27-11-2019 23:23 - Discours du Président à la Nation

Discours du Président à la Nation

AMI - Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani a réitéré mercredi soir sa détermination d’honorer les engagements qu’il a pris lors de la campagne électorale.

Dans un discours à la Nation, à l’occasion de la célébration du 59è anniversaire de l’indépendance nationale, il a précisé que le train de mise en œuvre de son programme électoral a été lancé, soulignant sa détermination de veiller à ce que son rythme d’exécution demeurera en constante accélération.

Il a annoncé la création d’une délégation générale qui aura en charge la gestion des programmes et projets portant sur la lutte contre la pauvreté et la précarité.

Le Président de la République a également souligné qu’il a œuvré, depuis les premiers instants de sa prise de pouvoir, à consolider l’unité nationale en apaisant le climat politique général, et en favorisant une atmosphère de confiance et d’ouverture en direction de tous les partenaires politiques. Voici le texte intégral de ce discours :

« Au Nom d’Allah le Clément le Miséricordieux,

Paix et Salut sur le plus Honorable de ses Envoyés,

Chers citoyens,

Chers citoyennes

Je suis très honoré et très heureux de vous adresser mes chaleureuses félicitations et mes meilleurs vœux à l’occasion de la célébration, demain, du 59e anniversaire de notre indépendance nationale.

Cette occasion qui exprime avec force les sentiments de fierté et de dignité commémore un moment décisif du parcours historique de notre vaillant peuple, de fin de l’occupation et de la naissance de la République Islamique de Mauritanie en tant qu’Etat au sens moderne du terme et constitue, à ce titre, une précieuse opportunité d’avoir à l’esprit, ensemble, notre reconnaissance, d’avoir en mémoire et de glorifier :

- Les héros de la résistance nationale, dans ses deux aspects culturel et armé, qui ont affronté l’occupant par le fusil et l’épée, la foi et la plume jusqu’à défaire son occupation militaire et son invasion culturelle ;

- L’ensemble de nos Forces armées et de sécurité, officiers, sous officiers et soldats qui ont consenti d’énormes sacrifices pour la préservation de l’indépendance du pays, la défense de son intégrité territoriale et la sauvegarde du climat de paix et sécurité qui y prévaut en dépit des troubles qui caractérisent notre environnement régional ;

- Ainsi que tous ceux qui ont contribué, chacun en fonction de ses moyens et de ce qu’il a estimé être le plus approprié, dans la construction de notre Etat moderne pour atteindre son niveau actuel.

A tous ceux-là, nous exprimons notre respect et notre considération.

Chers citoyens,

Chères citoyennes,

L’indépendance couvre de nombreuses significations et de multiples concepts : elle est politique par la souveraineté de la décision, culturelle par la préservation de la vocation et de la langue et économique par la capacité de conduire le progrès et le développement.

Ces différentes déclinaisons de l’Indépendance restent cependant tributaires de la consolidation de l’unité nationale et de la conjugaison des efforts de tous les fils de la nation au service de la prospérité du pays, mus par un sentiment fort d’égalité, d’adhésion à une même identité et de communauté de destin que conforte l’Etat avec justice et équité dans une dynamique de développement global.

A cet effet, nous avons œuvré, depuis les premiers instants où nous avons accédé à la présidence de la République, à la consolidation de l’unité nationale par l’apaisement du climat politique général, l’instauration d’une atmosphère de confiance et d’ouverture à toutes les parties et de concertation avec tous les acteurs politiques quelles que soient leurs orientations, étant convaincus que majorité et opposition peuvent, chacune, jouer pleinement leur rôle dans la confiance réciproque et, partant, consolider notre système démocratique mature qui nous a récemment valu une alternance pacifique et transparente au pouvoir. Nous avons également instruit le gouvernement pour mettre l’accent, dans ses stratégies visant la mise en œuvre du contrat électoral sur la base duquel vous nous avez investis de votre confiance, sur la consolidation de la justice, le renforcement des substrats de la cohésion sociale et la lutte contre la pauvreté, l’exclusion et l’iniquité.

Dans ce cadre, les projets de textes législatifs créant une délégation générale, sous la tutelle directe de la Présidence de la République, ont été parachevés. Cette institution en charge de la gestion de l’ensemble des programmes et projets de lutte contre la pauvreté et la précarité, qui s’est vue allouer, pour les cinq prochaines années, un budget de 200 milliards d’anciennes ouguiyas, sera fonctionnelle dans les tous prochains jours.

De même, il sera créé un conseil présidentiel pour assurer un suivi régulier et rigoureux des politiques et programmes sociaux de manière à en garantir l’efficience et l’efficacité dans la lutte contre la pauvreté, l’exclusion et les disparités et à assurer l’amélioration des services de base.

Parallèlement à ces action, il a été procédé au rapprochement des prestations de la justice de ses usagers et de la consécration du principe de l’assistance judiciaire par l’ouverture, à cet effet, de bureaux dans toutes les wilayas, permettant ainsi à chaque justiciable sans moyens de payer les honoraires de sa défense, dans quelque wilaya qu’il se trouve, de se voir commettre gratuitement un avocat pour assurer sa défense devant les juridictions pour recouvrer ses droits. Les ressources financières nécessaires à cette assistance juridique ont été déjà programmées au titre du budget de 2020.

L’action se poursuit également pour l’exécution d’une stratégie globale visant le renforcement de la justice, la consolidation de son indépendance et l’ancrage de l’Etat de droit.

Toujours dans le cadre du rapprochement du service public des populations, une structure administrative dénommée « Khidmaty » a été créée pour répondre avec diligence aux sollicitations des citoyens et permettre le traitement et le suivi de leurs dossiers. Les activités de cette structure débuteront dès la semaine prochaine au niveau du ministère des Transports pour être, par la suite, élargies successivement aux autres secteurs.

Sur le même rythme accéléré, tous les départements ministériels s’attellent à la réalisation de nos engagements dans les différents domaines.

Dans le secteur de l’enseignement, l’opération visant à combler le déficit d’enseignants et de professeurs a été engagée ainsi que les efforts de renforcement du suivi et de l’encadrement pédagogiques au moment où l’élaboration d’un plan de réforme globale du système éducatif est actuellement en cours pour la refondation de l’école républicaine sur des bases fédératrices, le relèvement du niveau de l’enseignement, la création d’un conseil supérieur de l’éducation et d’une haute autorité de contrôle de la qualité de l’action éducative dans ses différents aspects.

Par ailleurs, le secteur de l’économie a réalisé des progrès importants, notamment en termes de mobilisation des ressources financières par la signature avec nos partenaires au développement, au cours des trois derniers mois, de conventions de financement qui vont contribuer de façon considérable au développement des secteurs de l’agriculture, de l’élevage, des pêches et des ressources humaines au moment où des dispositions sont prises pour la création d’un conseil supérieur de l’investissement qui contribuera à l’amélioration du climat des affaires, l’attraction des investissements et l’appui au partenariat entre les secteurs public et privé.

Globalement, la locomotive de mise en œuvre de notre programme électoral a été lancée et je veillerai personnellement à ce qu’elle conserve le même rythme accéléré parce que je suis conscient de vos aspirations et de vos espoirs et que je suis déterminé à respecter mes engagements.

Vive la Mauritanie libre, prospère et sûre.

Je vous remercie »





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 6578

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • wakhty (H) 30/11/2019 15:15 X

    NB Le^resident khazouani n'a fait aucune refference a l'encien president dans tout le discour . un fait tres tres important pour la suite des choses . . .

  • mdmdlemine (H) 28/11/2019 00:43 X

    Sans nul doute, Ghazouani allait faire quelque peu soit allusion biaisée, prudente et relativement positive de la "Décennie azizienne" dont il est l'une des pièces maîtresses et en reconnaissance à l'homme qu'il avait promis de protéger et de ne pas laisser humilier mais en abusant du principe être "politiquement correct", l'ex président a contraint Aziz à rayer les points positifs de son quinquenant, circonscrivant son discours à la Nation au bilan des 100 jours de sa gouvernance Un discours qui doit charmer les négroamuritaniens qui n'aiement pas voir les allocutions présidentielles contenir les éloges d'hommes impliqués directement ou indirectement dans le passif humanitaire et dans le reglément timide de leur calvaire qui dure depuis plus d'un quart de siècle