29-11-2019 20:16 - Mauritanie: les raisons de la brusque rupture entre Ghazouani et Aziz (Analyse)

 Mauritanie: les raisons de la brusque rupture entre Ghazouani et Aziz (Analyse)

Apanews - La cérémonie du 59 ème anniversaire de l’indépendance organisée jeudi 28 novembre a été l’occasion de rendre publiques les prémices d'une rupture entre l’ancien président Mohamed Ould Abdelaziz et son successeur Mohamed Ould Cheikh Ghazouani, dont la dégradation des rapports alimentait toutes les discussions.

Le divorce ne pouvait avoir meilleure scène. Les soupçons qui alimentent les discussions en Mauritanie depuis quelques jours d’une rupture entre le nouveau président et son prédécesseur ont laissé place à une cassure spectaculaire lors de la levée des couleurs à la fête de l’indépendance célébrée cette année à Akjoujt (260 kilomètres à l'est de la capitale Nouakchott).

Alors qu’il y était officiellement convié à titre d'ancien chef de l'Etat comme le consacre la tradition, Mohamed Ould Abdelaziz a préféré bouder l’événement, le premier du genre organisé par son « ami de 40 ans », Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, qui lui a succédé au pouvoir il y a un peu plus de trois mois seulement.

La place qui lui a été réservée sur la tribune officielle est restée vide, contrairement a celles de Mohamed Khouna Ould Haidalla et Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, seuls autres anciens présidents encore en vie.

La rupture entre les deux anciens généraux, coauteurs de plusieurs putschs dont celui qui avait installé initialement Aziz au pouvoir en 2008, a commencé avec le retour de ce dernier en Mauritanie, après un long séjour à l’étranger entamé dès les premières heures qui ont suivi l’investiture de Ghazouani le premier août dernier.

Dès son arrivée au pays, l’ex chef d’Etat a convoqué et présidé une réunion extraordinaire du comité provisoire de gestion du parti au pouvoir, l’Union pour la République (UPR). Réunion au cours de laquelle il a déclaré formellement qu’il est l’unique référence de cette formation politique qu’il a fondée dès les premières années de son règne (2008 – 2019).

Cette déclaration n’a pas été du goût de Ghazouani qui a, à son tour, convoqué le même comité de gestion pour lui signifier que c’est lui la seule et unique référence du parti tout en lui recommandant de ménager son ex-ami et complice.

Suite à ce rappel à l’ordre, la quasi-totalité des députés de la majorité ont tourné le dos à Aziz et adhéré solennellement à la position du Président de la République.

Mais c’était sous-estimer l’entêtement du président qui a immédiatement convoqué les chefs des sections des jeunes et des femmes au sein de l’UPR. Il leur a affirmé qu’il persiste à se considérer comme chef du parti au pouvoir quitte à ce qu’il reste seul.

L’UPR devait initialement organiser un congrès pour élire sa nouvelle direction avant les élections présidentielles, mais a fini par le reporter sine die.

C’est pourquoi l’ex président se l’approprie toujours puisque c’est lui qui avait nommé son actuel comité de gestion. D’autant plus qu’il considère – et il l’a martelé haut et fort – que la Constitution mauritanienne interdit à tout président en service d’adhérer à une quelconque formation politique.

« L’homme a régné avec une main de fer trop longtemps pour accepter de redevenir un citoyen ordinaire comme tous les autres », a expliqué Sidi Yahya Ould Cheikh, analyste politique à Nouakchott.

« Mais il s’est bien trompé en oubliant que la classe politique mauritanienne est spécialisée dans le retournement de veste à chaque fois qu’un nouveau dirigeant prenne les rennes du pays », a-t-il confié à APA jeudi à Nouakchott.

Pour l’analyste politique, la question qui se pose maintenant est jusqu’où Ould Abdel Aziz ira dans sa provocation de son ex-ami et son test de sa patience.

« Personnellement, je pense qu’il risque de se tromper une seconde fois s’il continue à croire que Ould Ghazouani tolérera infiniment ses agissements contre-constructifs », a conclu Ould Cheikh.

Dans une mesure considérée par les observateurs comme une suite logique de la rupture entre les deux hommes, Ould Ghazouani a limogé mercredi 27 novembre le commandant du bataillon de la sécurité présidentielle et l’a remplacé par l’un de ses proches officiers.

Moo/Dng/APA



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Apanews
Commentaires : 3
Lus : 6831

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • mystere1 (F) 02/12/2019 13:51 X

    Quel que soit les raisons de cette rupture entre les deux frères d’armes, la politique et l’amitié ne font pas bon ménage, pour ghazwani, il est resté le même car sa loyauté, il l’a prouvé à tous lorsque son ami frère qui hélas, tend à gâcher cette amitié, était tiré par balle, ghazwani aurait pû lui trahir en prenant sa place lors de sa convalescence, il aurait pu le faire comme Ely l’avait fait à Taya, mais non, ghazwani a prouvé sa loyauté, malgré que le pouvoir est une tentation, le problème est que quand Dieu Reprend le pouvoir à son serviteur dont IL Avait Prêté Ce Manteau(Pouvoir), alors c’est que c’est fini, ce n’est pas entre les mains des humains, c’est Dieu, malheureusement MOAZ n’a rien compris, car il faut avoir la foi, pour se ressaisir de certaines choses mondaines de la vie, et lui, c’est claie qu’il ne cogite pas sur l’au-delà, qu’il fait fi qu’un jour il y aura La Justice par Excellence, dont Un Juge qui s’Appelle Allah Taalllah, jugera Ses Créatures, en les auditant, cependant, je me disais où sont nos hypocrites ou faux barbus d’imams qui courraient derrière lui pour des biens matériels, en faisant son éloge, non, c’est claire qu’ils seront dans le mutisme de lui éveiller la conscience sur ces futilités de ce bas monde, déjà il a perdu ses siens à savoir son fils, sa petite fille, son cousin ou oncle Ely, et récemment sa mère, alors donc, cela doit lui faire repenser que la vie est éphémère, au lieu qu’il court en pourchassant infatigablement des biens, qui ne l’appartiennent pas ! qu’Allah nous Sauve et Pardonne, mais aussi qu’IL Oriente ce MOAZ, dont les dossiers sont noirs, dans la bonne voie du moment qu’il est temps, avant que ça ne soit trop tard, et qu’il se retrouve par la petite porte.

  • Belphegor (H) 30/11/2019 00:08 X

    Aziz est cupide, fourbe, hautain et cynique mais pas intelligent sinon il aurait compris depuis longtemps la nature très versatile du milieu politique mauritanien en tant que bras droit de Maawiya qu'il a servi pendant de tres longues années mais il se croyait (à tort) tellement infaillible qu'il était convaincu que personne ne pourrait l'ébranler. Son orgueil démesuré, sa soif insatiable d'argent et de pouvoir causeront sa perte car il est difficile de ramener à la raison un mégalomane qui a déjà goûté aux délices du pouvoir absolu et de l'argent à profusion. @Lass77 Parlez pour vous, l'analyse est très pertinente et ce n'est pas parce que vous la trouvez vide qu'il en est de même pour tout le monde

  • lass77 (H) 29/11/2019 21:03 X

    C'est vraiment un non événement. Les Mauritaniens se fichent de ses analyses inutiles qui ne répondent pas à la réalité. C'est de l'enfumage.