08-11-2019 12:02 - Lâché par la France et les Etats Unis, Alpha Condé cherche soutien du coté de Poutine et Erdogan

Lâché par la France et les Etats Unis, Alpha Condé cherche soutien du coté de Poutine et Erdogan

Sen360 - Soigneusement mise en scène, la "liesse populaire" qui a accueilli Alpha Condé le 31 octobre à l'aéroport de Conakry visait non seulement à répondre aux manifes- tations de l'opposition qui ont paralysé le pays, mi-octobre, mais également à sceller un grand virage diplomatique.

A la suite des vives réticences exprimées par Paris et Washington sur les projets de troisième mandat prêtés au président guinéen, ce dernier a accéléré son rap- prochement avec le président turc Recep Tayyip Erdogan et son parrain, le président russe Vladimir Poutine.

Grand bain turc. Pris dans le tourbillon diplomatique suscité par son intervention militaire en Syrie, le président turc a tout de même pris le temps de recevoir, le 25 octobre, Alpha Condé au palais de Dolmabahçe.

Depuis trois ans, la Guinée mène une politique pro-turque, fermant les écoles "Citadelle" des partisans de l'imam Fetullah Gülen, ennemi juré du président turc et octroyant de gré à gré la gestion des terminaux minéraliers du Port autonome de Conakry au conglomérat turc Albayrak, qui opère aussi le parc des 50 bus municipaux dans la capitale guinéenne.

Lors de son passage à Ankara, Alpha Condé a longuement rencontré les dirigeants d'Albayrak et a négocié avec eux un nouveau contrat, celui du ramassage des ordures de Conakry. La famille Albayrak est originaire de la mer Noire, comme Erdogan, et a étroitement travaillé avec le président turc lorsque ce dernier était maire d'Istanbul.

En échange des avantages concédés aux entreprises turques, Erdogan fournit gracieusement à Alpha Condé un jet d'affaires Gulfstream G450 qui, repeint aux couleurs de la Guinée, est devenu l'avion présidentiel.

Fidélité russe. Le rapprochement avec Ankara est facilité par les relations étroites entre la Turquie et la Russie, partenaire traditionnel de la Guinée depuis près de quarante ans. En marge du sommet Russie-Afrique qui s'est tenu à Sotchi les 23 et 24 octobre, Alpha Condé a vu Vladimir Poutine, qui lui a renouvelé son soutien pour un troisième mandat.

En janvier 2019, l'ambassadeur russe à Conakry, Alexander Bregadze, avait déjà exprimé publiquement ce soutien : il est désormais directeur général du groupe minier RusAl en Guinée .Les excellentes relations entre Moscou et Conakry ont récemment permis au géant minier russe de porter à cent le nombre des "techniciens de sécurité" positionnés autour de ses trois sites miniers dans le pays.

Incompréhensions occidentales. L'étroitesse des liens entre Conakry, Ankara et Moscou contraste avec la distance qui s'est progressivement installée avec Paris et Washington. Lors de son passage éclair en France, du 27 au 29 octobre, le président guinéen n'a vu aucun o ciel français, à l'inverse de son opposant Cellou Dalein Diallo, reçu le 4 novembre par le directeur Afrique du Quai d'Orsay, Rémi Maréchaux.

Le froid entre Paris et Conakry date du déjeuner qui a réuni Alpha Condé, le président français et son prédécesseur Nicolas Sarkozy à Saint-Raphaël, le 15 août. Lors de ce repas, Emmanuel Macron a demandé devant témoins à Alpha Condé s'il songeait vraiment à se présenter pour une troisième fois à la présidence. Le président guinéen n'a pas directement répondu, mais l'épisode a laissé des traces.

Ce d'autant plus qu'Alpha Condé n'a pas trouvé aux Etats-Unis le soutien qui lui a été refusé en France. Lors de sa rencontre à huis clos avec le président guinéen, le 13 septembre dernier, le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, a clairement indiqué à son interlocuteur qu'une réforme de la constitution guinéenne ne posait aucun problème aux Etats-Unis, mais que si cette réforme ouvrait la voie à un troisième mandat d'Alpha Condé, Washington s'y opposerait. Et ce malgré les intérêts des groupes américains, aux premiers rangs desquels Alcoa, en Guinée.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 1918

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)