07-11-2019 19:30 - Mauritanie: fin de calvaire pour les bacheliers âgés de plus de 24 ans

Mauritanie: fin de calvaire pour les bacheliers âgés de plus de 24 ans

Le360 Afrique - Un Comité interministériel sous la conduite du Premier ministre, Ismaël Bedde ould Cheikh Sidya, chargé d’établir un état des lieux du système éducatif national dans la perspective d’une vaste réforme, a décidé de supprimer provisoirement la limite d’âge de 25 ans pour l’accès aux établissements publics d’enseignement supérieur, à l’issue d’une réunion tenue mercredi après-midi.

Cette mesure frappait 600 bacheliers privés de la possibilité de poursuivre des études supérieures dans les universités et écoles publiques.

Bacheliers non orientés et syndicats d’étudiants dénonçaient «une réglementation injuste aux conséquences désastreuses pour plusieurs milliers, voire dizaines de milliers de jeunes, à l’horizon des prochaines années», depuis l’ouverture des établissements d’enseignement supérieur.

Réuni le mercredi 6 novembre dans l'après-midi, le Comité a examiné «la question du handicap des bacheliers lié à l’âge, qui empêche, conformément aux textes en vigueur, l’inscription dans certains établissements d’enseignement supérieur. Toutefois, ce problème ne trouvera une solution définitive que dans le cadre de la réforme globale sur laquelle planche le gouvernement depuis sa mise en place, et qu’il s’attèle à exécuter dans les plus brefs délais».

Ce qui explique la démarche suivant laquelle le Comité interministériel, à l’issue de la réunion, «a pris les mesures nécessaires pour la mise en chantier d’une réforme du secteur de l’éducation qui représente une priorité pour le président Mohamed ould Cheikh El Ghazouani», explique la déclaration du gouvernement.

La réforme envisagée porte sur «les questions relatives aux conditions d’accès à l’enseignement, la carte scolaire, le cadre pédagogique et administratif, les infrastructures».
Le système éducatif mauritanien est en crise profonde depuis plusieurs dizaines d’années. Une réalité illustrée par le chiffre de 7% de réussite à la première session du baccalauréat en juillet 2019.

Cette nouvelle dynamique annoncée par le gouvernement est bien plus acceptable que «la répression systématique, cruelle et injuste, qui frappe avant tout des jeunes dont le seul tort est d’avoir exprimé une juste et légitime revendication: le droit à une éducation ouverte à tous, sans discrimination d’aucune sorte dont l’âge, le sexe ou la couleur», que dénonçait un opposant sur les réseaux sociaux.

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1598

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • cccom (H) 07/11/2019 23:50 X

    La solution pérenne de l'enseignement est trouvée: SI notre Comité interministériel fait sourde oreille notre initiative Cerveaux Oasis de Maaden ci dessous résumé, je gage que notre pays risque d'engager le systéme éducatif le plus destructeur de l'avenir de nos enfants et des fonds publics: Suite au constat en 94 de la déperdition scolaire de 100% des enfants de l'Oasis enclavée de Maaden de 1960 à 1998 causée par l'absence légalisée des enseignants des classes 9mois 3 jours sur 12 mois . Laquelle déperdition concrétisée par l'inexistance d'un seul admis au Bac de la Communauté, dans mon état d'Enarque poinfilleux, expert en développement décentralisé, il m'a été donné de créer le lycée privé Cerveaux Oasis intensif de 2400h/an en 11 mois et gratuit par arrété conjoint n°114/MEN/MintPT du 24 avril 1995 et de lui concevoir le systéme éducatif inspiré des sytémes coréens et anglo-saxon, réducteur des coûts et cursus de 3/4 pour réussir pour l'Oasis un nombre de bacheliers trilingues âgés en moyenne de 15 ans durant 11 ans successifs ( de 1998 2008) supérieurs au nombres total d'admis de 100 écoles primaires rurales voisines encadrés par les 3 lycées publics d'Aoujft, Chinguetti et Ouadane ( REf Stat. officielles comparatives disponibles.) Je propose au comité interministériel un systéme garant du Bac trilingue 15 ans, du salaire mensuel triplé avec prise en pension totale par les APE et une économie de 50 à 100 milliards UM/an garante de l'autosuffisance alimentaire et emplois durables... pour lequel je demande audience à qui de droit. cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr