19-03-2020 17:45 - Mauritanie: Lettre ouverte au Président Mohamed Cheikh El Ghazouani

Mauritanie: Lettre ouverte au Président Mohamed Cheikh El Ghazouani

Points Chauds - Je peux tout comprendre Excellence Monsieur le Président de la République sauf que, cette rencontre que vous aviez décidé d’organiser au profit de la presse de "toutes les générations" se soit terminée par un échec sur le plan organisationnel.

Je ne suis pas surpris personnellement parce que, ce que ne connaissent pas vos conseillers c’est que faire de la communication institutionnelle demande la maitrise du savoir-faire en com et qui n’a rien à avoir avec le journalisme.

Pour organiser une telle rencontre c’est la compétence de spécialistes de la communication et d’abord se poser la question centrale à savoir pourquoi une telle rencontre avec la presse ? dans quel but et quel est le public cible.

Vous avez dit en introduction, Excellence Monsieur le Président, que vous avez fait appel seulement à la presse nationale dans le but de voir à travers cette rencontre les suggestions, les commentaires et les sujets de préoccupation de cette presse et de répondre à toutes les questions des sujets d’intérêt général pour le pays.

Malheureusement vos conseillers de presse ont raté l’occasion de donner une image positive et rassurante d’un Chef d’état qui s’intéresse à la presse de son pays, et qui fait appel à elle pour l’écouter afin de surmonter les difficultés que cette dernière rencontre dans l’exercice de sa mission.

En réalité cette rencontre, devait donner un nouvel espoir déterminant les relations entre l’Etat et les médias après tant d’années de brouille, Mais en fin de compte a été entachée par des irrégularités caractérisées par des injustices flagrantes à l’égard de certains organes de presse et journalistes de renommée nationale et des personnalités du secteur concernées au premier degré.

Je comprends parfaitement Excellence Monsieur le Président, pourquoi les erreurs commises par vos conseillers de presse font la somme d’un déficit prononcé de savoir-faire et de manque de professionnalisme. C’est ce qui explique que les invitations adressées aux journalistes ont été filtrées, que les personnes en charge de l’organisation de cet événement ont ignorées volontairement certains noms de journalistes et responsables de groupes de presse dont les parutions sont pourtant dynamiques et à l’avant-garde de la presse nationale. Le choix a été basé délibérément sur le clientélisme, les affinités, les relations personnelles et l’exclusion délibérée.

Ce que je ne comprends pas Monsieur le Président, c’est comment des responsables peuvent se comporter de manière à oublier qu’ils agissent au nom d’une institution aussi importante et respectable que la présidence de la république et pas à leur nom propre.

Je peux tout comprendre Excellence Monsieur le Président sauf notre mise en écart qui est d’ailleurs notre surprise et qui vient du fait, que notre journal qui a été rendu célèbre par le passé par des révélations scandaleuses sur des détournements opérés par des responsables, a été ignoré par les organisateurs de cet événement. Le fait qu’il soit mis à l’écart alors qu’il est bien listé sur la base de données officielles de la présidence ne peut être qu’intentionnelle. Sinon, comment peut-on expliquer qu’un organe de presse dont les responsables ont été trois fois traduits devant les tribunaux par un ministre actuellement en exercice dans le gouvernement et qui ont été acquittés puissent être ignorés ? D’ailleurs, la cour des comptes nous a donné raison, récemment, par un témoignage révélé par des rapports, dont vous avez ordonné la publication.

Ce que je ne comprends pas encore Excellence Monsieur le Président c’est le pourquoi de cette discrimination, cette injustice à notre égard et à l’égard de notre groupe de presse. Depuis plus de 19 ans, nous avons toujours été nommément invités au nom de notre groupe de presse qui a à son actif deux hebdomadaires un en arabe et un en français, deux sites d’information continues et l’unique magazine mauritanien à dimension internationale.

De ce fait nous pouvons comprendre que nous ne soyons pas sélectionnés parmi les journalistes choisis pour poser des questions à votre auguste personne.

Je peux comprendre Monsieur le Président que votre service de communication a préféré nous ignorer sachant parfaitement que nous ne faisons pas partie de « ses » journalistes. Ce préjugé est injuste et ne justifie pas une telle attitude et doit être dénoncé. Mais ce que nous ne comprenons pas c’est que nous ne soyons pas conviés à un conclave qui nous concerne autant que nos confrères, alors que des invités étrangers à la presse et à la communication sont en première ligne, c’est une mascarade, et une insulte à la profession irrecevable.

Excellence Monsieur le Président la Mauritanie, si elle veut avancer doit trancher avec les procédures archaïques, arbitraires, discriminatoires et favorisant la concurrence déloyale qui ne servent pas l’intérêt du pays. C’est la vieille garde issue de la vieille école du népotisme, du favoritisme et du clientélisme qui s’est accaparée depuis quelques années des chefs d’Etats les uns après les autres pour les isoler de la presse responsable et à même d’accompagner le pays dans sa volonté de changement pour le développement.

Un pays sans presse, crédible, responsable, consciente et avant-gardiste, est un pays dont la démocratie est menacée.

Il est de l’intérêt pour un gouvernement exposé souvent à des thèses d’attaque à tort ou à raison dans tous les domaines d’être épaulé par des professionnels de la communication et non pas des attachés de presse qui sont étrangers à la communication multidimensionnelle et incapables de mettre en place des contre thèses de ces attaques par une vraie stratégie de communication à long, moyen ou à court terme.

Un gouvernement confronté à un déficit de communication risque de se faire mal comprendre aussi bien par ses partenaires au développement que par sa propre population, donc de compromettre même tous les plans d’ajustements structurels, les programmes et ses politiques.

Quand il était venu au pouvoir l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz était certainement, comme feu Ely Ould Mohamed Vall, et comme Sidioca, animé d’une bonne foi et d’une volonté de donner à la presse les moyens pour jouer son rôle dans le processus démocratique entre temps engagé. Nous étions persuadés que votre prédécesseur était de bonne foi puisqu’il avait donné les gages de cette volonté. Par exemple il avait fait prendre par l’Etat en charge le cout de l’impression des journaux édités à hauteur de 70%. Il avait d’autre part fait adopter le fonds d’aide à la presse. Il avait ouvert des rencontres avec les différents responsables de la corporation de la presse sans distinction et sans discrimination.

Cette atmosphère de compréhension mutuelle entre le pouvoir et la presse avait apaisé un climat et favorisé une période de grâce dont le régime décrié avait besoin. Mais au fil du temps, certains journalistes qui se sont rapprochés du pouvoir ont dévié consciemment le président de sa trajectoire celle qui favorisait une bonne entente entre le palais et la de presse. Ils ont ainsi transporté les divergences internes à la presse sur la personne du président de la République.

C’est cette vieille garde qui, profitant de sa proximité avec le pouvoir a toujours provoqué des implosions au sein de la corporation de la presse et provoqué des dissentions internes profondes empêchant le secteur d’évoluer sur un le plan de l’inclusion et de la solidarité interne en élevant ces querelles intestines au sommet de l’état. Ce qui a fait sortir le président de son rôle de l’ex chef de l’Etat pour devenir partie prenante.

De ce fait avec le temps ils ont provoqué une rupture totale entre le pouvoir et la presse faisant du l’ex chef de l’état une cible et une proie vulnérable et légitime.

Ce qui a exposé l’ex chef de l’Etat et souvent les membres de sa famille aux critiques les plus virulentes des organes de presse toutes tendances confondues ce qui par effet de réaction lui a fait prendre des décisions impopulaires et rétrogrades à l’égard des journalistes. Intimidations, interpellations judiciaires, emprisonnements et confiscations de passeports, des actes contraires aux engagements qu’il avait pris à son arrivée au pouvoir.

Donc, c’est cette vieille garde qui est habituée à prendre en otage les présidents de la république qui se sont succédés qui est à l’origine de tous les maux dont souffre le monde de la presse.

Ce sont eux qui ont poussé le président de la République à renvoyer aux calendes grecques les réformes ambitieuses qui étaient en cours.

Ce sont eux qui ont poussé le président de la république à ordonner à la primature de supprimer systématiquement de tous les budgets des établissements publics les lignes affectées à la communication et à la publicité au profit de la presse privée. Une décision qui a été une erreur monumentale parce que, croyant sanctionner la presse de l’opposition, l’ex chef de l’Etat a pénalisé la presse consciencieuse, crédible, neutre et impartiale dont la population avait besoin pour connaitre ses programmes, et pour populariser les acquis du régime et favoriser le droit d’accès à l’information équilibrée pour les populations. Ce qui par effet d’entrainement a réduit le nombre de parutions de 90 % et favorisé l’émergence d’une presse comptée sur les bouts du doigt d’une main financée souvent par des hommes d’affaires et des pays étrangers.

Ce sont eux qui ont conseillé au président de ne pas associer des journalistes de la presse indépendante aux déplacements du chef de l’Etat ce qui peut avoir aussi un impact positif sur la distribution de l’information.

Ce sont eux qui ont donné l’impression aux présidents qu’il y’a une bonne presse et une autre mauvaise.

Ce sont eux enfin qui se référant à des collègues à eux malveillants pour prendre des décisions impopulaires.

Tous ces décisions prises conseillées dans un but inavoué de diversion ont créé une suspicion entre l’ex chef de l’Etat et la presse indépendante une situation qui pouvait être évitée.

Ce sont ces "soi-disant" conseillers, Excellence Monsieur le Président, qui ont épaulé le Président Aziz toutes ces années, qui vous ont été laissés comme héritage, qui n’ont même pas eu la gentillesse de le faire réconcilier avec la presse avant son départ de la présidence. Ils l’ont laissé partir sur les pointes des pieds, traqué par effet de revanche jusqu’à nos jours par une presse qui à tort ou à raison ne lui fera jamais de cadeaux.

C’est cette vieille garde, à incompétences avérées, qui cherche aujourd’hui à nuire à votre image de chef d’Etat pourtant réellement animé d’une bonne volonté de créer un climat favorable à l’exploitation de la presse comme moyen de d’accompagnement du développement du pays.

Monsieur le Président.

A la lumière de ce qui précède il est difficile pour moi de comprendre comment un présidentiel consensuel et certainement animé de bonne volonté, qui a suivi toute la genèse des évènements vécus par l’ancien président avec la presse, se laisse induire en erreur et accepte que ses conseillers le mettent devant un fait accompli dangereux qui l’expose à des attaques de part et d’autre qu’ils ne méritent pas.

En ces moments difficiles vous avez besoin de travailler dans un environnement de réconciliation et de stabilité. Toute la presse, toutes tendances confondues s’est lancée dans une optique de période de grâce et de sérénité pour vous laisser profiter de cette période pour continuer le travail que vous avez commencé.

Malheureusement tout laisse penser que la capsule a été éjectée à cause du comportement de vos conseillers qui sont revenus à une méthode révolue : la sélection impartiale des journalistes. Sinon comment pouvez-vous expliquer Monsieur le Président que des pionniers de la presse mauritanienne qui ont fait leurs preuves par le passé et au présent, qui ont rendus des services louables au pays pour soigner son image de marque aient été ignorés. Pour vous citer quelques noms à titre d’exemple, Ba Ould Saleck Jeidna, Ould Deida, Yedali Hacen, Sylla Ibrahima, Abdellahi Ould Seyid, Imam Cheikh, Abdoulaye Ciré Ba, Med Abdallahi Bezeid, etc….

C’est une offense et un manque de considération vis-à-vis des responsables de groupes de presse et des journalistes incontournables qui risque de leur donner comme à d’autres, la possibilité de s’extérioriser et passer aux critiques les plus virulentes à votre égard et à l’égard toute action menée par votre gouvernement.

Je comprends parfaitement qu’une institution comme la présidence a besoin de conseillers. Mais ces conseillers ne doivent pas mettre en avant leurs propres intérêts au détriment de ceux de l’institution présidentielle par des règlements de comptes personnels irresponsables. Ils doivent plutôt avoir un souci permanent de mettre en place une stratégie de communication à la hauteur d’une institution aussi importante que la présidence de la République.

Monsieur le président.

La Mauritanie entame une phase décisive de son histoire. Tout porte à croire que nous sommes sur la bonne voie. Mais néanmoins trois priorités s’imposent.

1 – il faut que le plus simple citoyen se retrouve dans toute mesure prise par le chef de l’état et son gouvernement. Ceci ne peut se réaliser que par l’élimination de l’injustice, l’exclusion, et la discrimination.

2 – il faut que le gouvernement mette en place des programmes qui assurent au plus démunis des citoyens un cadre de vie décent.

3 – la reforme du secteur de l’audio-visuel qui doit mettre revue en amont et en aval afin qu’il soit adapté à accompagner la vie socio-économique de la Mauritanie.

Par Moulaye Najim Moulaye Zeine

Directeur de Publication "Points Chauds"

-Président du Syndicat des Éditeurs de la Presse Mauritanienne (SEPMr)

-Président de l’Union des journalistes Economiques pour l’Afrique-UJEA

-SG du Réseau Africain des Journalistes des Droits de l’Homme (RAJDH)

-SG du Réseau Africain des Journalistes Climato-Avant Gardiste (RAJCA)

– Membre Associé EMMN (Media Network EuroMed)

-Correspondant d’AfricaNews TV Groupe EuroNews



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 4915

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • koubeni (H) 21/03/2020 13:28 X

    Mr doudou ou bouddou occupe toi de ce qui te regarde laisse tranquille Mr moulaye il n 'est pas de ton niveau tu sais bien q c'est grand journaliste et propre il a tjrs refusé de faire partie de ces journalistes des régimes passé il a réussi son parcours sans faute et son journal est le plus crédible de la place don tou c q tu raconte sur lui est sans fondement c de la jalousie carestersé par la haine mon ami et tu sais c q a dit le prophète Ssl dans c sens

  • Ahmedatar (H) 20/03/2020 10:08 X

    Mr.le journaliste Senghor a ecrit;ecoutes plus souvent les choses que les ëtres. Notre President devrait aussi ecouter vos choses que plutôt de considerer les vielles casseroles qui ont deja porte leurs fruits a l ex president des pauvres.En ces temps qui courent au debut de son mandat il doit associer les competences independantes pour une bonne gestion de sa communication.La langue de Moliere est tres belle ...mais il faut savoir la parler

  • pyranha (H) 20/03/2020 10:05 X

    "Pour vous citer quelques noms à titre d’exemple, Ba Ould Saleck Jeidna, Ould Deida, Yedali Hacen, Sylla Ibrahima, Abdellahi Ould Seyid, Imam Cheikh, Abdoulaye Ciré Ba, Med Abdallahi Bezeid, etc…." Mr Moulaye ,si toutes ces célébrités de journalistes que vous avez cités sont ignorés c'est effectivement de la médiocrité qui était invitée à la Présidence .Gazouani doit s'inspirer de votre article pour mettre rapidement dehors ces ordures qui se disent journalistes avant que le virus n'infecte toute la Présidence.Ce pays comme je le dis souvent est affecté de malédiction.Un grand dommage et tous les signaux l'indiquent que ce Gazouani n'échappera pas aux méfaits de l'injustice,du favoritisme,du racisme du népotisme du tribalisme et j'en passe ,c'est plus fort mille fois que le coronavirus.

  • douddou (H) 20/03/2020 07:37 X

    Décidemment le ridicule ne tue pas. Si c’est ce Mr qui donne des leçons aux services de Com de la présidence et de donner un jugement sur ce que doit être la communication dont il ignore tout de ses notions de base c’est que tout est permis dans ce pays. Un pseudo-journaliste venu on ne sait d’où ose défier les normes pour entrer par effraction dans un secteur dont il n’a ni le niveau ni la moralité pour parler de la sorte à un président pour lui dire que l’organisation de la rencontre à été un échec. Quel échec ? Par ce que tout simplement cet encombrant et tonneau vide n’était pas invité à manger et à (***) comme à ses habitudes les personnalités qui étaient ce soir là. Moulaye tu dois gagner plus à fermer le clapet qu’à vouloir faire l’intéressant car tu n’as jamais été intéressant ni dans la presse qui ne te connait pas et que tu ne connais pas. Sauf que tes frasques et mille scandales font partie de sa vie de pseudo-journaliste. Si tu étais présent qu’allais –tu dire que les autres n’ont pas dit. Des hommes expérimentés et respectés dans la presse que tu veux égaler avec ton parcours inconnu. Inconnu par le moindre lecteur de la presse avec zéro qualification et titre professionnel tu as la prétention de parler de communication qui se résume à tes frustrations et ton manque de politesse à l’égard de l’opinion et ton arrogance insoutenable. Donneur de leçon est-ce que la présidence a besoin de toi ou de tes papiers de d’hygiène en cette période de confinement qui doit te pousser au confinement qu’à l’écriture qui n’est pas ton métier et à parler de la communication qui n’est pas ta vocation. Les gros titres que tu t’attribue ne correspondent qu’à tes pratiques de (***). Ton métier est connu : expert (***)en chantage, champion inégalable en magouilles pour arriver à ses fins. Tu pleure d’être exclu et ç juste titre de cette rencontre et quoi de plus normal pour la présidence qui a besoin d’inviter des gens respectables et pas n’importe quel ventriloque ! Et tu reproche pompeusement à la présidence de faire une sélection et un choix. Ah bon qui es tu pour que la présidence demande ton avis et qui es tu pour dire que ceux qui ont été conviés ne doivent pas être là parce que tu n’es pas invité ? Monsieur ton jugement repose sur une chose un seul caprice : comme je ne suis pas présent, la rencontre est un échec. Peine perdue le président a réussi son exercice de communication. Depuis, tu étais toujours entrain de chercher un rédacteur de ce torchon pendant que les mauritaniens sont occupés à se préserver contre l’ennemi covid 19.