24-12-2019 11:11 - Mauritanie: des cas d’esclavage dans la communauté noire soninké

Mauritanie: des cas d’esclavage dans la communauté noire soninké

RFI Afrique - En Mauritanie, l’esclavage n’est pas seulement une réalité chez les Arabo-berbères. Il se vit également au sein même de la communauté négro-mauritanienne. Ce lundi 23 décembre, le mouvement IRA a révélé 12 cas d’esclavage dans la communauté soninké.

Biram Dah Abeid donnait une conférence de presse ce lundi. Le leader du mouvement abolitionniste IRA a présenté aux journalistes plusieurs victimes présumées d’esclavage dans la communauté soninké. Elles sont 12 et sont originaires de la région de la vallée du fleuve Sénégal, plus précisément de la région du Guidimakha, dans le Sud-Est mauritanien, à plus de 500 kilomètres de Nouakchott.

L’esclavage sévit dans tous les villages soninkés du Guidimakha, selon Biram Dah Abeid :

 « Il nous revient de ces localités des complaintes sur certaines dimensions de l’esclavage allant de l’exclusion politique, l’exclusion matrimoniale, l’exclusion terrienne (privation des domaines terriens, des domaines cultivables). Il y a aussi dans les villages soninkés un axe administration : groupe dominant esclavagiste contre les populations esclaves ».

Les esclaves « ne peuvent pas être imams »

Adama Diakité se présente comme une victime de l’esclavage dans le Guidimakha. Il vient du village de Coumba Ndao. Ses parents immigrés en France et en Espagne ont construit une mosquée dans le village. Mais le statut social de l’imam pose problème. « La mosquée, c’est nous-mêmes qui l’avons construite, raconte Adama Diakité. Ce sont les anciens esclaves. C’est clair, on a notre liste. On veut être l’imam. Ils ont dit qu'on ne peut pas être imam parce qu’on est des esclaves. »

En 2014, la Mauritanie s’est dotée d’une loi criminalisant l’esclavage. Biram Dah Abeid dit avoir lancé une croisade afin que cette loi soit appliquée contre les esclavagistes du Guidimakha.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI Afrique
Commentaires : 8
Lus : 1984

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (8)

  • Bertrand (H) 25/12/2019 09:32 X

    lass77 (H) seriez vous raciste? Pourquoi cette levée de boucliers? Croyez vous que le vol existe chez certaines communauté et pas chez d'autre? Ou bien quand les crimes sont commis chez vous, ils sont faux et qu'il s'agisse de complots? Et que pour y croire, il faut avoir l'aveu des accusés et le témoignage de 1000 personnes adulte et une dissection du cœur pour voir ce qui s'y réfugié. Je pense qu'il est bien d'être juste et honnête.

  • Bertrand (H) 25/12/2019 09:28 X

    so-hal_has_wol (H) Bon raisonnement et bonne défense que tu dois aussi appliquer quand il s'agit d'accusation contre une communauté maure, pour t'éviter d'être accusé de racisme, qui n'est pas moins mauvais qu'être esclavagiste.

  • Bertrand (H) 25/12/2019 09:25 X

    Bravo, Biram. Il apparaît que tu es intelligent et tu sembles être de bonne foi. L'esclavage est un mal ou qu'il se trouve, dès qu'il se trouve. Les discours communautaires, la diabolisation d'une personne du seul fait qu'une autre de même coleur ou de même appartenance ethnique ou tribale est accusé est plus grave encore. L'esclavage c'est comme le vol, l'abus de confiance, le meurtre, c'est un crime qui existe partout sous différentes formes et surtout en occidents. car un occidents même les enfants se vendent (près de 40 millions disparaissent annuellement) et sont vendus pour leur organes qui sont revendus ou pour la pédophilie (jusqu'à la mort, dans des villas et propriétés très gardés) qui se développé vertigineusement chez les sociétés "civilisés". Nous sommes prêts à accompagner Biram pour lutter contre ce mal, mais pas pour exacerber les replis communautaire et promouvoir la guerre civile, déjà, devant nos porte qu'ALLAH nous préserve.

  • lass77 (H) 24/12/2019 21:27 X

    so-hal_has_wol (H)@ C'est le correspondant ou l'envoyé special de RFI qui a fait ce reportage qu'a repris Cridem. Comme je n'ai pas écouté le reportage je ne peux citer son nom ici mais RFI en assume entièrement la responsabilité. Ce qui est nouveau dans cette crispation dans la communauté soninké , ce qu'on nous parle des cas d’esclaves que je ne peux croire sauf preuve à l'appui. Oui il y'a de l'esprit de l’esclavage dans la mentalité soninké qu'il faut éradiquer de façon pédagogique n'en déplaise aux réfractaires égoïstes et hypocrites.

  • Ben Aouf (H) 24/12/2019 15:56 X

    J'ai honte d'être saracoulé. Tout le monde a laissé l'esclavage (***)

  • so-hal_has_wol (H) 24/12/2019 14:05 X

    À l'attention de la personne qui a rédigé cet article J’ai quelques questions auxquelles je souhaite que vous répondiez le plus précisément possible s'il vous plait Question 1 dans quel village avez-vous relevé ces cas d'esclavage ? Questions 2 quels sont les noms d'au moins une des personnes inculpées ? ou éventuellement la famille qui serait impliquée Question 3 comment un "esclave" ou une famille supposée "esclave" a pu avoir les moyens maachallah et l'autorisation de construire une mosquée dans un village où il est supposé être réduit à l'esclavage ? Question 4 partant du fait que le Guidimakha c'est 10 000km² et abrite plus d'une cinquantaine de villes toutes différentes -dans leur rapport aux autres -dans leur accent et différents politiquement etc. Sans même évoquer les villes soninkés situées au Gorgol Vous mentionnez " la "communauté soninké" Est-il pertinent de parler de la "communauté soninké" comme une seule entité qui agit et pense de la même manière ? Pour ce qui est de l'exclusion politique que vous avez mentionnée, j'aimerais savoir s'il vous plait d'où est issu le président du Conseil Général, pour qui l'écrasante majorité du Guidimakha a voté ? Ou par exemple d'où est issu le maire adjoint d'une grande commune celle de Tachott ? Ces questions ne sont en aucun cas pour nier des discriminations qui existent En espérant une réponse l'auteur de cet article Fraternellement

  • Mokhoni (H) 24/12/2019 13:31 X

    La communauté soninké doit faire un choix entre le progrès où la division.

  • sabaru (H) 24/12/2019 13:16 X

    Merci de nous communiquer ladite liste des contributeurs d'une manière ou d'une autre de la mosquée.