction du grand Maghreb.Il ne tient qu'à lui de donner les instructions à son gouvernement de négocier avec les sahraouis pour trouver une issue définitive au conflit en partageant par exemple le territoire en deux pour qu'il y ait une solution de compromis sans vainqueur ni vaincu et qui permettra comme par magie que la mise en place du grand Maghreb soit effective et ce, pour le plus grand bonheur de toutes les populations de la région qui rêvent depuis toujours à cette intégration régionale qui va leur apporter paix ,développement et prospérité...